Otherworld Nation Founding Chronicles

Arithmétique


Traduction: Magycio


 

« Snifsnifsnif… »

« Qu’est-ce que tu fais, Tetra ? »

Tetra me reniflait le corps pour une raison qui m’échappait.

J’ai mangé quelque chose qui sentait mauvais hier ?

« Tu sens la femme. »

T’es sérieuse ?

Ton odorat est trop bon.

« En fait, hier… »

Tetra fronça des sourcils quand je lui racontais la nuit précédente.

« C’est louche. Cette femme est absolument dangereuse. Tu ne devrais pas t’en approcher. »

« Ah bon ? Bien qu’elle soit louche, elle ne me semble pas du tout dangereuse. »

Elle avait plutôt l’air d’une jeune fille naïve.

Je pense qu’il y a de la marge pour dire qu’elle est dangereuse.

« Intuition féminine. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

D’après mon expérience, la réalité de l’intuition féminine n’a jamais été vraiment démontrée.

Toutefois, ce monde est un lieu où existent les malédictions et les bénédictions divines.

Possible que ce soit une prémonition ? L’intuition féminine est réelle… peut-être.

« Alors je ferai attention. »

« Juste faire attention est inutile. Je t’accompagnerai. »

« Tetra, tu dis que c’est dangereux. Seulement, je suis plus agile que toi, tu n’as pas besoin de venir. »

En effet, comme je parcours tous les jours la forêt, l’avantage géographique est de mon côté.

Je suis devenu beaucoup plus rapide récemment avec l’apparition de ma bénédiction divine.

Ça serait facile de fuir seul.

Cependant si Tetra viens et que le pire arrive, je serais obligé de la porter sur mon dos pour fuir.

« Oooh… alors, il n’y a pas d’autre option. »

Tetra se rendit à mes arguments progressivement.

Tetra écoute facilement, c’est vraiment simple de communiquer avec elle. Si elle pense que ce que je dis est correct, elle me le dira immédiatement. Au contraire, si elle pense que j’ai faux, elle me dira son opinion.

Quand c’est Ron et Rosewood, ils me demandent l’impossible et refusent de céder.

À l’inverse, Je m’inquiète pour Gram et Soyon, ils sont toujours d’accord avec moi.

Il est temps que ces enfants acquièrent la capacité de penser par eux-mêmes.

Le plus important, c’est de pouvoir penser logiquement.

Et penser logiquement…

Ça s’enseigne ?

Ce n’est pas nécessaire maintenant mais ça serait certainement utile à l’avenir.

Ça ne devrait pas être une perte de temps.

Bon… comment le leur apprendre ?

♦ ♦ ♦

« D’abord, regarde ça. »

J’écrivis des nombres dans toutes les langues excepté la langue locale de la Grète, la zone où nous nous trouvions, sur le sol. Pourquoi ai-je écris dans différentes langues ? C’est parce que il y a plusieurs façons de les écrire dans ce monde.

« Maintenant, lis-les dans l’ordre s’il te plait, Ron. »

« Euh, un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix. »

« Bonne réponse. »

« Normal, c’est facile à lire comme ça, » dis Ron, mécontent.

Non, je ne suis pas certain jusqu’à ce que je m’en assure.

Eh bien, c’est facile de se souvenir des chiffres, même dans des langues étrangères.

Et puis, j’ai eu un très bon professeur en la personne de Tetra aussi.

Je continuais à écrire sur le sol.

Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix. (Peu importe comment on les regarde, c’est vraiment une langue d’un autre monde.)

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

« C’est quoi ? »

« C’est les chiffres écrits comme chez moi en dessous. Au dessus, ce sont les chiffres dans la langue de la Grète. Je veux que vous appreniez les chiffres en dessous. »

« Pourquoi faire un truc si ennuyeux… »

Les enfants parurent mécontents.

Récemment, Tetra m’avait appris les chiffres locaux mais la raison pour laquelle je devais m’en souvenir me frustrait.

« C’est parce que les chiffres de mon monde sont plus pratique. Il y a beaucoup de pays chez moi et tous les pays ont leurs propres chiffres. Mais seuls les chiffres arabes sont utilisés partout dans le monde. En d’autres termes, ils sont faciles à utiliser. »

Le système numéral arabe est très raisonnable.

Bien que dans le présent, la science et la technologie de l’Europe soient plus avancées que celles du Moyen-Orient, au Moyen-Âge, le centre scientifique du monde était situé dans le Moyen-Orient avec l’Islam.

Je pense qu’il y avait plusieurs raisons à ceci mais c’est visible que le système numéral avait été un grand facteur.

Bien que ça soit futile, l’origine des chiffres arabes est l’Inde.

« Ouah. »

Les enfants étaient convaincus mais n’avaient pas l’air de comprendre le sens de ce que je disais. Pour commencer, ces enfants peuvent ne pas comprendre le sens des mots en fonction du pays.

Pour eux, leur monde est leur village et la cité-État à laquelle ce village appartient. Même dans une grande préfecture au Japon, c’est toujours local. Il n’y a aucunes possibilités d’entrer en contact avec des « langues étrangères. »

« C’est quoi le cercle en dessous de l’espace vide ? »

« C’est le chiffre appelé zéro. Ça montre qu’il n’y a rien. »

« Alors qu’il n’y a rien, il y a ça ? » dit Tetra.

J’attendais cette question.

Il n’y a pas d’année « zéro » dans le calendrier chrétien. Il commence à l’année un.

N’avez-vous jamais trouvé ça étrange ?

À cause de ce fait, beaucoup de personnes pensent que 101-200 av. J.-C. est le premier siècle.

Pourquoi est-ce si gênant ?

La réponse est simple, lors de l’émergence du calendrier chrétien, le concept de zéro n’existait pas en Europe.

« Il n’y a rien mais c’est gênant si vous ne le dites pas. Par exemple, voici une feuille. Combien il y en a ? »

« Une. »

« Ensuite, combien il y en a maintenant ? »

« … Rien. »

« C’est appelé zéro. »

Les sourcils des enfants prirent la forme d’un point d’interrogation.

« Le début des chiffres est un. Je ne comprends pas où est le problème. Rien, c’est rien. »

« C’est vrai… disons que ceci est une feuille. Combien y en a-t-il ? »

Je déchirai la feuille en deux, jetant l’autre moitié, et montrai à tout le monde la moitié restante.

« Une. »

« C’est différent. La feuille complète de tout à l’heure n’était-elle pas « une » ? Si vous prenez une moitié et cette moitié ensemble, ça fait une feuille. En d’autres mots, c’est la moitié d’un. C’est un demi ou on peut dire zéro virgule cinq. Vous comprenez ? »

« ??????????????? »

Putain, c’est dur. Comme le fait que zéro est le début du système numéral relève du bon sens pour un japonais contemporain, ça ne me paraît étrange.

C’est différent pour ces enfants.

« Alors faisons-le de cette manière. »

J’écrivis les chiffres à la suite sur le sol.

« Souvenez-vous que le début est zéro. Ensuite c’est un. Alors, qu’y a-t-il entre zéro et un ? »

« D’abord, ça ne commence pas avec un ? »

« Le chiffre entre les deux ? »

« Je pense que un demi est différent de un !! »

« En bref, c’est deux. »

« Ça augmente si c’est divisé par deux ? »

Putaaaaiiiiiiinnnnn !!!!

« Nan, vous ne comprenez pas ? »

Au final, est-ce que j’explique mal ?

Je demandai à Tetra qui était la plus intelligente du lot.

« D’une certaine manière, je comprends et je ne comprends pas… En clair, ce n’est pas penser comme délimité un par un, mais y penser comme une continuité à la place ? »

Euh… ça semble probable.

Je n’ai jamais pensé que c’était si difficile !!

Toutefois, le visage de certains enfants s’était éclairé suite à la remarque de Tetra. C’est vraiment Tetra, ça.

« Je ne comprends pas du tout. »

« Moi non plus. »

Rosewood et Ron avait l’air plus perplexe qu’avant. L’explication de Tetra semblait les avoir rendu encore plus confus.

La classe de ce jour s’acheva juste avec tous comprenant le concept de zéro.

Je me sens mal à l’aise en ce qui concerne le futur…

♦ ♦ ♦

Un mois était passé depuis que je leur avais appris l’arithmétique.

Les enfants apprenaient comme une éponge, et même le plus lent était capable de maîtriser les soustractions d’un chiffre.

D’ailleurs, Tetra est celle qui a compris le plus vite, elle est déjà capable de faire des additions et des soustractions (sur papier) de trois chiffres.

Ou plutôt, elle semble savoir calculer dans une certaine mesure depuis le début.

Il devient de plus en plus difficile d’enseigner par moi-même car de grandes différences de niveau commencent à apparaître.

Donc j’ai décidé de mettre en binôme l’enfant qui ne peut pas le faire avec l’enfant qui peut le faire.

Ce n’est pas possible d’enseigner quand vous ne comprenez pas vraiment. Ce n’est pas une révision efficace juste en parlant à une personne.

Pourtant, Tetra semblait insatisfaite. Elle avait l’air de ne pas vouloir étudier les additions de deux chiffres maintenant.

Mais même si tu dis ça, il n’y a que moi en professeur.

Mieux vaut dix personnes intelligentes plutôt qu’une personne particulièrement brillante.

Une chose insatisfaisante reste insatisfaisante néanmoins…

« C’est fini. S’il te plait, vérifie-le. »

« Bien. Laisse-moi voir… »

J’ai décidé d’enseigner les mathématiques à Tetra sur le temps que j’avais de libre en dehors des cours.

« Vu que tu aurais eu des problèmes sans que je t’apprennes le grète, en échange, je veux que tu me donnes des cours particuliers d’arithmétique. » C’est ce qu’elle avait dit.

Un échange de bons procédés, je présume.

« Toutes les réponses sont correctes. Alors si tu maîtrises parfaitement les addition et les soustractions de trois chiffres, passons au niveau suivant. »

« C’est à quatre chiffres la suite ? »

« Non, trois ou quatre chiffres, rien ne change. La suite, c’est la multiplication. »

Toutefois, la vitesse d’apprentissage est clairement anormale.

Même si elle a sauté les unités de longueurs, c’était vraiment rapide.

Au final, est-ce la différence entre la motivation et les capacités d’une personne ?

« Pour l’instant, mémorise ça. »

« C’est quoi ? »

« Un aide-mémoire. »

Je tendis à Tetra la carte où était inscrite les tables de multiplication.

Bien que je dise « carte », c’est en faite un morceau de bois, donc c’est plutôt volumineux. Ça a été dur de la faire.

« C’est ennuyant… je peux calculer en faisant des additions normalement. »

« Ça prend plus de temps. Tu peux apprendre ça plus facilement. »

Pour être honnête, les additions, soustractions, multiplications et divisions d’un chiffre, je les connais quasiment toutes par cœur.

Peut-être que quand j’étais petit, je calculais avec les mains mais maintenant, je peux répondre instantanément.

Mais bon, résoudre des problèmes similaires plusieurs centaines de fois y a aussi contribué.

« Cependant, c’est presque terminé avec l’apprentissage des tables de multiplication. C’est parce que les divisions sont faciles et presque pareilles que les multiplications que tu peux les apprendre en même temps. »

Avec ça achevé, l’apprentissage de l’arithmétique touchera à sa fin.

Avec les calculs, la vie est beaucoup plus facile.

Avec l’arithmétique, on peut calculer les longueurs, les aires, les volumes, la vitesse et la distance.

Pour être honnête, il est difficile d’enseigner seulement l’arithmétique. Mais je ne connais pas l’unité de longueur ou de poids de ce monde.

Les gens de ce monde ont calculé le diamètre de cette terre d’une manière ou d’une autre, mais le fait qu’elle soit ronde ou non est toujours un mystère. Vu que la magie existe dans ce monde, peut-être que celle-ci remplace la gravité.

« Hé, Almus. »

« Hein ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

Ça me paraît toujours un peut bizarre d’être appelé Almus. On m’appelle habituellement frangin ou chef. Tetra et Julia sont les seules à m’appeler Almus.

« Est-ce que tous le monde est capable de le faire dans ton pays ? »

« Eh bien, oui… Tous les enfants de ton âge, Tetra. Toutefois, je pense que tu es meilleure, car normalement, ça prend deux ans pour arriver aux multiplications. »

« Tout le monde les apprend ? »

« Ah, dans mon pays, l’éducation est obligatoire et c’est considéré comme un des droits de l’homme. »

Par ailleurs, un enfant a le droit de recevoir une éducation sans que ça soit obligatoire. C’est le devoir des parents de faire en sorte qu’ils reçoivent une éducation.

« Pourquoi faire ça ? L’éducation devrait être monopolisée par les riches. »

« Ça serait à coup sûr profitable aux classes privilégiés mais il y a de nombreux pays dans mon monde en plus du mien. Chaque pays est en compétition avec les autres. Si l’éducation est monopolisé par une classe, on ne peut avoir des ressources humains de qualité, n’est-ce pas ? Et si ça arrive, on perd la compétition. »

Spécialement pour la société capitaliste, l’éducation est vitale.

En outre, lorsque un pays devient un démocratie, il est idiot de ne pas s’intéresser à ça.

« C’est sûr que c’est gênant. »

« C’est ainsi… »

On peut certainement le voir comme ça.

Dans ce monde, la compétition n’est pas si extrême que dans le mien. Peu importe comment j’essaye, il semble que l’agriculture dépende surtout de la nature. L’effort rapporte peu.

Vous pensez que c’est médiocre ? Ça dépend juste de la personne quand vous y pensez calmement.

D’un point de vue japonais, les gens de ce monde se la coulent douce. De celui des gens de ce monde, les japonais semblent trop pressés.

… L’énergie des japonais est reconnue comme supérieur dans ce monde.

Mais l’attrait est faible, malgré de bons résultats.

Se dépêcher n’est pas vivre, trop de personnes vivent à cent à l’heure.

Ah, l’histoire est partie du mauvais côté. C’est devenu une plainte.

« D’ailleurs, Almus… »

« Quoi ? »

« Quand pourrai-je parler ta langue ? »

« … Tu ne le sais peut-être pas, mais c’est extrêmement difficile d’apprendre une autre langue. »

Contrairement aux enfants, je la maîtrisais à peine.

Pourtant, c’est bien plus rapide que l’apprentissage de l’anglais.

« Pourquoi tu n’arrêterais pas de te servir de la bénédiction ? »

« Oui, je pourrai, mais dans ce cas, l’arithmétique ne pourrai plus vous être appris, non ? »

« Alors pas pour l’instant. »

« Hahaha. »

Inconsciemment, je caressai les cheveux de Tetra.

Je pensais qu’elle détestait ça et j’essayai donc de retirer ma main, mais elle se pelotonna contre moi.

C’est doux.

La texture est soyeuse au toucher.

Même sans savon, ses cheveux sont incroyablement doux.

« Haa… Je dois faire de mon mieux, » soupirai-je.

 

<Précédent< >Suivant>

Publicités

2 réflexions sur “Otherworld Nation Founding Chronicles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s