Otherworld Nation Founding Chronicles

Les Outils Agricoles en Fer


Traduction: Magycio

Edit: Zerkre


 

Les présentations étaient terminées.

Tous les enfants ci-présent ont été abandonnés par leurs parents, bien qu’ils l’aient été tous de différentes façons.

Ils venaient de partout.

Ces quelques derniers jours, je me suis fait des amis. En d’autres termes, il y avait une place pour moi parmi eux. C’était un soulagement complet.

Il y avait autant de garçons que de filles.

Normalement, c’était les filles qui étaient le plus souvent abandonnées mais en quelque sorte, cette fois, c’était moitié-moitié.

Mais bon, ça n’a pas vraiment d’importance.

Pour l’instant, je vais présenter les cinq personnes les plus importantes.

Ron, 12 ans. Le plus âgé parmi eux. Plus grand que moi, il était légèrement querelleur mais avait le sens des responsabilités.

Soyon, 12 ans. Elle est née dans le même village que Ron. Très mignonne. Elle sera sans doute la femme de Ron dans le futur. Elle s’adresse à moi toujours très respectueusement.

Bien que Ron ai son caractère, il se comporte plutôt bien avec les autres enfants. Au vu de comment ils sont proches, je me sens un peu seul.

Rosewood, 11 ans. Il était le numéro 2 jusqu’à ce que j’arrive. Il est plus autoritaire que Ron. Il semble qu’il m’ignore.

Tetra, 10 ans. Taciturne au possible, elle ne parle quasiment pas.

Gram, 10 ans. Menu et timide.

Ces cinq personnes sont le noyau du groupe.

« Pour le moment, je pense que nous n’avons pas d’autre choix que de faire de l’agriculture.»

Et je présentais mon plan en face de ces cinq personnes.

Franchement, demander son opinion à un enfant n’a aucun sens, ça aurait été mieux d’agir moi-même en ignorant leur avis.

Mais j’étais juste un étranger après tout, autant agir avec le mouvement.

Et puis, les ignorer à cause du fait qu’ils soient 10 ans plus jeune que moi était hors de question.

« Mais, ce n’est pas difficile de cultiver un champs ? Comment on va faire ? »

C’était l’opinion de Ron.

Je ne peux qu’être d’accord avec lui.

Les terres non-cultivées sont extrêmement dures à la base. Et avec toutes les racines profondément enfouies dans le sol, défricher sera exténuant.

Au point que ça pourrait être fatal à tous les enfants.

D’autre part, parmi les enfants qui peuvent être utiles, il y en a seulement six, moi y compris, ayant 10 ans ou plus.

Ça sera dangereux.

Mais c’est toujours mieux que de ne rien faire.

« C’est impossible je te dis. Abandonnons, » dit Rosewood d’un air indifférent en étirant ses jambes.»

Et puis, il me regarda.

« Je ne suis pas convaincu que ce qu’il dit soit bon. Tu n’es pas d’accord, Tetra ? »

« … D’un autre côté, seul l’agriculture nous permettrait d’avoir une source de nourriture stable. »

Tetra semblait être d’accord avec moi.

« Qu’est-ce que tu en penses, Gram ? »

« Eh ?! Ben… que… je ne sais pas. »

Gram avait l’air effrayé.

Tant pis, c’est normal qu’il ne sache pas. Il est encore un enfant après tout.

« Donc, comment allons-nous cultiver la terre ? »

« Nous devons acheter quelques outils agricoles en fer. En les ayant, je pense que ça sera beaucoup plus facile. »

« Acheter ? Qu’est-ce que tu veux dire par acheter ? »

Ah… ils ne connaissent pas l’argent. Alors c’est le mauvais mot à utiliser.

« Ça veut dire que nous allons devoir troquer quelque chose contre ça. »

« Si il y avait quelque chose à troquer contre les outils agricoles en fer, ça ferait longtemps qu’il serait dans mon estomac. Tu es un idiot. »

Rosewood, c’est vraiment méchant venant de toi. Seul un idiot peut traiter quelqu’un d’idiot.

« Il y a quelque chose que nous pouvons utiliser pour troquer. Malheureusement, ce n’est pas comestible. »

Il était tous les cinq stupéfait devant mes paroles. Trop mignon.

« Hé, je les ai amené. »

J’entendis la voix du griffon. On dirait qu’il a pu remplir l’objectif.

« Merci beaucoup. Avec ça, nous allons pouvoir faire quelque chose. »

Le griffon me donna une grande quantité d’épées et de lances. 70% étaient de fer, les 30% restants de bronze.

Toutes ces armes venaient de courageux (ou fous) venus de partout pour vaincre le griffon. Ils avaient rouillé à cause de leur exposition aux éléments, mais cela restait encore des métaux de grandes valeurs.

« Cela ne me dérange pas. Je n’ai aucunes utilités pour ces crocs et ces griffes. Ils ne se décomposent pas facilement et la puanteur de ces choses m’embêtait. Débarrassez-vous en rapidement, il en reste encore beaucoup, » dit le griffon puis il s’envola.

Le sens des valeurs d’un humain était complétement différent de celui d’une bête.

« Allons… allons-nous combattre ? »

« C’est faux. »

Je balayai la remarque de Gram d’une phrase. Je veux dire, Gram, tu es un peu trop radical.

Malgré que tu sois un lâche.

« Ces armes nous rendraient sans doute plus fort mais qu’un enfant puisse battre un adulte est impossible. Même si un enfant avait une arme et la faisait virevolter dans tous les sens, il pourra toujours être vaincu par un adulte désarmé. »

C’est clairement évident qui gagnerait un match entre un adulte et un enfant. C’est vraiment imprudent. Même sur le point de mourir de faim, il ne faut pas le faire.

« Tu vas les échanger contre des outils agricoles de fer ? »

« Exactement, Tetra ! »

J’allais caresser la tête de Tetra mais elle l’évita. Grand-frère est triste…

« On ne devrait pas plutôt les échanger contre de la nourriture ? »

Tetra répondit elle-même à la question de Ron.

« Si tu prends uniquement de la nourriture, nous ne pourrons pas avoir une source alimentaire stable. »

« C’est vrai. »

Ron se rangea à son avis rapidement. C’est bien, un Ron obéissant est un bon Ron.

« Mais comment allons-nous facilement défricher le sol uniquement avec des outils agricoles en fer ? » dit Tetra. « La terre dans les environ est horriblement dure. »

« Nous allons devoir chercher un endroit où la terre est meuble. Dans le pire des cas, nous devrons embaucher des adultes. Mais ça pourrait être inutile s’ils ne veulent pas se plier à nos conditions. »

On pourrait utiliser l’autorité du griffon.

Toutefois, ce sera en dernier recours.

Il y a aussi d’autres moyens pour le griffon d’aider.

Troquer les épées de fer contre de la nourriture ne ferait que retarder l’inévitable.

C’était décidé, nous allions échanger les armes contre des outils agricoles, c’était le plan.

Il n’y avait eu aucune objection.

Bon, tant mieux, s’il y avait des objections, j’aurai bien été embêté vu que je n’ai pas d’autre plan.

« Maintenant, le problème c’est de savoir où les troquer… Il y a quelqu’un qui connaît la géographie des environs ? » dis-je en regardant Ron. Celui-ci fit non de la tête à toute vitesse.

« Impossible, impossible. Je ne connais aucun village près d’ici. Soyon ? »

« Je suis désolée… je ne sais pas non plus. »

« Rosewood ? »

« Eh ?! Je… que… Je connais mais je ne peux pas vraiment dire… »

« En d’autres mots, tu ne sais pas. Gram ? »

« Je–, Je–, Je–, Je–, Je suis désolé… »

Bon, on n’y peut rien. Ils ne connaissent même pas la monnaie, je ne pouvais pas trop en attendre de leur culture. Il est peu probable de toute façon qu’un enfant de paysan sache ce qu’il y a hors de son village…

« Tetra ? »

« Je connais. »

Je suppose que c’est… Eh ?!

« Tu connais ? »

« Un peu. »

Et donc Tetra me parla de ce qu’il avait autour de la forêt.

Cette forêt portait le nom de forêt de Romano.

À l’est, il y avait le royaume de Rosaith. Au nord-ouest, il y avait un grand pays gouverné par un roi du nom de Gilberd et au nord-est, le royaume de Dommerga. Au nord de ces deux pays, il y avait le royaume de Faldarm.

« Le royaume de Rosaith n’est pas très grand. Ils n’ont pas de bons outils agricoles et pas beaucoup d’armes en fer. Je pense qu’il y aura des outils agricoles en fer dans les royaumes de Dommerga et Gilberd puisque ils sont de grands pays. Avec la famine qui fait rage en ce moment, ces deux pays en ont profité pour déclarer la guerre au royaume de Faldarm. »

« Je vois, c’est l’occasion idéal pour nous. Mais si nous n’agissons pas rapidement, les outils agricoles risquent d’être fondus pour en faire des armes. Nous devons nous dépêcher. »

Comment en sais-tu autant ? Je veux savoir d’où tu viens, mais ce n’est pas le moment. Ce serait impoli de la harceler sur ça alors que nous ne sommes pas proches. Si nous pouvions être en termes plus amicaux, ça serait déjà bien.

« Si j’étais un adulte… »

Tetra me regarda puis parla.

« Pour prendre seulement les armes, comment ferais-je ? »

Hum, elle marque un point. Un adulte qui parle facilement avec une enfant est rare. C’est différent en temps de paix, mais maintenant, c’est une situation de crise. Pour eux, il est important de gagner la guerre, mais la récolte de l’année prochaine est tout aussi importante. Ils ne se sépareront pas facilement d’outils agricoles en fer qui leur permettraient d’avoir une récolte abondante.

« Ne t’inquiète pas, j’y ai déjà pensé. J’utiliserai ceci. »

Je leur montrai une grosse plume. C’était une plume dorée magnifiquement lustrée.

« C’est–, c’est au griffon, non ? »

La voix de Gram tremblait.

« T–, toi, tu l’as volé ! » cria Rosewood.

C’est un peu dur de dire que je l’ai volé. J’ai juste ramassé ce qui était tombé par terre.

« Qu’est-ce que tu vas faire avec ? » demanda Soyon, confuse, la tête penchée. Soyon, tu es la meilleure pour être à la fois obéissante et adorable.

« Nous la leur montrerons en nous présentant comme les messagers du griffon !! Ensuite, ils n’oseront pas poser de problème, vous n’êtes pas d’accord ? »

« On ne risque pas d’encourir la colère divine ? » demanda Rosewood, son visage était le parfait exemple de la panique.

Bien que le griffon soit fantastique, il n’était un dieu. La colère divine ne nous tombera pas dessus. Du moins, je le pense.

Mais on dirait que les enfants pensent différemment. Tous, à l’exception de Tetra, avaient l’air vraiment paniqué.

C’est la différence entre ce que moi et eux pensent pour acquis.

« Je le lui ai demandé. »

Au moment où je le dis, les quatre eurent l’air complétement soulagé.

Le griffon était certes effrayant, mais je ne pense qu’on doive en avoir peur à ce point.

Mais bon, que ce soit ça ou autre chose, c’est toujours gênant.

« Bon, nous partirons bientôt. Pour l’instant, nous allons échanger 10 épées de fer et 10 épées de bronze là-bas. En cas d’urgence, ça poserait problème de les avoir toutes échangé maintenant. »

Pour le moment, nous ne troquerons que ça.

Ce dont nous avons besoin maintenant, ce sont des outils agricoles mais il y a d’autres choses toutes aussi importantes.

« Ça serait dangereux d’y aller tous, des volontaires ? »

Rosewood et Gram levèrent la main en même temps quand je le demandai.

« Très bien, allons-y Tetra ! »

Et j’attrapai la main de Tetra. Celle-ci me regarda perplexe.

« Je n’ai pas levé la main. »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Tu es la seule à connaître les environs, tu n’as pas d’autre choix ! » dis-je.

Tetra lâcha un gros soupir.

♦ ♦ ♦

« Nous voudrions échanger ceci. »

Le chef du village parut trouver mes mots suspects.

Ils devaient être méfiant qu’un enfant qui se présentait lui-même comme un messager du griffon veuille échanger des épées de fer et de bronze contre des outils agricoles.

Je peux les comprendre.

Le chef du village regarda les épées puis la plume du griffon.

Il semblait hésiter.

« Chef du village ! J’ai amené le forgeron ! »

Deux hommes coururent vers nous.

L’un d’eux commença à examiner les épées avec attention.

L’homme que je croyais être le forgeron eut l’air surpris.

Ces épées avaient toutes été amenées par des personnes voulant vaincre le griffon. Elles étaient rouillées mais restaient toujours des épées de très bonne facture.

Ça vaut des outils agricoles ? ou c’est trop peu ?

« Qu’est-ce que vous voulez ? »

« Laissez-moi réfléchir, 10 houes, trois haches et puis-je avoir 8 faucilles ? »

Bien qu’on appelle ça des outils agricoles en fer, il n’y que l’extrémité qui est fait de métal. Comparé aux épées que nous avons amenées, tout, excepté le pommeau, est fait en fer.

Nous pourrions probablement demander plus, mais nous sommes juste des enfants, ils pourraient refuser.

Nous devons demander juste un peu moins que ce que nous voulons vraiment.

Le chef du village accepta l’échange, bien que ça semblait lui faire mal.

Eh bien, si la guerre s’aggrave, ce sera une bonne monnaie d’échange car tous les outils agricoles en fer pourront être fondus en arme. Pour ce village aussi.

Avec le sentiment que nous pourrions revenir ici pour un prochain troc plus tard, nous partîmes.

<Précédent< >Suivant>

Publicités

2 réflexions sur “Otherworld Nation Founding Chronicles

  1. Mehlroth

    Merci pour le chapitre.

    J’ai repéré un nouveau petit oubli vers la fin du chapitre: « Deux hommes coururent vers nous.

    Un (des) deux commença à examiner les épées avec attention.

    L’homme que je croyais être le forgeron eut l’air surpris. »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s