Lazy Swordmaster

<Précédent< ¦Page-titre¦ >Suivant>


Chapitre 4 – Visiteur nocturne


Traduction : Magycio

Édition : Zerkre


 

Dans la salle d’entraînement du manoir Iphelleta.

À l’intérieur du terrain sombre se tenait un garçon aux cheveux noirs.

La façon dont il tenait son épée en bois était un peu gauche.

« Hoo… »

Le garçon soupira en fixant le mannequin.

C’était un mannequin de paille, sans aucune sorte de mécanisme interne ; il était uniquement pour les débutants.

“Devrais-je essayer ?“ marmonna-t-il pour lui-même en écartant les jambes.

Cette posture était assez différente de celle de ses deux frères.

Après avoir contrôlé sa respiration, il chargea vers le mannequin et le frappa.

« Huwaap ! »

Spank !

Le coup fit un bruit sourd.

« … »

Une nouvelle trace était visible sur le mannequin.

Elle était très légère, mais c’était un bon coup néanmoins, en considérant que c’était son tout premier.

Toutefois, il était dur de considérer ce coup comme venant d’un membre des Iphelleta, la famille dite bénie par l’épée.

« Jeune… maître ? » dit Ian d’un ton hésitant en voyant le coup porté.

C’était… très décevant comparé à ses attentes.

Pour autant que Ian savait, Riley avait plus que suffisamment de talent pour couper la tête du mannequin d’un seul coup.

Cette nouvelle conjoncture paraissait pire que jamais.

« S-S’il vous plait, essayez encore ! » l’implora encore une fois Ian en secouant la tête.

Il se répéta à plusieurs reprises mentalement que ses yeux ne le trompaient pas.

« Cela devrait faire… » murmura faiblement Riley.

Il jeta ensuite l’épée en bois par terre.

« Jeune maître ? »

« C’est ça. Je m’ennuie. »

Surpris, Ian tendit les bras vers lui.

« O-Où allez-vous ? »

« À la bibliothèque. Je vais lire un peu avant de dormir. »

« Jeune maître ! S’il vous plait, juste encore une fois ! »

Ian se mordit les lèvres en posant les yeux sur l’épée en bois jetée par terre.

« Kuu… »

Un guerrier jetant son épée ?

Il savait ô combien ce geste était lourd de sens.

Bien que Riley pouvait ne pas avoir la moindre idée de ce que cela signifiait.

♦ ♦ ♦

 

« Il change d’avis comme une jeune fille change de vêtements. »

« Vraiment ? »

Dans une chambre, enveloppée de ténèbres.

Une femme vêtue d’une robe blanche tourna la tête.

Il y avait derrière elle un homme encapuchonné qui gardait la tête baissée. Habillé totalement en noir, il la suivait comme son ombre.

« Comment était ses compétences ? » demanda la femme en regardant à travers les fenêtres illuminées par la lune.

« Ses compétences étaient… »

La silhouette encapuchonnée fit une pause momentanément.

« Horribles. »

« … »

« Je ne sais pas si ces mots conviendraient pour un homme de la famille Iphelleta, mais son talent pour l’épée était inexistant. Le coup qu’il a porté était l’exemple parfait qu’il était un débutant. »

La femme eut un petit sourire suffisant en entendant le rapport de l’homme.

« Eh bien, à quoi t’attendais-tu ? Il est le célèbre Maître Épée Paresseuse. »

Tandis qu’elle se parlait à elle-même, l’homme pencha la tête en posant une question.

« Alors les rumeurs sont vraies ? Il n’a jamais tenu une épée ? »

« Oui. C’est vrai. »

« Hein. »

L’homme, un assassin engagé par la femme, soupira d’incrédulité.

Quiconque dans la famille Iphelleta pouvait devenir un maître dans le maniement de l’épée.

Dans cette famille, un troisième enfant était né, et n’a rien fait.

Et quand il a enfin changé d’avis à 18 ans, il a jeté son épée en constatant son peu d’effet.

Inutile.

Cet enfant est tellement pathétique.

« Il ne semblait pas non plus avoir une faible constitution. C’est honteux. »

L’homme se leva avec un claquement de langue.

Sa mission ici était terminée.

Mission une, livrer le poison pour la soupe.

Mission deux, suivre le troisième fils.

C’étaient les missions qui lui avaient été données.

« Alors, je devrais prendre congé. »

« Oui. Bon travail. Fais part de mes respects à Père. »

« Il s’est plaint de ne pas pouvoir vous voir plus souvent. »

« Très bien, je lui rendrai visite bientôt. »

Dès que la femme agita la main pour le congédier, l’homme encapuchonné disparut, comme s’il s’était fondu dans le plancher.

La femme rit en regardant la lune.

« Je me suis inquiétée pour rien, quelle idiote. »

Orelly sourit en coin.

Les flammes de la jalousie dans son cœur semblaient s’être un peu apaisées.

♦ ♦ ♦

 

Dans un couloir du manoir Iphelleta.

Après avoir quitté la chambre de Dame Orelly, l’homme encapuchonné se faufilait dans le couloir afin d’éviter d’être détecté par le maître des lieux.

Il tourna alors la tête, sentant une intense soif de sang derrière lui.

« … Qu’est-ce que c’était ? »

Il était l’un des trois meilleurs dans l’organisation.

Même le maître du manoir, le comte Stein, ne pouvait se dissimuler à lui.

« … »

Si Dame Orelly avait raison, il devait toujours être dans son bureau, au milieu de toute la paperasse dont il devait s’occuper.

L’homme encapuchonné rassembla tout son mana pour repérer toute vie dans le manoir.

Comme prévu, Stein était encore dans le bureau.

Puisqu’il y était, la soif de sang dans son dos ne pouvait pas être la sienne.

« Qui est-ce ? » demanda l’homme en se retournant.

Il n’y eut aucune réponse.

« Je me suis trompé ? Non, c’est impossible. »

En vétéran dans son travail, il était impossible qu’il se méprenne sur une telle intention.

L’homme encapuchonné baissa son centre de gravité et se mit sur ses gardes.

La tension était palpable dans le sombre couloir.

L’homme encapuchonné, les nerfs à fleur de peau, fronça les sourcils de frustration.

Cette intense soif de sang se rapprochait.

« Qui est cet idiot ? Il essaye de faire rappliquer le comte aussi ? »

Avec une si forte envie de meurtre, non seulement Stein mais aussi le premier et le second fils pourraient arriver en courant ici.

Et ils seraient sûrement tués.

« Hé, si tu continues comme ça, les- »

L’homme encapuchonné essaya de parler, mais retint son souffle à l’instant suivant.

« Aaah… »

« … ! »

Une voix vint du fond du couloir, brisant le silence.

« Je pensais qu’un rat est entré. »

Tap tap tap.

Les bruits de pas devinrent de plus en plus fort.

« Un visiteur nocturne ? »

« … »

« Si je me souviens bien, il n’y a aucunes dispositions prises pour des invités à cette heure. »

Il n’y avait qu’une unique raison à ce que l’homme encapuchonné retenait sa respiration, les yeux exorbités.

Bien que la voix et les pas étaient audibles, il ne pouvait détecter aucune présence.

“I-Il y a un autre comme moi ?“

Comment est-ce possible alors que du mana ne semblait pas être utilisé du tout ?

L’homme encapuchonné soupesa la mince chance qu’un supérieur dans son domaine de travail soit aussi en poste dans la propriété.

« On dirait que tu sors de la chambre de Dame Orelly. »

L’homme derrière la voix se montra de lui-même/

Il semblait plutôt calme et nonchalant.

« … T-Tu es ? »

Le clair de lune se déversant par les fenêtres les pieds de l’homme, ses vêtements et enfin son visage.

La mâchoire de l’homme encapuchonné se décrocha quand il réalisa qui il était, étirant le masque sur son visage.

« Discutons. »

C’était le même homme que l’homme encapuchonné ne réussissait pas à comprendre.

“Riley ?“

Les yeux exorbités, il était incapable de croire à la scène qui se déroulait devant lui.

 


<Précédent< ¦Page-titre¦ >Suivant>

Publicités

Une réflexion sur “Lazy Swordmaster

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s