Magi’s Grandson

Faire un discours


Traduction: Magycio


 

Gus vint à la maison avec oncle Dis.

Gus, qui rencontrait papy pour la première fois, fut profondément ému et ses yeux s’embuèrent. Bien que ça me paraissait surréaliste, comme je le pensais, papy est vraiment incroyable.

Il semble que la petite sœur de Gus a fait une scène pour venir à la maison mais comme ils ne sont pas là pour s’amuser, elle fut laissée au palais. Gus a dit que le désespoir sur son visage à ce moment était hilarant. Etonnamment, il a mauvais fond, hein.

D’ailleurs, elle avait 10 ans et semblait tenir mamie Melinda en grande estime.

En parlant du fait qu’ils n’étaient pas venus aujourd’hui pour s’amuser, dans ce cas, la raison était…

« Il est temps pour nous de partir. »

L’examen d’entrée remontait à quelques jours et aujourd’hui avait lieu l’annonce des résultats. Gus m’avait invité à y aller avec lui. C’est à cause de ça qu’ils sont venus aujourd’hui. Et celui qui avait le rôle de messager était oncle Dis. Le roi en personne…

Néanmoins, seul nous deux y allions. Ce serait la panique si nous y allions avec papy, et avec le roi, ce serait carrément un autre problème. Donc papy et oncle Dis gardaient la maison aujourd’hui.

Pourquoi es-tu venu ici, oncle Dis ?

Il y avait aussi la demande de Gus, qui a dit qu’il voulait se promener en ville, donc nous marchions vers l’académie. Elle était proche de toute manière.

Aujourd’hui, Gus n’avait pas d’escorte. Il a dit que si j’étais avec lui, il n’en avait pas besoin. Bien que ça me fasse plaisir qu’il ait autant confiance en moi, c’est vraiment bien ? Il est de la famille royale, non ?

Pour Gus, qui marchait dans la ville sans escorte pour la première fois, peut-être enivré par ce sentiment de liberté, il marchait en s’arrêtant ici ou là. À cause de ça, le trajet qui ne devait prendre que 15 minutes nous en prit 30 pour arriver à l’académie.

Quand nous arrivâmes à l’académie, nous avions dans les deux mains des brochettes grillées.

« Oh, on dirait que tout le monde est là, » murmura le prince, la bouche pleine de la viande des brochettes.

« On dirait, oui~, » dit le petit-fils du héros en léchant la sauce sur ses doigts.

Oui, je vais être réprimandé. À coup sûr.

Je mis les brochettes finies dans l’espace extra-dimensionnelle et nous allâmes vers le panneau d’affichage où étaient les résultats des candidats étant passé. Nous nous faufilâmes dans la foule et atteignîmes le panneau d’affichage. Voyons, mon numéro est…

« Ah, il est là. »

« Le mien est là aussi. »

Il semblerait que nous deux ayons réussi l’examen avec les honneurs. Après l’avoir topé avec Gus, nous rejoignîmes la file devant le bureau de la réception pour ceux ayant été accepté. Nous y recevrons nos cahiers et uniforme. Les classes y étaient aussi annoncées.

La file avançait lentement, et bientôt, ce fut mon tour. Gus était la personne après moi.

« Bien, suivant. »

Je donnai à la réceptionniste mon ticket d’admission et ma carte de citoyenneté.

« Oui, je vérifie… Humm ? Vous… Donc vous êtes Shin Walford ? »

« Oui. »

« Humm, donc vous êtes le « petit-fils du Philosophe » des rumeurs. Bon, ceci sont vos cahiers. Voilà la liste, vérifiez s’il vous plait et si quelque chose manque, dites-le moi immédiatement. Et voici votre uniforme, il a été fait sur-mesure grâce aux informations de votre carte de citoyenneté. Toutefois, s’il la taille ne correspond pas, ne serait-ce qu’un peu, faites-le moi savoir immédiatement. En outre, l’uniforme dispose de différentes protections magiques. Ne pensez et n’essayez surtout pas de réparer vous-même. »

Après avoir écouté les explications de la réceptionniste, je reçu mes cahiers et mon uniforme.

« Ma grand-mère ne peut pas réparer mon uniforme aussi ? »

« Votre grand-mère est… Ah~ Vous voulez parler de dame Melinda. Si c’est dame Melinda, il n’y aura pas de problème. »

Alors, je me demande si c’est bon pour moi aussi ? Remodelons-le magicalement plus tard alors.

Par ailleurs, il semble que j’ai été assigné à la « classe S ».

Je reçu un papier listant la date et l’heure de la cérémonie d’entrée ainsi que des choses à y amener. Juste quand je songeais à rentrer, al réceptionniste m’arrêta en m’appelant.

« Ah, aussi, Shin Walford, puisque vous êtes le premier à l’examen d’entrée, vous avez été choisi pour faire un discours lors de la cérémonie d’entrée en tant que représentant des premières années. Donc pensez à un discours et préparez-le, d’accord ? »

Je n’en cru pas mes oreilles.

« Représentant des premières années… un discours ?! »

« Oui, » confirma-t-elle avec un sourire éblouissant.

Non, non, attendez un peu.

« Euh, dans la promotion des premières années de cette année, vous avez Gus… Son Altesse le prince Augusto, non ? Cette année, peu importe comment y pense, le discours devrait être donné par Son Altesse. »

Même dans ma vie précédente, je n’avais aucune expérience dans les discours. Encore moins dans ce monde. Je suis désolé pour Gus mais il va prendre ma place en tant que sacrifice.

« Hé, hé, de quoi tu parles, « Premier à l’examen d’entrée » ? C’est la tradition que celui ayant le meilleur score à l’examen d’entrée doive faire un discours dans l’académie de magie supérieure d’Earlshide, qui est pleine d’autres traditions, depuis sa fondation. Si je faisais le discours de représentant des premières années par égoïsme, la honte souillerait la famille royale jusqu’à la fin des temps. »

Gus, qui était derrière moi, avait sortit ce qui ressemblait à un argument.

Avec un petit sourire narquois.

Hé ! Il trouve ça vraiment amusant ! Ce gars a vraiment mauvais fond !

« To-toi. »

« C’est exactement ce qu’a dit Son Altesse le prince Augusto. Dans cette académie, il n’y a pas de rang ; c’est complétement selon le mérite. Il n’y a pas d’exception, même pour la famille royale. Même quand Sa Majesté le roi était inscrit ici, j’ai entendu dire que ce ne fut pas lui qui donna le discours. »

Ma voie de retraite a complétement été barrée.

« Bien, puisque c’est ainsi, bonne chance et, s’il te plait, réfléchis à un discours, » me dit-il avec le plus beau que je lui ai vu depuis que je le connais.

Sérieusement… je fus dévasté par le chagrin de devoir donner un discours à la cérémonie d’entrée et oubliai une fois encore de chercher Maria et Sicile. Je le remarquai seulement une fois de retour chez moi.

… Je suis trop tête-en-l’air, moi…

♦ ♦ ♦

Shin fut abattu par la charge du discours du représentant des premières années et remonta la file d’attente, l’œil lasse.

Maria et Sicile étaient dans la file.

« Ah ah ! Je suppose que je n’étais pas capable d’être la première à l’examen d’entrée, hein. »

« Il est incroyable. Bien qu’il soit bon en arts martiaux, il l’est aussi en magie. »

Sicile souriait en suivant Shin des yeux.

« Sicile, on n’appelle pas Shin ? »

« Ah, non… C’est bon. Même si nous l’appelions, je ne saurai pas quoi dire… »

« Qu’est-ce que tu dis ? Alors que vous avez enfin le point commun d’avoir l’examen ensemble. »

Après avoir entendu les paroles de Maria, Sicile écarquilla les yeux de surprise.

« Je viens juste de le réaliser… » dit-elle.

KNM_Volume_1_Illustration_8

« Ah ! Ce n’était pas une bonne occasion qui vient de passer à l’instant ?! »

« C’était une bonne occasion. »

« Bon sang… qu’est-ce que tu as fait… »

« En effet, qu’est-ce que j’ai fait… »

Contrairement aux personnes qui les entouraient, souriant de joie d’avoir réussi à entre dans la plus célèbre école du royaume, seuls ceux autour de Sicile ressentirent une lourde atmosphère.

« Vraiment, qu’est-ce que tu as fait… »

♦ ♦ ♦

Quand je rentrai chez moi, l’air épuisé par différentes choses, on me demanda « Tu as échoué ? » mais je leur répondis que je devais faire le discours du représentant des premières années car j’étais le premier à l’examen d’entrée. Après que j’ai dit que c’était déprimant pour moi, ils me félicitèrent et dirent que c’était incroyable d’être le premier.

« Hohho, représentant des premières années tu dis. Tu as bien travaillé, Shin. »

« Puisque je t’ai appris plein de choses, c’est plus que normal. Mais tu as bien fait. »

Ils me complimentèrent tous les deux en souriant.

« Sans surprise de la part du jeune maître Shin. »

« C’est normal si c’est le jeune maître. »

« Pour ma part, je pense qu’il aurait pu même devenir le meilleur étudiant à l’académie militaire de formation des chevaliers. »

Marika, Steve et même Alex me complimentèrent, bien que ce qu’avait Alex était un peu différent.

« Père, je suis désolé de ne pas être le premier. »

« Ah, non. Puisque tu avais Shin comme adversaire, nous n’y pouvons rien. Car il est vraiment incomparable à nos standards. Ceci mis à part, tu as aussi réussi à passer l’examen. En outre, tu es dans la classe S. Tu peux garder la tête haute. »

D’une certaine manière, je sens qu’on parlait de moi de façon atroce.

« Autre chose, Shin, tu ne dois pas être si déprimé pour le discours d’entrée. »

« À propos, Père, il semblerait que Shin ne soit déprimé juste parce qu’il doit faire un discours en tant que représentant mais aussi pour une toute autre raison. »

« Une autre raison ? »

« Il semble qu’il ait oublié de chercher ses connaissances. »

« Connaissance… Oh~… une fille, hein. »

« Je le crois aussi. »

Sourire entendu x2

Ce père et ce fils, bon sang ! Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre.

Qu’est-ce qu’il a dit de sa propre initiative ?! Non, il a raison !

« Et alors ? Quel genre de fille est-elle ? »

« Ah-ah. Elle a de longs et magnifiques cheveux bleus, un visage au trait fin, de grands yeux noirs légèrement inclinés, une taille de à peu près 1m55, un très bon goût ; une fille vraiment superbement belle. »

« Non… Je ne demandais pas autant de détails… »

« Tch, il a répondu normalement. C’est ennuyant. »

Hé ! Va au diable, Gus ! T’as vraiment un sale caractère !

« Hohho. Nous venons juste d’arriver à la capitale et tu as déjà expérimenté tant de choses. Très bien, vraiment très bien. »

« Shin, tu ferais mieux d’amener cette fille à la maison. Je veux la voir. »

Puisque j’étais venu à la capitale pour apprendre à socialiser, il est normal que papy soit content que j’aie déjà expérimenté beaucoup de choses.

Cependant, mamie était, au contraire, effrayante.

Et à partir du lendemain, les jours où je dû réfléchir au discours d’entrée commencèrent. Je n’eus plus aucun instant à moi !

♦ ♦ ♦

Dans le manoir d’un certain noble.

Dans une des pièces de ce manoir, il y avait un jeune homme qui était rentré quelques instants après l’annonce des résultats à l’académie de magie.

« Je suis dans la classe A…? Pas dans la S mais dans la A…? C’est impossible… En plus, le type qui m’a humilié est devenu le représentant des premières années…? C’est une blague… oui, c’est une blague… Je suis sûr qu’il a dû tricher d’une manière ou d’une autre… Les professeurs de l’académie doivent être aussi ses complices… Si non, alors comment ai-je pu… Comment ai-je pu… Impardonnable… Impardonnable… IMPARDONNABLE… »

Le murmure emplit de rancune et de colère résonna dans la pièce sombre.

♦ ♦ ♦

Maintenant, c’est arrivé. C’est arrivé. La cérémonie d’entrée.

Malgré ma nervosité d’hier… je fus quand même capable de bien dormir. Comme ça ne savait à rien de se tourmenter, j’ai accepté mon destin et réfléchi à un discours. Eh bien, je ne serai pas responsable de ce qui se passera après.

Aujourd’hui, nous nous rendîmes à l’académie à bord du carrosse. La raison était que papy et mamie venaient aujourd’hui en tant que mes tuteurs. Si nous nous y étions rendu à pied, l’agitation aurait été inévitable. C’est pour ça que un carrosse fut envoyé du palais royal. C’était un carrosse luxueux semblable à un que j’avais vu dans un musée dans ma vie précédente. Ce fut un voyage dans le plus grand confort mais je me sentis quand même mal-à-l‘aise.

Aujourd’hui, bien que ce soit évident, je portais mon uniforme. C’est un blazer bleu avec un pantalon noir et, pour les premières années, la cravate est rouge. Les secondes années avaient une cravate bleue et les troisièmes années, une cravate verte. Les premières années porteront l’année prochaine une cravate verte. Les filles portaient une jupe noire plissée un ruban à la place de la cravate.

En fait, il y avait aussi d’autres académies supérieures dans la capitale. Comme l’académie militaire de formation des chevaliers et l’institut de droit et d’économie supérieure.

L’académie militaire de formation des chevaliers se passe d’explication. C’est une académie qui forme des chevaliers commandant des soldats pour la protection du royaume. C’est endroit où sont rassemblés les homes et femmes exceptionnellement forts. Le ratio homme/femme semble ente de neuf hommes pour une femme. C’est aussi la mère nourricière de Michel et Chris. Leurs uniformes sont à peu près les mêmes, mais avec différentes nuances de rouge.

Quant à l’institut de droit et d’économie supérieure, c’est un endroit où l’on apprend l’économie et le droit. Cette académie accueillait des marchands et des fonctionnaires. Elle est aussi connue comme le rassemblement de la matière grise du royaume. Bien qu’ils n’aient pas de capacités de combat, le royaume ne fonctionnerait pas sans eux. Le ratio homme/femme était 50/50. Oncle Tom, le marchand, était diplômé de là. Le design de l’uniforme est, bien sûr, identique mais avec différentes nuances de vert.

Le calme « bleu ».

Le bouillonnant « rouge ».

L’instruit « vert ».

Et voilà ; les trois grandes académies supérieures du royaume d’Earlshide.

Bien qu’il y ait d’autres écoles pour les nobles et les fortunés, je les ai omise car elles n’ont aucun lien avec le sujet.

Et aujourd’hui, papy portait une cape magnifique que je n’avais jamais vue avant. C’était une cape qui lui avait été offerte par le royaume avec la médaille du « Premier Ordre ». Elle était cousue de fils d’or entourant un tissu blanc et en la voyant, on sentait que c’était une cape incroyable. La cape était portait sur un uniforme blanc de coupe militaire.

Mamie portait aussi la même cape. Elle portait en dessous une robe bleu clair. Comme elle était de base une très belle femme avec un sens aiguë de la mode, ç a lui allait très bien. Bien qu’elle avait l’âge d’être appelée mamie, il y en avait toujours certains qui étaient captivé par sa beauté parmi les domestiques.

Et elle portait aussi des lunettes à monture du même bleu que sa robe à la place de ses habituelles lunettes allongées à monture argentée.

Comme l’académie n’était qu’à 15 minutes à pied, avec le carrosse, nous arrivâmes en 5 minutes. Le foule, qui nous regardait… ou plutôt qui regardait papy et mamie sortir du carrosse, commença à faire un vacarme de tous les diables. Et ensuite, puisque la rumeur qui disait que leur petit-fils allait assister au cours de l’académie s’était répandue, des regards curieux se tournèrent progressivement vers moi.

Alors que j’endurai ces regards malaisants, un employé de l’académie vint vers nous et nous guida vers la salle de cérémonies. Ouf… Nous sommes sauvés. J’avais vu que mamie était sur le point de craquer.

« Vraiment, chacun d’entre eux ! Je ne suis pas un spectacle ! »

Elle craqua.

« Bien que ce soit le grand moment de Shin, je suis navré par cette terrible agitation. »

« C’est vrai ! Qu’auraient-ils fais si les nerfs de Shin n’avaient pas supporté ça et qu’il échoue dans le discours d’entrée ! »

Nn. Ils sont sur la même longueur d’onde. Ils devraient juste revenir à la normal, vraiment.

Ou plutôt, mamie, tu n’as pas à envisager le pire des cas.

Ainsi, mes deux tuteurs allèrent vers le lieu de la cérémonie tandis que je me dirigeai vers le lieu de rassemblement des premières années avant de rentrer dans la salle.

« Lu, Shin. Tu n’es pas trop nerveux ? »

« Ah, Gus, Non, je me sens bien. »

Quand j’arrivai au lieu de rassemblement, je rencontrai Gus.

Depuis la dernière fois, nous nous étions rencontrés de temps en temps. Nous étions assez familier l’un avec l’autre.

« Aujourd’hui, bien qu’il n’y ait pas que les premières années et les étudiants actuels mais aussi Père, le roi, la noblesse du royaume et des dirigeants qui seront aussi présent, tu n’as pas à être nerveux, tu sais ? »

« Non, c’est pourquoi j’ai dit… »

« Le meilleur des premières années, Shin, va à coup sûr faire un discours merveilleux. J’ai hâte de l’entendre. »

Ce-Celui-là… Il le fait exprès. Il a commençait exprès à parler et à essayer de me rendre nerveux !

« Gus ! Salaud ! »

« Hé, quelque chose ne va pas, Shin ? Qu’as-tu à t’exciter comme ça ? »

« C’est fait exprès, hein ?! Tu l’as définitivement fait exprès ! »

« Hahaha, de quoi tu parles ? »

« Salaud ! »

« Vous là ! La cérémonie va commencer ! Arrêtez de crier ! »

« « Je suis désolé. » »

« Vraiment, regardez, ça va commencer, mettez-vous en ligne. »

Nous fûmes grondé par un professeur.

« Gus… à cause de toi, on s’est fait remarquer alors qu’on vient juste d’être admis. »

« Mouahaha. Ne dis pas ça. C’est pas grâce à moi que tu n’es plus nerveux ? »

Maintenant que j’y pense… mon cœur, qui battait la chamade depuis la remarque de mauvais augure de mamie, s’était calmé un petit peu.

« Gus… »

« Eh bien, c’est juste une coïncidence ! »

« Gus ! »

« Et là ! Silence ! »

« «  Oui ! Je suis désolé. » »

Gus riait encore. La première fois où nous nous sommes rencontré, je ne pouvais pas l’imaginer mais il a vraiment mauvais fond… en fait, ça serait plus correct de dire qu’il a un bon caractère. À chaque fois qu’il disait des taquineries, c’était comme jouer avec lui. Comme c’était la première fois qu’il avait un ami de son âge… ou plutôt, puisque nous sommes d’une certaine façon cousin, on n’y peut rien si il trouve amusant de chahuter avec moi.

Pour information, nous sommes tous les deux normaux ! Bien que je ne l’aie jamais rencontré, il paraît que Gus a une fiancée et je l’ai souvent entendu parler tendrement d’elle. Et si c’est possible, je veux qu’ils deviennent les amis de Sicile…

Soudain, j’entendis une voix derrière moi.

« E-Euh… Shin, ç-ça fait longtemps. »

C’était Sicile.

« Salut, Sicile. Il paraît que tu as aussi été admise. Et Maria aussi. »

« Ne le dis pas comme si tu y avais pensé après coup ! »

« Désolé, désolé. Je n’ai pas pu vous voir durant l’examen d’entrée et lors de l’annonce des résultats donc je me suis un peu inquiété de comment vous alliez réagir. »

« Bien que je t’ai remarqué les dernières fois… l’atmosphère alors ne nous permettait pas de te parler… »

« Hein ? Ah~ ces fois-là ? »

C’était la fois où j’ai eu une altercation avec Cart et la fois où j’ai appris que j’étais le représentant des premières années.

C’est vrai que c’était un peu trop agité.

« Ceci dit, si vous êtes aligné ici, ça veut dire… »

« Oui, nous sommes aussi dans la classe S. Ça te va, monsieur le premier ? »

Comme Sicile riait avec bonne humeur, je la contemplai inconsciemment.

« Shin, c’est de cette fille dont tu as parlé ? »

Hé ! Qu’est-ce que tu penses être en train de dire ?!

« Ah~ si je me souviens bien, vous êtes… »

« Cela fait longtemps depuis notre dernière rencontre, Votre Altesse prince Augusto. Je suis la seconde fille du comte Meshina, Maria. »

« Cela fait longtemps depuis notre dernière rencontre, Votre Altesse prince Augusto. Je suis la troisième fille du vicomte Claude, Sicile. »

Un comte et un vicomte ?! Ce sont des nobles !

« Hein ? en mettant de côté Sicile, Maria est aussi une noble ? »

« Attends ! Qu’est-ce que tu sous-entends par là ?! »

« Ahahahah. »

Ah, j’ai fais rire Sicile.

« Alors, pourquoi tu n’as rien dit ? »

« Après tout, quand je dis que je suis la fille d’un noble, beaucoup de gens change d’attitude avec moi. »

« C’est vrai, à la place dire qu’ils deviennent plus formel… J’ai souvent l’impression qu’ils creusent un écart entre nous. »

« Humm, c’est comme ça ? »

« Tu es le seul spécial. Vous deux, puisque l’autorité et les convenances de la société ne l’affectent pas, vous pouvez vous rapprochez de lui sans masque. »

« Hein ? Votre Altesse, que voulez-vous exactement dire par… »

« Vous ! Ça suffit ! Allons-y ! »

Quand Maria allait demander quelque chose, la voix du professeur la coupa.

Ensuite, les étudiants actuels, les professeurs, les tuteurs et les autres invités nous saluèrent en applaudissant à notre entrée dans la salle de cérémonie.

Sur scène, il y avait les orateurs invités : le discours de l’actuel président du conseil des élèves et du principal continuait, mais tous ce qu’ils disaient rentrait par une oreille pour en ressortir par l’autre.

Ma tête était pleine de mon propre discours.

Et ensuite… mon tour arriva.

« Et maintenant, continuons avec le discours du représentant des premières années. Le premier à l’examen d’entrée de cette année, Shin Walford. »

« Oui ! »

« Hein…? »

« Walford ? »

« C’est ça, Shin Walford. Il est le petit-fils du héros. »

« « !! » »

On dirait que Gus explique chose aux filles. Hein ? Je ne leur avais pas dit ?

Oublions ça, c’est l’heure du discours. Je montai sur scène, tendu.

La salle était horriblement bruyante. Je vous ne pris, calmez-vous un peu.

« Laissez-moi me présenter, je suis le représentant des premières années, Shin Walford. Aujourd’hui, en ce grand jour, je suis très heureux d’être devant les tuteurs et nos distingués invités ; d’être accueillis par les enseignants et les autres étudiants, et d’avoir pu m’inscrire à l’académie de magie supérieur d’Earlshide. »

Ouf, pour l’instant, je pense que j’ai bien commencé avec les phrases standard.

« Depuis l’enfance, j’ai appris beaucoup de choses de mes grands-parents et de leurs proches. Néanmoins, malheureusement, comme nous vivions au fin-fond de la forêt où grand-père s’était retiré, j’ai grandi sans rien savoir du monde. En cette occasion, une certaine personne a dit : «  inscris-toi à l’académie et apprends le bon sens. » »

« Après être venu à la capitale royal, ce qui m’entourait avait changé radicalement. Je fus même capable de me faire des amis. Je ferais probablement plus de rencontre quand j’entrerai à l’académie. J’attends avec impatience ceci. Qu’en est-il des études ? C’est probablement ce que vous voudrez me demander mais les rencontres avec les gens sont quelque chose qui m’est précieux et important. C’est pourquoi on me dira sans doute d’étudier plus tard. Bien sûr, je n’ai aucune intention de négliger mes études. Je voudrais pouvoir construire une relation avec ceux qui je rencontre au point que nous puissions bien travailler ensemble. »

« C’est pourquoi, vous tous, ne me mettez pas de côté seulement car je suis ignorant à propos du monde, d’accord ? Si vous faites ça, je finirai pour pleurer. »

« Tuteurs, distingués invités, surveillez-nous gentiment et, de temps en temps, soyez strict avec nous. Professeurs et actuels étudiants, bien que nous puissions être insolent, je vous demande gentiment de ne pas nous martyriser. Puisque nous, premières années, ferons de notre mieux pour devenir plus mature et prendre notre envol. Donc, pour les trois prochaines années, donnez-nous vos conseils et votre aide. C’était le représentant des premières années, Shin Walford. »

Et alors, je baissai le tête et m’inclinai.

Soudainement, il y eut un tonnerre d’applaudissements.

Merci mon dieu, avec ça, le poids sur mes épaules a été enfin retiré. Quand je retournai à ma place, Gus essayait de se retenir d’éclater de rire.

Il n’y parvint pas.

« Mouahaha, ahahaha, haha hahaha ! »

« Quoi ? qu’est-ce qu’il y a de drôle ? »

« Fuuwahaha, c’est toi, tu ne sais pas que c’est inédit de dire une blague en faisant le discours d’entrée ? Tu n’as pas entendu les discours des autres ? »

« Heiiinnn ?! C’est ça ? »

« Oui… c’est ça. Tout du moins, je n’en ai jamais entendu avant maintenant… »

« Plutôt « qu’avant maintenant », c’est la première fois que j’en entends un, » dit Maria en riant aussi.

Sérieusement ? Ah, les étudiants riaient tous mais les tuteurs, les invités et les professeurs avaient des sourires crispés.

J’ai fait une bourde ?

 

<Précédent< >Suivant>

Publicités

4 réflexions sur “Magi’s Grandson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s