Otherworld Nation Founding Chronicles

Les Enfants


Traduction : Magycio

Edit : Zerkre


« Qu’est-ce que c’est… »

«  Tu comprendras une fois que tu le verras. Ils sont de la même race que toi, gamin. »

Le griffon m’emmena à une grotte proche.

Une fois entré, je vis 30 enfants humains.

Cinq d’entre eux sont encore des bambins, 20 autres doivent avoir entre 7 et 9 ans. Et les cinq restants ont le même âge que mon corps actuel.

« Pourquoi ces enfants sont-ils ici ? »

« Vois-tu, les humains ont récemment commencé à abandonner leurs enfants dans ma forêt. »

Je vois, ça veut probablement dire qu’une famine fait rage.

Puisqu’ils sont affamés, les parents les abandonnent juste dans la forêt pour avoir moins de bouches à nourrir.

« Donc je dois m’occuper de ces enfants ? »

« Exactement gamin. Tu comprends vite. »

Le griffon hocha la tête avec sérieux.

Je ne déteste pas les enfants. En fait, je les adore.

Je peux sympathiser facilement avec eux qui ont été abandonné par leurs parents puisque j’ai aussi grandi dans un orphelinat.

Par conséquent, je n’ai aucun problème avec le fait de les aider.

Mais…

« Il n’y a rien à manger et peuvent-ils parler au moins ? »

« Je vous apporterais de la nourriture pendant trois ans. Pendant cette période, tu devras leur apprendre à se débrouiller seuls.»

C’est surprenant…

Je pensais qu’il dirait qu’ils devraient manger des insectes.

Il est gentil en fin de compte ?

« Pourquoi les aides-tu ? »

« Si un chiot affamé venait à toi, tu lui donnerais à manger ? Puis tu le délaisserais tout aussi vite ? Les aider me rend responsable d’eux jusqu’à la fin. C’est comme ça. »

Je vois.

Il était certainement conscient que c’était mal.

Bien qu’il ai la capacité de les aider, s’il ne l’avait pas fait, ils seraient mort de faim.

Pour quelqu’un d’aussi droit que lui, ce n’était pas acceptable.

Toutefois, les griffons et les humains sont tout simplement différents.

Il ne savait probablement pas comment les élever.

C’était un grand dilemme pour lui.

Bien, la discussion était close.

Je dois d’abord me présenter aux enfants.

« Pour faire bref, je suis votre chef désormais ! Heureux de vous rencontrer ! » dis-je, et…

« △○☓●■◇○ »

Ils répondirent dans une langue qui m’était totalement inconnue.

♦ ♦ ♦

 

Mauvaise nouvelle.

Je ne comprends le langage de ce monde.

Si j’y avais calmement réfléchi avant, c’était impossible que le langage de ce monde et le japonais soient identiques. Une telle chance n’arrive tout simplement pas dans la réalité.

Devenir leur chef et vivre dans cet endroit sera difficile.

Minute ! Comment ai-je pu parler avec le griffon si c’est le cas?

« Ah, désolé. Je me rappelle que les Errants ne pouvaient pas comprendre la langage de ce monde, je l’avais presque oublié. »

« Pourquoi est-ce que je peux communiquer avec toi alors ? »

« Je possède la Bénédiction Divine du Verbe Divin, donc c’est tout à fait naturel. »

Bénédiction divine… si j’avais encore un doute d’être dans un monde fantastique, ça me l’aurait ôté.

On pouvait s’y attendre de la part d’un griffon. Il avait un pouvoir caché en fin de compte.

« Mais c’est un problème, n’est-ce pas ? Très bien, je vais te prêter cette bénédiction divine un moment. »

« … Tu peux la prêter ?! »

« Normalement, c’est impossible. Cependant, j’ai la Bénédiction Divine du Prêt. »

T’es vraiment parfait, Griffon !

Une tête d’aigle sur un corps de lion n’était pas que pour de l’esbroufe après tout.

« Mais ça ne te posera pas de problème ? Tu pourras toujours communiquer avec les enfants ? »

« Idiot de gamin, ce n’est pas ces précieuses bénédictions divines que je te prêterais. Je te donnerais uniquement la Bénédiction Divine du Langage. »

« Combien as-tu de bénédiction divine ? »

Il en a déjà mentionné trois.

Il y a eu une réduction spéciale sur les bénédictions divines ou quoi ?

« 12. Toutefois, il n’y en a pas beaucoup d’utile. La Bénédiction Divine du Langage est inutile pour moi à cause de mon organe vocal. »

Dans tous les cas, il en avait trop, non ?

Il est vraiment une créature cheatée au-delà de l’imaginable. Ou est-ce que c’est juste normal pour un griffon ? Et tout d’abord, en incluant celui-ci, combien de griffons existe-il ?

Mais bon, ça n’a pas d’importance.

« Dans ce cas, une fois encore, heureux de vous rencontrer. »

Une langue étrangère sortit naturellement de ma bouche comme si je l’avais toujours parlé.

En effet, cette bénédiction est très pratique. Avec ça, je n’ai même pas besoin d’apprendre l’anglais.

« Oui… nous sommes aussi heureux de te rencontrer… grand-frère, » répondit une fille brune.

Grand-frère… ouh, ça me donne des frissons.

« Toi, dis-moi ton nom ! » demanda un gamin de toute évidence effronté.

« Avant de demander le nom de quelqu’un, tu ne devrais pas te présenter d’abord ? » répondis-je banalement et le garçon me donna son nom du bout des lèvres.

« Je suis Ron. Jusqu’à présent, j’étais le chef. Voilà, je t’ai donné mon nom, dis le tien maintenant ! »

« Mon nom est… »

J’allai le dire quand je le réalisa.

Comment devrais-je me présenter ?

Devrais-je donner mon nom japonais ? Mais je ne suis plus japonais désormais. Ça ne me paraît pas correct d’utiliser ce nom.

Non, je m’en moque du nom mais…

« Mon nom pour ce monde, qu’est-ce tu penses qui irait ? » demandai-je au griffon.

« Que penses-tu d’Almus ? »

« Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Il n’a aucune signification particulière, j’aime juste sa sonorité. »

Je vois.

Mais bon, ça devrait convenir qu’il n’ai aucune signification dans ce monde.

« Alors, je suis Almus. Enchanté de te rencontrer, Ron. »

Et je lui tendis la main. Ron détourna juste le regard.

Pourquoi ?

« T’as quel âge ? »

« 20 ans. »

« Menteur !! »

C’est pourtant la vérité…

Je regardai le griffon. S’il te plait, dis-le toi.

« Il ne ment pas, c’est vrai. »

« Oui !… Si c’est le griffon qui le dit… »

Ron devint tout d’un coup docile.

Il me fixa ensuite et déclara.

« Je ne te reconnais néanmoins pas comme notre chef ! »

C’est donc ça ?

Eh bien, je ne peux pas dire que je ne comprends pas. Un enfant sort tout à coup de nulle part et dit qu’il est leur chef.

« Je suis désolé, Ron n’y met aucune mauvaise volonté. Il est juste un peu idiot… » dit la fille qui m’avait appelé grand-frère un peu plus tôt, pour excuser Ron.

« Quel est ton nom ? »

« Je suis Soyon. Ron est mon ami d’enfance. »

Je vois. Ami d’enfance ?

Ron, tu es vraiment un foutu chanceux pour avoir une amie d’enfance aussi mignonne.

« Hé ! Qui c’est que tu traites d’idiot ?! »

« Mais c’est la vérité. »

« Tu es idiote de me traiter d’idiot ! »

« Alors tu l’es aussi, Ron. »

« Idiote idiote idiote idiote idiote idiote idiote !! »

Et ils ont commencé à se disputer.

Enfin, c’est plus semblable à une querelle d’amoureux.

Les regardant tous les deux, les autres enfants commencèrent à rirent.

C’est une bande plutôt animé on dirait.

Vu de l’extérieur du moins.

Pour être exacte, ils ne peuvent pas faire autrement.

C’est juste.

Ils ont été emmené au fin-fond de la forêt et y ont été abandonné par leurs parents.

Ce n’est pas étonnant qu’ils soient choqués psychologiquement.

Qui parmi ces enfants veut toujours croire en ses parents ?

Ils essaient désespérément d’oublier.

Depuis combien de temps Ron portait le fardeau d’être leur chef ?

La raison pour laquelle Soyon m’avait accueilli de la sorte n’était pas parce qu’elle avait confiance en moi, mais probablement pour diminuer le poids que devait porter Ron.

Ils se chamaillent tous les deux pour amener de la bonne humeur dans le groupe.

Ils font sans cesse des choses idiotes comme ça tous les jours.

Par contre, je ne sais pas s’ils le font consciemment ou non.

Mais quoiqu’il en soit, ce n’est tout simplement pas normal qu’un enfant doive faire des choses comme ça.

« Je vais les aider à tout prix, » murmurai-je.

<Précédent< >Suivant>

Publicités

5 réflexions sur “Otherworld Nation Founding Chronicles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s