Lazy Swordmaster

<Précédent< ¦Page-titre¦ >Suivant>


Chapitre 7 : Qui…? (Partie 2)


Traduction : Magycio

Édition : Zerkre


 

C’était une situation désespérée.

Les nouvelles venaient juste d’arriver, disant que le majordome Ian avait montré la dague au comte Stein.

À l’origine, on pensait que la question de la dague avait été réglée, puisqu’elle n’avait été trouvée nulle part près du corps. Mais ce n’était clairement pas le cas.

“Le travail doit être terminé… aujourd’hui au plus tard, juste pour être sûr.“

Dame Orelly, la première dame des Iphelleta.

Bien que ce ne soit pas connu du monde, son père était secrètement à la tête de la guilde des assassins.

Si on devait nommer le problème en question… alors ce serait que les Iphelleta méprisaient de telles personnes, et Orelly risquait désormais que le secret de sa famille soit mis à jour.

Et si cette information était découverte ?

Alors la situation deviendrait horrible.

Le mariage entre Orelly et Stein était purement à des fins commerciales.

“Si… S’ils découvrent que le poison pour Iris venait de moi…“

Orelly déglutit audiblement.

Si la rumeur circulait alors sa relation fragile entretenue par ses deux fils seraient anéantie.

Elle ne voulait pas perdre son mari, Stein.

Certainement pas au profit de sa concubine.

C’était ce qu’elle craignait le plus, plus que de voir son secret découvert.

« …ère ? »

“Non, ça ne peut pas arriver.“

« Mère ! »

Le second fils de la famille, Lloyd, la secouait en la tenant par les épaules.

« Hum ? Oui ? »

« Vous n’avez pas l’air d’allez bien. »

« Ce doit être le manque de sommeil. Ce qui est arrivé hier, c’était simplement trop pour moi, » mentit-elle comme si elle n’était pas consciente de ce qui se passait.

Elle n’avait même pas révélé à ses fils que le corps trouvé en face de sa chambre lui était lié.

« Même mort, il nous nuit. De tous les lieux, il fallait qu’il meure en face de votre chambre, » grommela Lloyd.

« Reposez-vous, Mère. Je vais rester avec vous. »

Comment pouvait-elle lui dire qu’elle était la fille d’un cruel assassin ?

Impossible.

« Non, inutile. Je suis plus intéressée par ce que tu as dit plus tôt. C’était à propos de Riley ? »

Orelly sourit à son fils inquiet.

« Ah oui. »

Lloyd acquiesça.

« Apparemment, Riley s’est essayé à l’escrime hier. »

« Oh, Riley l’a fait ? »

« C’était avant la découverte du corps. »

Lloyd se gratta l’arrière du crâne.

Eh bien… c’était probablement à cause de l’empoisonnement de dame Iris. Ça semble être la raison. Je suppose que ce paresseux est devenue enragé à ce moment. Haha. »

« Donc ? Comment était-ce ? »

Les coins des yeux d’Orelly tressaillirent, quoique faiblement.

Elle connaissait déjà l’histoire qui lui avait été rapporté par l’homme encapuchonné la veille.

Mais l’entendre de son fils lui donnait une différence.

« … C’était épouvantable. »

Cette fois, elle avait un mince sourire aux lèvres.

« Oh, c’est vrai ? »

C’était ça.

La preuve qu’elle était supérieure à Iris la concubine, qu’elle devait être celle qui recevait le plus d’amour.

Le fils d’Iris était pathétique, un plébéien inutile, tandis que les deux fils d’Orelly étaient des épéistes talentueux.

Ceci seul était suffisant pour prouver sa présence dans la famille.

« Hoho, c’est comme ça. »

Orelly regarda vers les fenêtres.

À l’extérieur, elle pouvait voir Riley dormir sous un pommier dans le jardin.

C’était comme si la pensée d’apprendre l’escrime lui était totalement exclue.

♦ ♦ ♦

 

En fin d’après-midi dans le village d’Iffa.

Pour une quelconque raison, il y avait plusieurs carrosse alignées dans le village.

Ils avaient tous l’air luxueux.

« Quoi ? Pourquoi le “Carrosse de Mythril“ de la guilde marchande Tes est ici dans notre village ? » demanda un villageois en pointant du doigt le plus brillant de tous les carrosses.

« Qui sait ? »

« Ils ont trouvé une mine d’or près d’ici ? »

« Comme si ça pouvait être une mine d’or. S’ils en ont vraiment découvert une, ma femme est à toi. »

« Comment tu peux trouver ce pari équitable ? »

Aucuns villageois ne semblaient connaître la raison.

Ils étaient tous curieux.

C’était l’une des plus grandes guildes marchandes du continent.

Que le carrosse personnel du dirigeant de la guilde soit là sortait vraiment de l’ordinaire pour les villageois.

« Euh… c’est juste une rumeur, mais elle concerne l’épouse de la famille Iphelleta. »

« Hum ? »

Se rappelant d’une rumeur, quelques villageois commencèrent à échanger à mots couverts.

« C’était quoi son nom, la première épouse… Ah ! Dame Orelly. Apparemment, elle est la fille du maître de guilde. »

« Quoi ? C’est la première fois que j’entends ça ! »

« Hé, réfléchis. Pourquoi penses-tu que le comte Stein a accepté de passer la bague au doigt de la pas-si-jolie dame Orelly ? Il aurait été perdant, non ? »

Le villageois qui parlait ainsi de dame Orelly fit un rond en joignant son pouce et son index.

« Ça dû être très difficile de se décider. »

« Wow… »

Les villageois poussèrent un petit cri choqué à ces mots. Dès qu’ils le firent, les membres de la guilde marchande tournèrent la tête vers les villageois.

« Shhh, taisez-vous… »

« … »

Même quand ils étaient discrets, pouvaient-ils encore les entendre ? »

Avec les marchands de Tes les regardant, les villageois s’éparpillèrent rapidement, mais murmurant toujours.

« Alors ? Pourquoi le Carrosse de Mythril a fait tout le chemin jusqu’ici ? »

« Hein ? Peut-être qu’il veut voir sa fille ? »

Les deux villageois continuèrent de cancaner dès qu’ils quittèrent la vue des marchands.

« Il pourrait aller droit au manoir. Pourquoi il s’est arrêté à ce village ? Ça ne prendrait même pas 30 minutes d’y aller avec le carrosse. »

« Les Iphelleta ne sont pas facile à approcher, tu sais. Même les plus grands nobles doivent patienter pour les rencontrer. »

« Ah, je vois. »

« Ils ont probablement envoyé un messager au manoir en avance pour les avertir tandis qu’ils arrêtaient les carrosses ici. »

Les deux villageois qui avaient parlé de dame Orelly et des Iphelleta ne pouvaient pas sentir les regards meurtriers dirigés vers eux.

 

♦ ♦ ♦

 

« Encore ce rêve… »

Riley soupira en se réveillant de sa longue sieste, qui avait duré jusqu’au coucher du soleil.

« … Haaa. »

Il était de mauvaise humeur.

Il y avait trois raisons à ça.

La première, son “angle parfait“ était perdu.

La seconde, c’était ce “rêve de son ancienne vie.“

Et la troisième…

<N°2 d’abord, puis 4 et 5 ensuite. Ne faites pas d’erreur.>

Il pouvait entendre des voix inconnues dans sa tête.

C’était la raison pour laquelle il s’était réveillé.

« Tsk… Ce n’est pas ce que je voulais, » marmonna Riley en fronçant des sourcils.

Ce qu’il avait prévu était que la dague que Ian avait montrée à Stein agirait comme une preuve significative, ce qui ferait réfléchir à deux fois les coupables à agir de nouveau dans le manoir.

En gros, c’était pour empêcher plus d’incidents de se produite, mais ça ne semblait pas avoir marché comme prévu.

« Oh, c’était du 50/50 de toute façon. »

Riley se leva et épousseta la poussière sur son pantalon.

« Vous êtes prêts ? »

La télépathie.

C’était une compétence qui permettait à son détenteur d’intercepter les conversations entre des personnes. Il pouvait écouter ce qu’il voulait entendre.

<D’abord, assurez-vous que tous les instruments soient prêts au moment où je rentre à l’intérieur. Nous devons achever le travail plus vite que jamais auparavant.>

Ces mots qui chatouillaient les oreilles de Riley ne pouvaient être transmis que par ceux qui savaient contrôler le mana, comme un messager.

<Nous avons un seul objectif, retrouver le corps de N°3.>

Une seule voix pouvait être entendu.

Plus que probablement le chef des envahisseurs du manoir.

<Essayez de ne pas être détecté par les domestiques dans le manoir. Pas plus que les femmes de chambre ou les majordomes. Ils étaient tous des guerriers avant de travailler ici.>

« … Tsk. »

Riley claqua la langue une nouvelle fois.

On dirait que le chef connaissait plutôt bien les Iphelleta.

<Bien, commençons.>

<… Attendez, avant toutes choses.>

Juste avant que la mission commence, Riley se joignit à la conversation.

En utilisant la télépathie, une compétence que requerrait une importante quantité de mana.

<…?!>

Le silence tomba.

Seul le tremblement des feuilles était audible.

Alors même que Riley réfléchissait à ce qu’il allait dire, l’autre n’envoya aucun message.

Il était plus que probablement sur ses gardes, en réalisant que tous ses messages avaient été interceptés.

<J’ai juste une chose à dire.>

<…>

<Je ne m’intéresse pas à ce que vous faites dans le manoir. Faites juste que je ne sois pas dans l’obligation d’agir. Considérez ceci comme un avertissement.>

Il n’y eut aucune réponse, mais le message était définitivement passé.

Il y eut un changement dans l’atmosphère après l’avertissement de Riley.

<Ne me.>

Riley fit un pas en avant en continuant.

<Cherchez pas.>

Il se dirigea vers la chambre d’Iris.

<Eh bien, faisons juste en sorte de respecter l’espace vital de chacun.>

Bien que Riley n’était pas sûr s’ils savaient ce qu’espace vital voulait dire, il voulait dire qu’ils devraient simplement se respecter les uns les autres et passer à autre chose.

 

<Précédent< ¦Page-titre¦ >Suivant>

Publicités

Une réflexion sur “Lazy Swordmaster

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s