Otherworld Nation Founding Chronicles

Rencontre


Traduction: Magycio

Edition: Zerkre


« Et c’est ce qui s’est passé. »

« Ça a dû être difficile. Eh bien, tu n’as pas vraiment besoin de t’en inquiéter. Les humains n’ont pas le monopole du meurtre entre eux. De plus, la vie humaine est similaire à celle des fourmis. Peut-être que cela te soulagerais si tu y pensais comme à de la nourriture ? »

« Je comprends ce que tu veux dire mais… les humains ne sont pas aussi compréhensible. »

Je ne me sens pas particulièrement désolé pour cet homme, je n’ai même aucun regret de l’avoir tué.

Si la situation se représentait, je le tuerai probablement encore au final.

Cependant, je ressens comme un indicible malaise.

Est-ce un effet de ce qu’on nomme le sens moral ?

« Humm, tu vas bien, gamin. Tuer un membre de sa propre espèce et ne ressentir aucune sorte de gêne serait tout simplement aberrant. Un enfant élevé par quelqu’un d’anormal deviendra anormal. Mais ne t’égare pas, ce serait inutile, » dit le griffon avec un grognement.

« D’ailleurs, es-tu venu seulement pour me dire ça ? »

« Non, pas vraiment… je veux juste que tu jettes un rapide coup d’œil à ça. »

Je lui montrai une branche d’arbre que j’avais amené.

La branche était aussi épaisse qu’un bras d’adulte.

Je la brisai en deux en face du griffon.

« Quel est le problème ? »

« Tu ne vois pas que c’est vraiment étrange ? Comment un enfant de dix ans peut-il être aussi fort ? »

« Vraiment ? J’ai déjà vu un clan, dont les membres étaient humains, capable d’abattre un arbre d’une seule main. »

« C’est impossible qu’une personne de ce genre existe. »

N’était-ce pas plutôt un orque ou un troll ?

Toutefois, je ne sais même pas si les orques ou les trolls existent dans ce monde.

« Rassure-toi, ces personnes ont quitté cette terre il y a de ça 3000 ans. Il n’en reste, semble-t-il, qu’au nord et dans l’ouest. »

« C’est un soulagement. »

S’ils revenaient, peu importe comment j’y pense, je ne me sens pas assez courageux pour les combattre.

« Donc, es-tu venu juste me montrer ta force merveilleuse ? »

« Non, ce n’est pas ça. Je suis venu te demander comment j’ai pu obtenir soudainement cette force herculéenne. »

J’étais juste un enfant normal de 10 ans jusqu’à récemment.

Et maintenant, je dispose d’une force titanesque.

Maintenant que j’y pense, j’avais ce sentiment de malaise qui avait augmenté depuis que nous avions échangés les épées contre les instruments agricoles en fer… Un peu comme un pressentiment.

Mais après que je me sois réveillé, tout avez complètement changé.

C’est pourquoi j’étais venu voir le griffon, il avait vécu plusieurs milliers d’années donc il devait savoir quelque chose à propos cet étrange événement.

« N’est-ce pas ton corps, gamin ? Si tu ne le comprends pas, comment pourrais-je le comprendre ? Bon, si je devais avancer une réponse, je dirais que c’est une bénédiction divine. Si c’est un miracle du passé, ça sera toujours une bénédiction divine. »

Si c’est un miracle… c’est une assez bonne manière de nommer les bénédictions divines.

« N’es-tu pas un Errant, petit ? C’est normal que tu reçoives au moins une bénédiction divine. J’ai rencontré des Errants, et ils avaient tous des bénédictions divines. Cependant, c’est surprenant. Je pensais que, comme tu t’étais réincarné, ta bénédiction divine aurait été quelque chose de lié avec ton âme mais… une capacité de renforcement physique, hein ? Eh bien, on peut s’attendre à tout et n’importe quoi quand on parle des bénédictions divines. »

« Ça veut dire que je pourrais en avoir plusieurs ? »

Je ne comprends pas vraiment le dégré de rareté des bénédictions divines, mais le griffon en face de moi semble en détenir plusieurs. Donc selon moi, ça n’aurait pas été bizarre que j’ai plusieurs bénédictions, non ?

« Les détenteurs de bénédictions divines se divisent en deux catégories. Les détenteurs d’une seule bénédiction et les détenteurs de multiple bénédictions. À part ta force herculéenne, gamin, je ne sens aucune autre bénédiction divine. Donc ton hypothèse est impossible. »

Mince, ce n’est ce que je voulais entendre.

Je n’aime pas particulièrement être regroupé avec ces gars cheatés. Je voudrais surmonter un problème grâce à mes propres efforts.

Je ne suis pas déçu du tout !

Haa…

« Tu as fini avec ce que tu voulais dire ? »

« Oui. Je ne comprends pas totalement, mais je dois y réfléchir seul. »

Je quittai l’antre du griffon.

 

♦ ♦ ♦

 

« Dis Bonjour à mon signal. Désactive la Bénédiction Divine du Langage et dis-le. »

« wrtetwerwqwwjo. »

« wrteeewzwwja. »

Quand j’essayai d’imiter le son produit pas Tetra, elle grimaça.

« La prononciation est différente. Au milieu et à la fin. Écoute attentivement. »

Tetra recommença encore à dire bonjour dans sa langue.

Et je le répétai en faisant attention à l’accent sur le milieu et la fin.

« Sur cette tonalité, répète encore. »

« Bonjour, Bonjour. »

Aujourd’hui, j’apprenais la langue de ce monde.

Quelque fois, j’oublis que je ne peux parler avec Tetra qua grâce à la Bénédiction Divine du Langage.

En d’autres termes, sans elle, je ne peux rien faire du tout.

D’ailleurs, cette bénédiction m’a été prêté. Ce qui veux dire qu’il ne serait pas étrange que je la perde à tout moment.

Bien sûr, ça serait problématique que je ne puisse plus parler avec les enfants.

Par conséquent, j’avais demandé à Tetra de me l’apprendre de cette manière.

D’ailleurs, pourquoi Tetra ? Eh bien, elle était la seule à connaître le langage honorifique, humble et poli.

Pourquoi Tetra les connaissait était un mystère.

Mais un mystère sans importance pour le moment.

C’était assez compliqué.

Comme la prononciation ne ressemblait ni au japonais ni à l’anglais, ce n’était pas facile de s’améliorer.

Si je continuais pendant plusieurs années à m’entrainer, arriverai-je un jour à parler correctement ?

Au moins, je n’ai pas à parler anglais.

« Hé chef, qu’est-ce que tu fais ? »

« Des exercices de prononciation, » répondis-je à Ron. Il eut l’air perplexe.

On n’y peut rien, je lui expliquai alors la Bénédiction Divine du Langage et Ron comprit finalement. Prendre parfois les choses pour acquis. Je connais ce sentiment.

« Hé Tetra, tu peut me l’apprendre aussi ? »

« Mais tu ne parles pas déjà normalement ? »

« Je suis assez faible dans le registre poli. »

Ron se gratta la tête sous l’effet de le honte.

« C’est ça qui t’embête ? Il va pleuvoir demain… les graines de navets ont été semées ? »

« Tu comprends, je suis le sous-chef en second, pas vrai ? Quoiqu’il arrive, je veux pouvoir parler de façon adaptée, » dit Ron et, au même instant, un cri de colère retentit.

« Oh ! C’est moi, le sous-chef !! »

C’était Rosewood.

« Qu’est-ce que tu racontes ? T’as pas déjà mis le chef en danger ? »

« Tais-toi ! Je suis plus fort que tout le monde à l’épée lors des entrainements ! »

« Erreur. Tu ne peux même pas battre le chef. »

« Malgré tout, je sais que je suis plus doué que toi. Pas vrai, frérot ? »

« Je suis le sous-chef, n’est-ce pas ? Chef ? »

Qu’est-ce qu’ils font ?!

Un sous-chef n’est pas choisi sur ses capacités à l’épée. Et plus précisément, ça serait vraiment dangereux si je nommais un de ces deux-là sous-chef.

« Avant tout, tout les deux, vous devez savoir bien parler. Celui qui le saura le premier sera le sous-chef, » dis-je et les deux garçons s’approchèrent de Tetra.

« Apprends-nous, vite !! »

« Attendez. Je suis encore en train de m’occuper d’Almus. »

Et alors qu’ils se disputaient, un par un, les enfants se rassemblèrent autour de nous.

« E-euuh… Je veux être un sous-chef aussi ! »

« Moi aussi, moi aussi !! »

Gram et Soyon commencèrent aussi à crier.

Finalement, je décidai de continuer mon apprentissage sur mon temps libre tous les jours.

« Quoi ? »

« Non, rien. »

En réalité, la sous-cheffe, c’était Tetra.

 

♦ ♦ ♦

 

C’était pendant la nuit.

Je me réveillai à cause d’une sensation gênante sur mon visage.

Quand j’ouvris les yeux, plusieurs papillons (ou phalènes) me voletaient au dessus.

En outre, un des papillons émettait une lueur verte. C’était étrange.

Après m’être complètement réveillé, les papillons voletèrent vers l’entrée de la maison semi-souterraine.

Soulagé, je refermai les yeux.

Dès que je le fis, mon nez me gratta. Quand je rouvris les yeux, je rencontra ceux du papillon. Le papillon voleta une fois de plus vers l’entrée.

Il le fit encore cinq fois avant que je comprenne.

« Tu veux que je te suive ? »

Et comme s’il me comprenait, le papillon continua sa route.

… On dirait que je ne vais pas pouvoir dormir à moins de le suivre.

Je ceignis mon épée à ma taille et suivis le papillon.

 

♦ ♦ ♦

 

« Où vas-tu m’emmener, bon sang ? »

ça faisait longtemps que je suivais le papillon.

Seul le clair de lune et la luminescence verte du papillon me montrait le chemin.

« Une minute. Je vais faire un repère. »

Tout les 10 pas, je marquais un arbre. C’était possible que ce soit un monstre-papillon qui voulait me faire me perdre… Je n’y crois pas vraiment mais je pourrai vraiment me perdre en cours de route.

Je le suivais depuis déjà un bon moment quand je sortis des bois.

Un petit lac s’étendait devant moi.

La surface du lac était illuminée par le clair de lune, rendait le lieu à la fois effrayant et mystérieux.

Tout d’un coup, quelque chose capta mon regard sur la berge opposée du lac.

Il y avait une fille aux cheveux pourpre royal.

On aurait dit qu’elle dormait, adossée à un arbre.

Le papillon luminescent alla vers la fille et se posa sur ses cheveux.

La fille se leva au même moment que la lueur verte s’éteignit.

Ses cheveux pourpre furent illuminés par le clair de lune.

Elle était très belle et mystérieuse.

Elle ressemblait à une nymphe lacustre et sélène.

« Ravie de te rencontrer… c’est la bonne chose à dire ? Cher messager du griffon. »

Et la fille rit d’un air espiègle.

 

<Précédent< >Suivant>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s