La Disciple du Sage

Chapitre 8


Traduction: Magycio


 

La voie pavée qui commençait hors de Cornargent et mené jusqu’à la capitale du royaume, Lac Lunatique, était entouré par une forêt. Et à l’heure actuelle, un seul carrosse la traversait; le bruit de ses roues et du martèlement des sabots de ses chevaux résonnant dans le décor.

Surnommé le “Carrosse Mille-Mile“; ce véhicule à deux chevaux était uniquement utilisé en cas d’urgence pour transporter des personnes importantes. Ce seul fait révélait à quel point le roi Salomon voulait voir Mira, car il n’était pas dans ces attributions habituelles de juste servir en amener des invités à un rendez-vous. La jeune fille elle-même, bien que tremblant de tout son corps, appréciait grandement sa première expérience d’un voyage en carrosse, s’exclamant “Waoouh, c’est incroyable ! C’est si rapide !“ en regardant le paysage défiler derrière la fenêtre.

Quant c’était encore un jeu, elle pouvait simplement utiliser le Continent Flottant pour voyager sur de longues distances. Cette option, néanmoins, n’était plus disponible puisque l’entré système avait disparu du menu, et avec elle, la commande pour utiliser l’objet. Mais même si la commande avait été là, Mira doutait si, oui ou non, le Continent Flottant marcherait dans ce monde. Néanmoins, de même que son état actuel de fille, Mira voulait oublier chaque problème lié au fait que le jeu était devenu réel, de sorte qu’elle choisit d’apprécier simplement le moment.

Malheureusement pour elle, sa joie fut interrompue pas moins de de deux heures après le départ de Cornargent. La jeune fille commença à paraître un peu inquiète, ses yeux cherchant sans se fixer quelque chose autour d’elle; un effet du même phénomène psychologique auquel elle avait dû faire face la nuit d’avant. Et cette fois, c’était particulièrement mauvais car les cahots incessants du véhicule n’arrangeaient pas la situation dans son bas-ventre. Finalement, certaine qu’elle ne pouvait en endurer plus, Mira sortit la tête par la fenêtre et s’adresse au cocher.

« Hey, y a-t-il des WC par ici ? »

« Double fromage… ? Je… ne pense pas que… c’est une sorte de plat ? Nous arriverons rapidement à Caducécus, donc vous pourrez me dire ce que c’est et je me ferais une joie de vous en trouver. »

« Non, je ne parle pas de ça… eh bien, si vous me le demandez, c’est quelque fait avec de la nourriture faisandé… »

« Faisant… oh, du poulet ? Maintenant que vous le dites, c’est vrai que nous n’avons pas encore pris de petit-déjeuner. Très bien, laissez moi m’en charger. Nous serons un peu en retard pour ce repas, mais nous pourrons finalement manger après avoir atteint la ville. »

« Aaaah, oubliez ce que je viens de dire ! Je parle de WC ! »

« Hummm… je suis terriblement désolé… Je ne pense pas avoir vu de tels aliments en vente à Caducécus… »

« Ce n’est pas de la nourriture ! Je veux aller aux toilettes, latrines, gogues ou quoique soit le mot ! Aaah… arrêtez-vous ici ! Je trouverais un bon endroit derrière un arbre pour le faire ! »

« Ehh…? Ah…aah ! C’était ce que vous vouliez dire ? »

Si Mira était dans son ancien corps, elle aurait été probablement capable de se retenir plus longtemps, toutefois, ce n’était pas le cas à l’heure actuelle. Quand son jeune corps commença à se plaindre, l’instinct de la fillette l’avertit qu’elle ne tarderait pas à ce faire dessus.

Tout en s’impatientant dans le dos de Garrett et en pointant du doigt un endroit convenable dans les bois, Mira exhorta le militaire de s’arrêter. Rapidement, les deux chevaux commencèrent à ralentir de concert. Mais, au bout du compte, elle ne put attendre qu’ils s’arrêtent complétement et sauta simplement hors du carrosse, se précipitant vers un point approprié sous un arbre en retroussant le bas de sa robe.

Quand la jeune fille vit finalement la culotte longue couvrant le bas de son corps, ses mains eurent un arrêt. Les jambes, cependant, ne suivirent pas cet arrêt de mouvement, et Mira continua à trépigner d’une manière bizarre.

(Comment est-ce qu’on l’enlève !!?)

Comme pour se moquer des efforts désespérés de Mira, le sous-vêtement qu’on l’avait obligé à porter l’empêchait de se soulager. Autrement dit, la fillette ne savait pas comment l’enlever correctement; un problème évident, considérant que c’était la première fois qu’elle portait un tel sous-vêtement et que de plus, ce n’est pas elle qui l’avait enfiler.

Les culottes longues n’ont aucunes sortes de sangles ou de bandes pour les attacher autour des hanches, mais même en essayant de tirer ce sous-vêtement vers le bas, il s’arrêtait à ses hanches. La situation était si mauvaise qu’on en arrivait au point où Mira envisageait presque de le déchirer. Pourtant, la jeune fille chassa ces pensées, elle ne pouvait pas détruire quelque chose qu’on lui avait prêté. En plus, et cela compté plus que tout, elle ne voulait pas se faire dessus dans cette culotte longue empruntés, un fait qui ne faisait qu’aggraver son irritation.

Mira essaya même d’étirer les côtes avec ses doigts, tout en tirant vers le bas, mais ça ne mena qu’à un autre échec. Alors, quand tout son corps se couvrit de sueur, elle vit des parties du sous-vêtement que ses doigts minces et agiles touchaient. Cela arracha un sourire amère à la jeune par rapport à sa panique de toute à l’heure, se demandant pourquoi elle n’avait pas réalisé quelque chose de si évident à propos de ce sous-vêtement.

Autour de la dentelle, sur la majeure partie de la culotte longue, il y avait une simple ficelle nouée dans un nœud à rosette. Si Mira avait eu la présence d’esprit de penser attentivement de d’analyser la situation, elle aurait vu ça en un instant, sans aucun problème. Toutefois, avec tant de “premières expériences liées à son nouveau corps en tête, il était normal que l’esprit que Mira ai manqué de remarquer quelque chose de si simple.

Une fois qu’elle eut compris comment cela marché, retirer le sous-vêtement ne fut plus un gros problème. Et puisque Mira avait déjà senti qu’elle était à un doigt d’atteindre ses limites, elle dénoua en hâte la ficelle, baissant la culotte longue sur ses genoux et s’accroupit. Ce qui suivit fut un sentiment de suprême liberté alors que la fille se soulageait.

♦ ♦ ♦

Après avoir fait cette action pour la seconde fois déjà, Mira fut convaincu qu’elle avait maitrisé parfaitement son corps et ses besoins; une pensée de courte durée quand elle se rendit bientôt compte de l’erreur qu’elle avait commise. Quand la jeune fille eut fini son affaire et remit la culotte longue en place, elle se souvint que les femmes devaient s’essuyer.

(Comment vais-je faire ça ici ?)

Elle n’avait rien de convenable pour s’essuyer, sans parler du papier toilette. Juste au cas où, Mira ouvrit son Inventaire; mais outre des objets consommables, il y avait seulement des objets épurés et bruts à l’intérieur. Quand elle ferma le menu, le fille commença à regarder autour d’elle à la recherche d’un substitut au papier.

Au milieu de la forêt, on pouvait percevoir la respiration paisible des animaux; certains étaient révélés par les rayons du soleil quand il brillait à travers la cime des arbres. Enfin, il y avait dans une clairière une incroyable variété de fleurs affichant leur beauté dans l’herbe dense. Alors, après sa courte recherche visuelle dans cette endroit rempli de présents de Dame Nature, Mira retira un pétale blanc d’une des énormes fleurs présentes, s’accroupit une fois de plus et l’utilisa pour s’essuyer.

 

♦ ♦ ♦

 

« Hé, désolée de vous avoir fait attendre tout ce temps. »

Pleine d’entrain, Mira appela Garrett qui était de dos, caressant le pelage des chevaux.

« Oh non, c’était ma faute pour ne pas avoir réalisé ce que vous vouliez dire plus tôt. Je suis terriblement désolé pour ça. »

Garrett avait réfléchi sur ce qui s’était passé avant et une expression sérieuse était plaqué sur son visage, se confondant en excuses en baissant la tête.

« Oh, ne vous inquiétez pas, vraiment. J’aurai dû mieux m’exprimer. »

L’expression joyeuse de la fille reflétée à quel point elle était heureuse de la préparation mentale qu’elle venait d’obtenir, en ce qui concernait son propre corps. Par la suite, en voyant cela, Garrett se sentit soulagé et lui ouvrit la porte du carrosse.

« Pour le moment, arrêtons nous à Caducécus pour prendre notre petit-déjeuner. »

« Très bien, je vous fais confiance. »

Finalement, quand Mira fut à l’intérieur du carrosse, le militaire vérifia les harnais des chevaux, et alors, sauta sur le siège du cocher.

 

♦ ♦ ♦

 

À peu près une heure était passée depuis l’incident des “WC“ et le carrosse approchait déjà de la Ville de Caducécus sans aucun problème particulier. Cette dernière affirmation, néanmoins, ne s’appliquait qu’au cocher et non à la personne à l’intérieur du carrosse; en ce moment, Mir souffrait de quelque chose qu’elle n’avait jamais imaginé pour arriver.

(Qu’est-ce que c’est que ça ? Pourquoi ça pique ? Ça fait mal !!!!)

Mira se tordait sur son siège dans le véhicule, se tortillant de douleur sous la sensation de brulure qu’elle n’avait jamais ressenti avant et qui se répandait dans ses parties intimes. Dans un premier temps, la fille pensa que c’était un genre de problème particulier aux femmes, mais comme la douleur devait graduellement de plus en plus insoutenable, elle retira finalement sa culotte longue pour voir ce qui s ‘y passait. Et alors la lumière se fit.

(Donc c’était du poison… ou quelque chose de semblable…)

La conclusion à laquelle elle arriva fut la suivante: le pétale de fleur qu’elle avait utilisé pour s’essuyer était empoisonné. Mira ne voyait pas d’autres raisons; il n’y avait pas moyen que ce soit des symptômes touchant uniquement les femmes.

Après avoir supposé la cause, la jeune fille ouvrit son Inventaire, essayant de trouver quelque chose qui pourrait l’aider. Alors qu’elle cherchait parmi les différents objets qu’elle avait en stock, Mira prit finalement un médicament spécifique qui avait attiré son regard.

Nommé 『Pommade Multi-Usages』, cet objet de soin était capable de soigner les états anormaux et, dans une certaine mesure, les blessures dont le joueur souffrait. Bien que se sentant un peu réticente à le faire, la petite fille s’accroupit sur le bord de son siège, presque recroquevillée, et souhaita, de tout son cœur, que la pommade qu’elle venait juste d’appliquer se montrerait efficace.

Bientôt après, ses prières furent entendues et les effets de la fleur vénéneuse furent annulés par les propriétés antipoison de l’objet. Se sentant soulagée sur ce sujet, Mira s’allongea sur le siège, marmonnant quelques mots en réponse à tout ce qu’elle avait traversé, “plus rien… pitié…“

 

♦ ♦ ♦

Approximativement dix minutes après la bêtise de la fleur, la carrosse commença lentement à s’arrêter; ensuite, le visage de Garrett apparu à l’intérieur du véhicule.

« Mademoiselle Mira, nous sommes arrivés à Caducécus. Devrions-nous nous diriger vers un restaurant ? Où voulez-vous que j’y aille et vous achète quelque chose ? »

Mira pensa un moment à ses options et…

« Puisque nous sommes ici de toute manière, je choisis le restaurant. Allons-y ensemble. »

Habituellement, elle aurait opté pour la seconde option, mais la fille avait fini par choisir la première. Pour commencer, jusqu’à présent, la plupart de ses besoins étaient satisfaits en utilisant la Réalité Virtuelle; c’était quelque chose de si intrinsèque à sa vie qu’elle avait rarement marché dehors, sous le ciel. Mira avait vécu à l’ère où même le travail était fait via VR, beaucoup moins de courses pour des articles, puisqu’ils pouvaient facilement être envoyé à la maison de la personne.

Cependant, le monde actuel était différent. La fillette avait marché dans une forêt, rencontré des autres gens et même ressenti des cahots à l’intérieur d’un carrosse. Ce ne serait pas trop s’avancer de dire que c’était la première fois qu’elle expérimentait quelque chose de si réel et différent de la vie indolente qu’elle avait vécu. Et Mira avait commencé a apprécié tout ici, même les inconvénients, qu’elle jugeait indispensable au développement d’une personne.

Motivée par cette pensée, la jeune fille sauta hors du carrosse et regarda le vaste ciel bleu, déterminé à expérimenter ce nouveau monde de toutes ses forces.

 

♦ ♦ ♦

 

Caducécus. C’était une ville situé dans une vallée proche d’une chaîne montagneuse, s’élevant juste entre Lac Lunatique et Cornargent. La ville était principalement connue pour le travail effectué par ses habitants dans les domaines de l’agriculture, la sylviculture, l’exploitation minière et d’autres de ce même domaine d’expertise. Il fonctionné aussi comme une étape, reliant la capitale du royaume et la plus grande puissance militaire du pays; grâce à cela, une autre chose qui avait prospéré et rendu Caducécus plus grande que jamais était le commerce.

Actuellement, Mira était dans le parking du quartier commercial de la ville. Sur la grande pelouse, différents carrosses étaient garés et alignés contre les écuries. De coutume, si une personne voulait laisser son véhicule là, elle devait payer des frais; ce n’était pas le cas pour le Carrosse Mille-Mile cependant, puisque le cocher pouvait se garer dans la zone réservée aux véhicules royaux.ne bref, cette place spéciale pouvait seulement être utilisé par la royauté, la noblesse et les VIP pour garer leurs carrosses, gratuitement.

Par conséquent, il était parfaitement naturel que ce parking attire l’attention de tous dans le voisinage.et spécialement maintenant, le regard de la masse étant braqué sur la jeune fille qui était apparue soudainement, apportant avec elle une atmosphere incomparable.

Avec des yeux montrant un complète confiance en elle-même et une magnifique chevelure argentée qui brillait quand elle bougeait, la silhouette pâle de Mira, vêtue d’une robe pleine de ruban, sidéré tous ceux qui la regardaient. Ou plutôt, simplement échanger un regard avec cette fille était suffisant pour leur faire perdre l’usage de la parole.

Mira essaya de se calmer, fit un étirement tout en regardant vers le ciel, en appréciant le paysage des montagnes environnantes. Du coin de l’œil, elle remarqua un oiseau volant librement et le suivit du regard pour être à nouveau distraite par plusieurs autres oiseaux qui prirent leur envol de différents coins de la forêt. Alors que ses yeux les suivaient, la fille ne le remarqua pas, mais elle tourna sur elle-même pour les suivre.

Tout en étant capable d’entendre en quelques sortes Garrett terminer les formalités du parking, Mira baissa finalement les yeux après avoir remarqué l’étrange ambiance qui régnait dans leur entourage; afin de ne pas rencontrer le regard des autres, elle se retourna vers la parcelle d’herbe où elle se tenait.

(Ils me regardent. Ça doit être à cause des vêtements… Je suis sûre qu’ils se moquent à quel point ils ont l’air étrange…)

Son apparence actuel ressemblait complétement à celle d’un personnage d’animé, et était définitivement différent de ce qui pourrait être considéré comme adéquate pour une personne vivant dans un monde fantastique. Mais c’était juste l’impression de Mira et, alors qu’elle essayait de fuir le regard de quiconque, Garrett finit enfin ses discussions, revenant au côté de la jeune fille.

« Mes excuses pour l’attente, mademoiselle Mira. Maintenant, qu’aimeriez-vous manger ? »

Saisissant cette occasion, Mira écouta la question du militaire tout en se cachant derrière son corps plus grand qu’elle et répondit par un simple “Que suggérez-vous ?“; la seule chose qu’elle voulait dès maintenant était de quitter cet endroit, donc n’importe où conviendrait. Dans cet état d’esprit, elle incita Garrett à bouger en le poussant dans le dos.

« Bon alors, laissez moi vous guider à un de mes restaurants favoris. »

Cette scène, une jeune fille harcelant un militaire pour quelque chose, était ravissante à voir, simplement car leur relation ressemblait lors à celle d’un père et de sa fille.

Après avoir laissé derrière eux le parking, Mira et Garrett traversèrent une ruelle partant de la rue principale, pour arriver finalement devant un bâtiment servant à la fois de restaurant et d’auberge.

« Nous y sommes. C’est un peu petit mais je peux vous garantir que la nourriture qu’on y sert est délicieuse. »

La fille leva les yeux sur l’établissement en bois. Peint en grosses lettres sur la porte battante à demi-panneau, 『Le Coin du Crépuscule』 annonçait le nom de l’endroit. Visiblement, cette entrée digne d’un western autorisé les badauds à voir ce qui se passait à l’intérieur du magasin; cependant, de part le taille de Mira, de l’extérieur, elle ne pouvait voir que le plafond.

« Oh là là, c’est méchant. Ça fait longtemps et la première chose que tu fais après être revenu est de qualifier cet endroit “d’un peu petit,“ hein… »

Tout d’un coup, Mira et Garrett entendirent une voix de femme venant de derrière eux. Quand ils tournèrent la tête, une femme autour de la vingtaine se tenait juste là, tenant des deux mains un panier plein de victuailles et regardant Garrett. Uamgré son apparence simple au premier abord, donné par ses cheveux noisettes cascadant hors de son foulard et atteignant ses épaules, elle était quand même une femme très séduisante. 『Le Coin du Crépuscule』 était brodé sur son tablier bleu et blanc, montrant qu’elle travaillé dans le restaurant.

« Mais, salut Shelly. ça fait longtemps. »

« Et dire “longtemps“ en plus. Bon sang, tu devrais nous rendre visite plus souvent… mais attends un moment, qui est cette adorable gamine avec toi !? »

Après avoir lâché son panier, Shelly regarda à côté de Garrett et prit conscience de la jeune fille; instantanément après, comme si c’était complétement naturel, la femme posa sa main sur la tête de Mira et commença à la caresser.

« Qu– ! Hey, arrêtez de faire ça ! »

En écartant la main de Shelly, Mira conclut que l’employée devant était encore de ceux qui ne la traiteraient comme une enfant. Pour cette raison, Mira choisit de se cacher derrière le militaire, l’utilisant comme bouclier.

« Oh mon Dieu, elle est trooop mignonne !! »

La façon dont Mira agissait, observant avec suspicion Shelly de derrière le dos de Garrett, ne fit que renforcer l’instinct maternel de la femme.

« C’est mademoiselle Mira. »

« Hmmm, je vois… donc ton nom est Mira… quel nom mignon, ma chérie~ »

L’expression de l’employée s’adoucit encore plus tandis qu’elle raccourcissait lentement la distance entre elle et Mira.

« Shelly, ça suffit, mademoiselle Mira ne semble pas apprécier. »

« Oui ! Il a raison ! »

Tout en continuant de se cacher derrière Garrett, la jeune exprima son accord avec ce qu’il avait dit. Bien que cette scène n’ait faite que renforcer les sentiments de Shelly, cette dernière n’avait aucune intention de se faire détester par cet enfant si mignon; pour cela, la femme décida de se retenir de toutes ses forces.

« Hey, Hey, Garrett… vous faites quoi ensemble, toi et Mira ? »

Essayant de rendre son expression plus douce, Shelly leva la tête et fixa Garrett avec des yeux inquisiteurs.

« Je suis au milieu d’une mission, je dois l’escorter à Lac Lunatique, mais nous n’avons toujours pas pris de petit-déjeuner. »

« Et alors tu as décidé de venir ici. Bravo. »

L’employée ramassa son panier de victuaille et poussa la porte battante, invitant les deux clients à l’intérieur.

« Bon alors, puisque le comptoir est encore vide, vous allez devoir attendre un moment… hum ? Mira ? Tu es toujours en colère contre moi ? »

She_Professed_Herself_the-005

Regrettant un peu, Shelly observa Mira, qui se méfiait toujours en marchant de près derrière Garrett.

« Oh non, je ne pense pas que mademoiselle Mira soit le genre de personne à se mettre en colère pour quelque chose de si trivial. »

Et il avait absolument raison, la fille n’était pas en colère du tout; elle était juste horriblement embarrassée d’être traitée comme une enfant. Toutefois, après avoir vu l’expression désolée de la femme, Mira s’éloigna du dos du militaire, sa culpabilité gagnant sur son désire de rester caché.

« Au moins, ne me traitez pas comme une gamine, d’accord ? »

La fille avait seulement dit quelques mots. Mais pour Shelly, c’était juste les mots d’un enfant essayant d’agir comme un adulte. Par conséquent, cette fois-ci, elle succomba à son avis d’étreindre Mira.

« Je ne peux plus me retenir, Mira !! »

Aussitôt qu’elle dit ça, elle jeta à la fois son panier et sa lucidité, et sauta sur la fille devant elle. Après avoir reçu une telle honnête démonstration d’amour, Mira, maintenant serré, ne pouvait se décider à se défaire de l’étreinte de Shelly; “Oh très bien, peu importe… faites-vous plaisir…“ furent la seule chose qu’elle parvint à murmurer alors qu’elle soupirait, vaincue.

 

<Précédent< >Suivant>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s