Otherworld Nation Founding Chronicles

Possession


Traduction: Magycio


 

La mort s’était soudainement présentée à moi.

D’une façon que je n’aurai jamais imaginé.

Sous la forme d’un camion me fonçant dessus.

Le temps ralentit. Les choses que j’avais laissé inachevé défilèrent une par une dans mon esprit avant s’évanouir.

Mon patron de mon ancien travail à temps partiel, mon ami, mon professeur à l’université. Ça me fait penser, je n’ai pas encore rendu mon rapport…

Et enfin, toutes les personnes de mon orphelinat.

Je n’aurai jamais pensé qu’ils finiraient par me remercier pour mon assurance-vie.

Mais si possible, j’aurai préféré vivre encore.

Alors que je pensais ça, j’entendis un rire d’enfant et chaque os de mon corps fut brisé.

J’étais dans une forêt quand je m’éveillai.

Je regardai autour de moi et dans le ciel.

La lune, dont j’avais l’impression qu’elle était plus grosse que la lune que je connaissais, luisait dans le ciel.

Les arbres illuminaient par le clair de lune était très grand. Je me demande qu’elle est la différence d’âge entre eux et moi ?

Était-ce l’au-delà ?

Il y avait une histoire à propos d’un champ de fleur et de la rivière Sanzu mais je ne voyais ni l’un ni l’autre.

C’était vraiment l’au-delà du pauvre.

Où suis-je bon sang…?

Tout d’un coup, je sentis quelque chose d’amer dans ma bouche.

C’était de l’herbe que je recrachai.

Pourquoi ai-je mangé de l’herbe ?

Et ensuite, je réalisai que j’étais affamé.

Des vertiges, de la fatigue et une sensation générale de malaise assaillirent tout mon corps.

Si je ne mange pas quelque chose, je vais assurément mourir…

Je dois trouver quelque chose que je puisse manger.

Des glands, des champignons, tout ira.

Quelque chose que je puisse manger.

Soudain, un gros mille-pattes entra dans mon champ de vision.

Normalement, j’aurai crié et fuis mais je le regardai pour une tout autre raison.

En regardant attentivement, je pense qu’il a beaucoup de muscles.

Je suis certain que le poison est localisé dans sa bouche, donc à part la bouche, vais-je pouvoir le manger…?

Je peux le manger ?

Pour la première fois, je mangeai un mille-pattes.

C’était vraiment dégoutant.

« Maintenant que j’y pense, je ne devrais pas m’inquiéter pour les parasites ? » m’inquiétai-je après que le mille-pattes m’ait rempli l’estomac.

J’étais un peu inquiet…

Vais-je être affaibli si je ne me nourri pas assez ?

Toutefois, je ne sais pas comment allumer un feu. Tant pis, autant manger cru car je veux survivre.

Comme je l’ai bien mâché, ça devrait aller, oui, tout ira bien… probablement.

Si mon cerveau fonctionnait à la moitié de ses capacités et hésitait, je pourrai mourir de faim.

Je ne peux juste que souhaiter qu’il n’y ait eu aucun parasite dans le mille-pattes.

« J’ai soif… »

Je me mis à marcher à la recherche d’eau.

Je voulais m’ôter rapidement l’arrière-goût du mille-pattes de la bouche.

Je marchai depuis dix minutes quand je trouvai un ruisseau.

La première chose qui me vint à l’esprit était de ne pas boire cette eau, mais ce n’était pas comme si je pouvais faire autrement, ne sachant pas allumer un feu pour la faire bouillir et la stériliser.

« Je me sens revivre… »

L’eau était importante au final.

L’eau paraissait claire, je pense que ça ira… probablement.

Je regardai mon reflet à la surface du ruisseau.

Le clair de lune éclairait mon visage.

C’était qui, ce type ?

Un gamin aux traits émaciés et aux cheveux gris me regardait.

???

Stop, stop, l’eau a surement mal réfléchi mon reflet. Même la lumière peut quelques fois faire des erreurs.

Je rejetai la réalité de toutes mes forces car mon cerveau n’arrivait pas à la comprendre.

Je me touchai les joues craintivement.

Je sentais que mes pommettes saillaient.

Je n’étais pas gros mais pas assez maigre pour que mes pommettes soient visibles.

Ensuite, je tirai sur mes cheveux. Ils étaient gris.

Un japonais typique aurait dû avoir des cheveux noir corbeau.

C’était la réalité.

En d’autres termes, c’était ça, la célèbre…

« C’est une réincarnation… »

Je levai les yeux vers le ciel nocturne.

La lune qui y brillait était deux fois plus grosse que celle de de la Terre.

 

>Suivant>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s