La Disciple du Sage

Chapitre 19


Traduction : Magycio


 

Un jardin de fleurs avec une colonne blanche au sommet disparaissant dans les cieux juste en son centre. C’était le décor de la confrontation entre Mira et la bête démoniaque nommé Coquatrix, cette dernière accompagnée de son invocateur, le Démon Inférieur.

« Petits tas de m… »

Juste quand elle avait pensé qu’ils allaient combattre, ses deux adversaires avaient tout simplement fui, la forçant à les poursuivre. Ensuite, un peu plus tard, avec le jardin en arrière-plan, la fille avait enfin réussi à les rattraper ; ceci dit, la Coquatrix n’était pas un monstre qui pouvait facilement rattraper simplement en courant. Elle avait réussi à le faire principalement grâce à son équipement et au terrain. Il y avait différents objets portés par Mira qui contenaient des effets spéciaux et, bien sûr, la capacité d’amplifier la vélocité de sa course était l’un d’eux. De plus, elle avait été assez chanceuse que à cause de sa grande taille, la bête démoniaque avait eu du mal à courir à travers la forêt, de sorte qu’elle s’était simplement résolue à sauter.

Désormais, après avoir regagné la grande distance entre elle et le monstre, la fille invoqua trois Chevaliers Noirs supplémentaires et leur ordonna d’encercler la Coquatrix. À ce titre, incluant les deux se tenant en stand-by à ses côtés, il y avait un total de cinq Chevaliers Noirs. Apparemment contrarié, le Démon Inférieur fixait leurs silhouettes effrayantes, une aura d’intimidation écrasante émise par eux bien qu’ils se tenaient immobile et impassible.

Si ça avait été un seul Chevalier Noir, la bête démoniaque aurait eu confiance en ses capacités à s’en débarrasser. Et sans conteste, le fait était que le vitesse du Chevalier Noir ne pouvait rivaliser avec celle de la Coquatrix. Cependant, le nombre de Chevaliers Noirs avait beaucoup augmenté et, par conséquent, le Démon Inférieur regrettait sa décision de simplement juger Mira sur son apparence.

Néanmoins, il n’avait pas abandonné.

Beuglant, le Démon Inférieur pointa la jeune fille du doigt. Immédiatement, les luisant de folie, la Coquatrix se mit à crier étrangement et se mit à courir vers Mira. En avançant, à chaque fois que ses pattes touchaient le sol, un cratère se formait, faisant s’envoler et se disperser dans l’air la végétation dense qui s’y trouvait avant. Naturellement la bête possédait un poids énorme directement proportionnel à sa taille, et juste les mouvements de ce monstre pour écraser la plupart des choses sur son chemin.

Malgré ça, les serres et le bec de la bête démoniaque n’atteignirent jamais Mira. Le corps massif de la Coquatrice commença à vaciller de droite à gauche car sa patte droite, qui était couverte d’écailles robustes, souffrait d’une grave blessure – les Chevaliers Noirs qui entourait le monstre avaient uniquement visé et frappé cette patte.

(Quand elle a quelque chose à protéger, elle n’hésitera pas à jouer les kamikazes)

Rapidement, la fille avait pris une décision et donné un ordre à ses invocations. Comme elle ne connaissait l’épaisseur que la patte de la bête pouvait avoir, elle avait opté pour une attaque maximale dessus et avait réussi à blesser la Coquatrix, ralentissant les assauts du monstre en diminuant sa mobilité. Résultat, sans suffisamment de support pour sa large ossature, la Coquatrix se replia en trainant de la patte droite.

Mais ensuite, quelque chose arriva. Dans le coin de son champ de vision, à un endroit difficilement remarquable si Mira n’y avait pas prêter attention, le Démon Inférieur courait vers le champs de fleurs.

(Hum ? Il a utilisé la Coquatrix comme leurre ?)

En utilisant l’imposant corps de la bête pour se dissimuler, le Démon s’était éloigné. Ensuite, avant que la fille en ait conscience, le Démon Inférieur imagina un moyen de mener à bien son précieux objectif. Il avait juste encore quelques mètres à parcourir pour atteindre son but, donc certain de sa victoire, le Démon rit de son rire si dérangeant et arbora une expression dégoutante, pleine de joie, dans la direction de Mira.

La fille, cependant, resta simplement debout et daigna seulement tourner la tête pour voir son ennemi – bien qu’il n’y avait aucune nécessité à ça. Elle avait déjà prévu que la cible du Démon Inférieur était le jardin. Ce qu’il prévoyait de faire était encore une question sans réponse, mais la fille était certaine que rien de bon n’en sortirait. Par conséquent, on pouvait dire que tant que le Démon Inférieur n’atteindrait jamais le parterre de fleurs, le résultat serait satisfaisant.

Une bourrasque de vent parcouru les prairies. Et à l’intérieur de ce tumulte était la rage elle-même, vêtue d’un noir de jais. Soudain, le rire qui retentissait s’arrêta et fut remplacé par, immédiatement après, par un hurlement plein de haine qui couvrit toute la zone. Néanmoins, ce son fut aussi bref que le rire et disparu rapidement.

Les restes du Démon Inférieur reposaient sur le sol juste à la destination de la bourrasque qui avait soufflé précédemment, son corps avait été engloutti et tranché en deux par une cruelle tornade de noir. Après plus ample vérification, alors que les yeux vides du Démon fixaient le ciel, il était possible de voir le visage déformé du cadavre, presque comme si la terreur en personne était descendue sur lui. Et enfin, celui qui se tenait à côté de la dépouille était un Chevalier Noir, son épée maculée de sang.

Il était l’un des deux invocations qui étaient aux côté de Mira. Après être arrivé où elle se trouvait actuellement, la fille avait ordonné au Chevalier d’éliminer toute ennemi approchant du champ de fleurs, et il avait rapidement exécuté sa mission. Ar conséquent, elle n’avait aucune nécessité de bouger même d’un seul pas de où elle était.

Comme si de rien n’était, le Chevalier s’éloigna calmement du cadavre et marcha vers son maître. Alors, dans son dos, une brume noire s’éleva dans les airs : c’était la substance faite de pure malveillance venant du cadavre du Démon Inférieur.

« Une seconde… qu’est-ce qui se passe ? »

Comme il n’y avait rien de proche pouvant être maudit, la brume était supposée se disperser et disparaître, balayée par le vent. Mais à la place, faisant preuve d’une sorte de volonté, le smog commença à voler droit devant lui. Comme c’était quelque chose qu’elle n’avait jamais vu ni entendu avant, la fille observa avec prudence les mouvements de la substance pleine de rancœur, laissant complétement le problème de s’occuper de la Coquatrix à ses trois autres Chevaliers Noirs. La brume noire s’approcha de son supposé ennemi, le chevalier invoqué, et le dépassa simplement, continuant de s’éloigner de Mira.

(C’est quoi, ce phénomène ? C’est comme si la substance cherche en fait une cible à maudire…)

Un doigt sur le menton, la fille plissait les yeux, suivant les mouvements du smog.

Sans la moindre brise soufflant sur la plaine, le bruit des pas du Chevalier Noir pouvait parfaitement être audible. Ensuite, comme le rire du désormais mort Démon Inférieur, ces bruits s’arrêtèrent soudainement alors que le Chevalier Noir revenait au côté de la fille. Immédiatement après, venant de où la substance de malveillance était allé, un faible grognement atteignit les oreilles de Mira.

« Donc… Il prévoyait vraiment de maudire ça ? »

Quand la brume tremblante attient enfin sa destination prévue, c’était la Coquatrix qui l’attendait, sa silhouette debout en silence alors même que les yeux du monstre brillaient de haine. Si elle essayait de bouger ne serait-ce que d’un pouce, les Chevaliers Noirs l’achèveraient ; la Coquatrix l’avait parfaitement compris,, malgré son corps couvert de blessures. Par conséquent, en bouillant d’une fureur où se mêlait l’agonie et la folie, la bête arrivait encore à contrôler son besoin de fuir et obéissait calmement aux derniers ordres de son maître, le Démon Inférieur.

Au final, la transformation de la Coquatrix fut spectaculaire.

Tandis que le brouillard noir s’amincissait, le corps du monstre se distordit en quelque chose de plus grand, au point qu’il semblait dangereusement proche du point de rupture et d’exploser comme une bombe. Ensuite, la bête lâcha un extrêmement triste et pitoyable rugissement. Chaque blessure sur son corps s’était refermée par le gonflement de la chair, le seul œil que la Coquatrix arborait encore qui brillait d’une intense envie de tuer devint injecté de sang, révélant une encore plus forte couleur de folie.

Suivant la transformation, la brume disparut complétement, signalant la conclusion de la malédiction. Cette substance malveillance était supposé maudire uniquement les objets contenant un pouvoir, donc quand il a ciblé — entre toutes choses possibles — une bête démoniaque de haut rang, le smog est arrivé à faire quelque chose qui, jusqu’au dernier instant, avait été considéré comme impensable à arriver.

(Penser qu’une telle chose se produirait… c’est aussi parce que le jeu est devenu réalité ?)

Méfiante, Mira examina l’apparence de la Coquatrix après qu’elle soit devenue deux ­— non, trois fois plus grande qu’avant. Que ce soit parce qu’elle avait perdu le contrôle de ses yeux ou qu’elle s’habituait encore à son nouveau corps, elle promenait un regard vide autour d’elle en frissonnant. Encore et encore, la Coquatrix répéta ces actions.

(Oh, eh bien, dans tous les cas, on dirait qu’elle n’est pas devenue quelque chose de gênant)

Avec un petit sourire, la fille soupira et regarda la nouvelle forme du monstre qui, maintenant, était considérablement différent de l’ancienne. Ensuite, au même moment, les trois Chevaliers Noirs se jetèrent sur la Coquatrix en une tornade d’acier noir.

« Oh… apparemment, sa robustesse a augmenté. »

Il y a peu, l’attaque des chevaliers aurait tranché la chair de la bête démoniaque, aspergeant le sol alentour de sang. Mais désormais, c’était complétement différent. Bien que leurs lames endommageaient toujours les pattes, les ailes et le torse du monstre, les blessures n’étaient jamais profondes. En plus, à chaque seconde qui passait, ces blessures se refermaient instantanément, ne laissant à peine qu’une mince cicatrice.

Et pourtant, les Chevaliers Noirs ne s’arrêtaient pas ; au contraire, leurs épées devenaient plus rapide et commençaient à dessiner des trajectoires plus tranchantes. Alors qu’ils continuaient d’attaquer, quand un de leurs coups réussissait à entailler la chair de la bête, ce qui fait revenir à elle la Coquatrix ; jusqu’à maintenant, elle avait observé distraitement les environs.

D’un regard, au moment où il remarqua ses trois ennemis, l’œil injecté de sang écarlate du monstre s’agrandit. Immédiatement, ce même œil fut empli de haine et, alors que la Coquatrix atteint son point critique, elle battit violemment des ailes, essayant apparemment de repousser les chevaliers qui l’attaquaient continuellement. Dès qu’elle le fit, une bourrasque éclata et et balaya la zone autour du monstre.

Les arbres craquèrent, leurs feuilles s’envolant et disparaissant emportées par le vent tandis que l’herbe de la praire ondula violemment, comme des vagues au milieu d’une tempête. Il n’était pas exagérer de considérer cette bourrasque comme une onde de choc en voyant que le petit corps de Mira s’envolait de quelque centimètre du sol. Puis, au moment où la tornade se calma, un grand nombre de morceaux de bois qui avaient été balayés commencèrent lentement à retomber.

« Arriver à faire ça avec juste un battement d’ailes… Je suppose qu’il est devenu considérablement plus fort. »

Comme si elle marchait dans les airs, la fille donna un coup de pied deux — puis trois fois — pour ralentir et atterrit sans problème. Ses chevaliers, qui avaient aussi été balayé, se redressèrent rapidement et entourèrent la bête de trois côtés. En se concentrant sur la Chevalier Noir en face d’elle, la rage accumulée de la Coquatrix explosa quand elle remarqua que l’ennemie se préparait calmement à l’attaquer avec son épée noire. Alors de sa bouche qui semblait complétement fendu en deux jaillit un cri qui fit trembler le ciel. Que ce soit le ciel ou la terre, tout trembla sous le coup de tonnerre qu’était ce cri. Il était si bruyant que Mira en resta presque sourde, la faisant grimacer et faire un demi-pas en arrière en se couvrant les oreilles avec les manches de sa robe.

« Bon sang, c’est vraiment une plaie… »

Avant même que la plainte de Mira atteigne ses oreilles, elle fut couverte par une suite de bruits métalliques. Au milieu des herbes de la prairie, le rugissement qui annonçait le début du combat entre les Chevaliers Noirs et la Coquatrix avait retentit. Pris de frénésie, le monstre chargea sur ses adversaires. Ne montrant pas la moindre trace de préoccupation envers l’attaque arrivant, les unités invoquées de la fille la reçurent comme il se devait, l’épée levée. Le coup de la Coquatrix était incroyablement destructeur creusant un cratère dans le sol et sifflant dans l’air. de plus, en ayant pris une forme parée au combat, la peau de la bête était devenue encore plus dure et les chevaliers ne pouvaient plus la trancher aussi facilement qu’avant.

Cependant, c’était les seules choses qui impressionnaient Mira. Bien sûr, n’importe qui serait stupéfait par la puissance du coup, il était assez fort pour que même elle n’en ressorte pas indemne si elle recevait une telle attaque. Néanmoins, c’était juste ça, et rien d’autre. À la base, la Coquatrix utilisait sa dangereuse capacité spéciale et son agilité dans un puissant combo. Donc le coup que la bête venait de porter, avec tout son corps et toutes ses forces, paraissait pathétique comparé avec l’attaque combinée. C’était comme attacher au bout d’une longue lance un simple morceau de fer, détruisant complétement sa spécialité.

Si on devait parler du seul avantage que la Coquatrix détenait actuellement, ç’aurait été la robustesse de son corps, capable de repousser les lames des Chevaliers Noirs. Mais même ainsi, Elle recevait toujours petit à petit des dommages, et ce n’était qu’une question de temps jusqu’à ce que cette grande masse de chair tombe, vaincue.

Malgré ça, Mira regardait la bataille d’un œil mécontent. C’était en effet une question de temps pour qu’elle finisse, mais au rythme où cela allait, le combat se conclurait après le coucher du soleil. Bien qu’elle pouvait facilement résoudre ce problème en augmentant le nombre de Chevaliers Noirs, Mira voulait avant tout comprendre le nouvel état des choses dans cette nouvelle réalité où elle était. Par conséquent, elle attendait pour confirmer le comportement et le dégrée de coordination de ses unités invoquées. Si la fille ajoutait plus de chevaliers dans la mêlée, elle ne serait plus capable de donner sa pleine attention à chacun d’entre eux et perdrait, éventuellement, des détails du combat.

(De toute façon, J’ai encore le temps même si je ne le fais pas tout de suite. C’est bien d’essayer des choses sans se presser, non ?)

Puisque Mira venait tout simplement de commencer sa vie dans ce nouveau monde, il n’y avait aucune raison pour qu’elle agisse de manière irréfléchie. Alors, plutôt que d’expérimenter avec cette situation, elle décida d’être patiente et d’analyser le monde lentement, une chose à la fois.

« Hmm ? Qu’est-ce que c’est ? »

Quand Mira essaya de régler rapidement le combat en invoquant plus de Chevaliers Noirs, elle remarqua du coin de l’œil un certain cristal qui brillait d’une lueur menaçante. À terre dans un coin du jardin floral, cet objet était tombé sur le sol après que son propriétaire, le Démon Inférieur, est été cruellement coupé en deux par son chevalier — on pouvait encore voir le cadavre à côté du cristal. Poussé par la curiosité, la fille s’approcha de l’objet et le ramassa. Le cristal, qui était noir et émettait une sorte de pulsation lumineuse, était, sans l’ombre d’un doute, le cristal démoniaque.

Le cristal démoniaque était un objet spécial que seuls les Démons Inférieurs de type invocateur détenaient. Néanmoins, une fois le démon mort, il disparaissait toujours avec le corps, donc les joueurs le considéraient comme un objet impossible à obtenir et un simple ajout graphique au jeu.

« Oho…ohohoho. Voilà qui retient mon attention. »

Tout en regardant l’objet dans sa main, Mira eut un sourire carnassier. Maintenant que le jeu était réel, à la place de simplement disparaître, les etres comme les monstres laisseraient derrière eux un cadavre quand on les vainc et qui, éventuellement, retournera à la nature en se décomposant. Ainsi, le cycle naturel finissait par lui accorder une faveur inattendue : la possibilité d’obtenir un cristal démoniaque, l’unique cristal utilisait par les Démons Inférieurs pour faire des invocations. En considérant que Mira avait une curiosité insatiable en ce qui concernait les techniques d’invocation, depuis le début, elle avait été grandement fascinée par le catalyseur d’invocation utilisé par le démon.

Tandis que la fille analysait le cristal, le son de d’une collision violente avec un objet métallique atteint ses oreilles. Presque en même temps, une masse noire passa à côté d’elle — la Coquatrix avait projeté en l’air un Chevalier Noir. Avec la force du coup de la bête, le chevalier s’enfonça dans la terre du jardin derrière Mira et s’arrêta enfin après que la moitié supérieur de son corps soit enterré dans le sol. Cependant, à l’instant suivant, d’une manière qui semblait assurément impossible pour un humain, le Chevalier Noir se leva et fonça vers la Coquatrix comme un boulet de canon.

(Il ressemble exactement à un cristal lié à un attribut… mais la teinte de sa couleur est différente de celle des cristaux liés à l’attribut des Ténèbres. Ce n’est pas supposé briller d’un éclat aussi glauque)

Malgré ça, Mira avait été si absorbée par l’objet que le combat en cours lui été complétement sorti de l’esprit. C’était le première fois qu’elle tenait un cristal démoniaque et quand elle l’avait regardé, Mira avait immédiatement pensé à un cristal lié à un attribut. Ce genre d’objet pouvait être utilisé dans un large champ de domaines différents, et il était spécialement un matériel multi-usage bien connu dans celui de l’invocation.

Les experts-invocateurs possédaient une compétence spécial appelé “Changement d’Attribut“. Cela leur permettait de prendre un objet avec des effets d’attribut et de l’utiliser comme catalyseur, renforçant leur Esprit-Armure avec ce même attribut. En résultait que invoqué avec l’aide d’un Changement d’Attribut, la force de la plupart des Esprits-Armures aura les caractéristiques de l’effet contenu dans le catalyseur utilisé.

« Essayons-le, ça pourrait être amusant. »

Bien qu’il émettait une lueur inconnue, ce cristal sombre avait des traits qui ressemblaient grandement à ceux d’un cristal lié à un attribut. Alors, dès qu’elle décida d’essayer un invocation avec changement d’attribut avec cet objet, Mira passa tout de suite à l’acte.

Dans les prairies, les sons des épées des Chevaliers Noirs et du rugissement de la Coquatrix continuaient de résonner, constamment. La zone où le combat faisait rage était supposée être couverte de vert, mais maintenant, elle était complétement nue de végétation, avec des nuages de poussières dansants à chaque fois que les combattants se rencontraient. Tout en regardant l’espace devant le lieu du combat, la fille leva le cristal démonique au dessus de sa tête.

【Invocation : Chevalier Noir à Attribut Changé】

Avec la même sensation qu’elle avait quand elle voulait invoquer un Chevalier Noir, Mira ajouta juste un petit changement au processus et relâcha le pouvoir contenu dans le cristal. Alors, le pentagramme qui était apparu devant elle commença à absorber l’énergie sortant du cristal démoniaque, devenant deux fois, puis trois fois plus grand que sa taille initiale.

« Comment devrais-je le dire… c’est vraiment bizaaaarre. »

En une fraction de seconde, le pentagramme s’était teinté d’un noir maladif et commençait à se tordre, comme si c’était les entrailles d’une créature. Sentant les signes que quelque chose de étrange se passait, la jeune fille sauta en arrière en hâte pour s’éloigner. Immédiatement après, comme un vaisseau sanguin bouché, le cercle ne résista pas au soudain gonflement et explosa, éjectant et répandant son sang — le pouvoir magique — dans toutes les directions.

En premier, la fille se demanda si l’invocation avait échoué après avoir un tel spectacle sous ses yeux. Toutefois, quand les minces vestiges de magie s’arrêtèrent de pleuvoir, quelque chose de massif remplissait désormais l’espace précédemment vide. Ça occupait tellement de place qu’on pouvait penser que tous les arbres des alentours s’étaient rassemblés à un seul et même endroit.

Se tenez là, majestueusement, un être qui portait une armure comme un chevalier et avait un physique frustre rappelant une bête sauvage. La créature, toute de noir vêtu comme si elle était née de l’obscurité elle-même, montra ses brillantes pupilles injectées de sang. Dans le même temps, une de ses armes se révéla aussi : au lieu de posséder une épée, cet être avait une gueule bardée d’innombrables crocs, chacun aligné à la manière d’une scie.

« Devrais-je appeler cette chose une… Bête Noire ? »

Il était facile de voir que l’apparence de la créature était pour le moins différente de celle d’un habituel Chevalier Noir, mais Mira pouvait clairement sentir le lien entre elle et l’être invoqué. Par conséquent, elle avait put comprendre que l’invocation qu’elle avait lancée était un succès et que la créature en face d’elle était le résultat du processus d’invocation. Ensuite, après avoir réalisé ceci, Mira avait décidé de nommer son servant uniquement sur son apparence.

L’être qui était apparu après qu’elle la fille ait ramassé le cristal démoniaque et lancé l’invocation à attribut changé était, d’une manière ou d’une autre, un monstre. Son corps, fait d’un mélange de traits de bêtes sauvages tels que les lions et les tigres, semblait avoir été rentré de force dans une version déformée de l’armure du Chevalier Noir. La magie qui avait été répandu par le rituel d’invocation était sur la Bête Noire, coller à elle comme une sorte de sang visqueux. En plus, cette substance tremblait légèrement, donnant l’impression que le monstre respirait à travers tout son corps.

Avec une telle apparence effrayante, n’importe qui pouvait aisément s’attendre à ce que la Bête Noire commence un carnage sur le champ, mais pourtant, elle restait simplement à côté de Mira, attendant des ordres le corps courbé vers sa maitresse, comme une bête affamée visant sa proie.

She_Professed_Herself_the-009

« Hmm, au moins, je suppose qu’il écoutera mes ordres. »

Du premier regard, elle ne pouvait sentir la moindre trace d’intelligence dans la créature invoquée ; cependant, puisqu’il obéissait à un simple ordre donné par elle, Mira leva les yeux vers la Bête Noire et dit cela.

Pendant ce temps, dans le combat opposant la Coquatrix aux Chevaliers Noirs, les blessures dont souffraient les deux parties étaient bien trop légère comparé aux dommages faits à leur environnement. Du côté de la bête démoniaque, non seulement elle avait obtenu une capacité d’auto-guérison, mais sa robustesse avait aussi augmenté. Du côté des chevaliers, bien que limité, ils disposaient aussi d’un capacité régénératrice et leurs compétences d’esquives étaient hauts. Mais même ainsi, le combat ne semblait pas être dans une impasse puisque les Chevaliers Noirs étaient supérieurs en nombre et en coordination, donc si le combat continuait ainsi sans changer, tôt ou tard, ils obtiendront la victoire sur leur ennemi.

Cependant, à ce rythme, il était clair qu’ils pourraient tout finir seulement au coucher du soleil.

« Voyons, que dis-tu de me montrer ta vraie force ? » dit Mira en parlant à la Bête Noire.

Puis elle regarda le champ de bataille et, après avoir attendu le bon moment, rappela ses trois chevaliers. La Coquatrix en furie ne remarqua même pas que ses ennemis essayaient soudainement de se retirer, et chargea simplement et aveuglement ses ennemis avant. Tout en se concentrant uniquement sur la destruction, la bête démoniaque fit trembler le sol en courant sur ses pattes épaisses comme des troncs d’arbre, et exactement au moment où elle essaya de jeter son énorme masse corporelle sur les chevaliers, quelque chose se produisit.

Accompagné par un sourd bruit métallique, comme si quelque chose avait explosé sous terre, toute la zone résonna du bruit de la terre tremblant. Un moment plus tard, ce bruit fut remplacé par le rugissement de la Coquatrix, plein de rage. Coupant à travers le champ de bataille, la Bête Noire avait arrêté avec son corps la charge dévastatrice de la Coquatrix. Enragée, la bête démoniaque essaya de morde le nouvel ennemi qui était apparu, mais la nouvelle invocation de Mira hurla et, en même temps, lui rendit la morsure de sa bouche béante, avec la clair intention de déchiqueter la chair de l’attaquant. Semblant souffrir, la queue de dragon de la Coquatrix frappa un nombre incalculable de fois le sol, le faisant trembler et yant un bruit d’explosion à chaque coup.

(Donc elle ne comprend pas les ordres complexes, hein… Je me demande si les seules instructions qu’elle suit sont “attends“ et “attaques“…)

De la même façon qu’elle avait fait avec les Chevaliers Noirs, la jeune fille avait envoyé différents ordres à sa bête. Néanmoins, tous étaient ignorés et la Bête Noire continuait simplement de combattre. En d’autres termes, on pouvait dire que, actuellement, la créature suivait son propre instinct.

« Je suppose que je dois… vérifier d’abord, » murmura Mira ne sorte d’excuse, tout en regardant de loin ce qui se passait devant ses yeux.

♦ ♦ ♦

 

« Qu’est-ce… Qu’est-ce qui s’est passé ici ? »

« Hm ? Ooh, c’est toi, Reynard ? »

À l’instant où Mira entendit une voix à côté d’elle, elle se retourna et vit Reynard et Joachim. Le visage crispé, ils regardaient ce qui se déroulait devant eux — un combat mortel où chacun des deux protagonistes dédaignait la défense pour ne se concentrer que sur l’attaque.

« Bien que celui juste là semble avoir considérablement changer dans son apparence, je crois y reconnaître la Coquatrix. Mais l’autre… » analysa calmement Joachim, bien que visiblement inquiet par ce qui se déroulait sous ses yeux. Aucune des deux bêtes ne se retirait et, toujours embourbé dans leur combat, essayaient toute deux de se blesser à mort mutuellement dans un pur déchainement de violence. Croc contre croc, griffe contre griffe, rugissement contre rugissement. Même couvert de leur propre sang, à la place de ralentir le rythme, la Coquatrix et la Bête Noire continuaient de plus belle, leur combat s’intensifiant encore et encore.

« C’est ce qui est arrivé après que j’ai fais une invocation, » dit Mira en haussant les épaules et en pointant du doigt ce qu’elle avait fait, ne sachant pas quoi dire de plus.

Le trio regardait, abasourdi, ce qui se passait devant eux. Si on essayait de mettre des mots sur ce spectacle, ce serait sûrement quelque chose comme un tokusatsu, un film où se battaient deux monstres dans un grand combat décisif. Si grand qu’ils avaient atteint un point auquel personne ne pouvait plus voir les petits oiseaux qui volaient dans les bois environnants, et même les créatures qui habitaient ici avaient complétement fuit pour trouver refuge contre ce maelstrom de furie.

« D’ailleurs, je ne vois Garret nulle part. Où est-il ? » demanda la fille, pour changer de sujet.

« Ah, je lui ai laisser la tâche de s’occuper des cadavres des monstres ? Normalement, c’est moi qui m’en charge, mais il a demandé à ce que ça lui qui le fasse pour que je puisse venir vous assister, mademoiselle Mira. Et surement, si nous parlons d’un adversaire du niveau de la Coquatrix, bien sûr, je me serai inquiété. Toutefois, à ce que je vois, vous n’avez nullement besoin d’aide… » répondit Joachim avec le regard dans le vague en fixant les deux monstres luttant l’un contre l’autre.

Immédiatement après, un rayon lumineux rouge surgit de l’autre côté du champ de bataille.

(Ce Garret… Il n’avait pas besoin de s’inquiéter pour moi)

En voyant la colonne flamboyante de feu au loin, plutôt que d’imaginer les flammes brûlant tout, Mira imagina le silhouette de Garrett, le visage arborant un sourire éclatant alors qu’il actionnait la tourelle de la jeep. Après un court moment, il sembla que l’incinération des cadavres fut terminée comme le pilier de feu perdit en intensité et commençait à disparaître.

Alors, à ce moment, quelque chose de rouge fut une fois encore lancée dans le ciel. Rapidement, un hurlement résonna dans les prairies, coupant avec les hurlements d’intimidation que les deux bêtes se lançaient l’un à l’autre il y a quelques secondes. Le cri qui sortait de la gorge de la Coquatrix était un signe à la pluie rouge virevoltant dans les airs : le propre sang de la bête démoniaque. En regardant attentivement, on pouvait remarquer qu’une de ses ailes avait été tranché à la base, et que le sang jaillissait à gros bouillon de cette blessure.

« C’est… brutal, » murmura involontairement Reynard.

Un regard intense dirigé vers la Bête Noire, une créature capable de combattre contre une Coquatrix qui avait vu sa férocité boostée, le chevalier réalisa à quel point était insondable le domaine de l’invocation, faisant changer petit à petit son regard sur Mira.

La Bête Noire fit ensuite un mouvement pour cracher quelque chose qu’elle avait tenu dans sa gueule, montrant une abondante quantité de sang coulant de cette dernière. Ce qui tomba au sol était l’aile perdue de la Coquatrix, son état témoignant de la sauvagerie de tout le combat.

Et pourtant, la bête démoniaque n’arrêtait pas, son œil brillant toujours de la même folie et de la même volonté de combattre. Quand elle repoussa la charge de son ennemie avec son aile restante, l’énorme corps de la Coquatrix trembla violemment, apparemment à cause du mouvement de ce bouclier impromptu. Prenant en compte sa taille imposante, la Coquatrix avait perdu le sens de l’équilibre au moment où elle avait perdu une de ses ailes, donc elle ne pouvait plus contrôler ses mouvements après bouger avec toute le force physique qu’elle possédait.

Cette opportunité ne fut pas ignoré par la bête invoquée de Mira. Dès que la Coquatrix tituba, la Bête Noire planta fermement ses quatre pattes dans le sol et ouvrit grand la gueule, comme prête à rugir. À la place, jaillit du fond de la gorge du monstre une lumière aveuglante.

« Le pouvoir magique est… »

Sentant une énorme quantité de magie se rassembler dans la gueule de la Bête Noire, Joachim ouvrit grand les yeux de surprise. Rapidement, juste avant que la monstruosité noire stabilise sa cible, la Coquatrix se retourna et fit un grand arc de cercle avec sa queue — couverte d’épaisse et robuste écaille — pour porter un coup au visage de son ennemie. Accompagné par un violent bruit d’impact, le corps de la Bête Noire trembla dangereusement. Cependant, ce n’était pas suffisant pour l’arrêter, car une fraction de seconde après avoir été frappée, la gueule de la bête relâcha un rayon de lumière.

Un grondement de tonnerre résonna au loin et même l’air trembla dès que le rayon étincelant sortit. Malgré tout, le rayon ne toucha pas la Coquatrix directement. Ce qui sauva la bête démoniaque était son coup de queue, qui était arrivé à détourner le tête de la Bête Noire. Le rayon de lumière fendit à la fois le sol et la forêt sur son chemin. De plus, comme pour donner le bouquet final, des explosions de flammes jaillirent des tranchées qui venaient juste d’être formées par la vague de lumière sur la surface de la prairie.

Devant les yeux de tous, la scène qui se déroulait était comme un épisode d’une guerre apocalyptique. Reynard et Joachim restaient immobile, regardant les immenses murs de poussière soulevaient avec un énorme grondement, stupéfaits. Mira avait la même réaction qu’eux.

Néanmoins, ignorant l’état des trois spectateurs, le combat continua. Deux rugissements firent trembler l’air. Et puis, tout d’un coup, un de ces cris s’évanouit.

C’était celui de la Coquatrix. Le corps de la bête démoniaque tomba, prenant avec lui le féroce rugissement qu’elle venait de lancer. En regardant de plus près, sa patte gauche avait été proprement réduite en cendre à partir du genou. On aurait dit que le rayon de lumière avait complétement manqué sa cible, mais il avait en fait légèrement effleurer la patte du démon.

« On dirait que le combat est terminé. »

Bien que à terre, à travers sa seule pupille, on voyait toujours la volonté de continuer le combat de la bête blessée ; cependant, contre un ennemi qui l’avait battu sur presque tous les plans, seulement avec une aile et une patte, ses chances de victoire étaient parties. Le réalisant, Reynard eut d’un coup l’air soulagé. Par la suite, la Bête Noire qui se tenait tranquillement avait juste besoin d’achever la Coquatrix se tordant sur le sol, que ce soit avec ses griffes ou avec ses crocs.

À la place, ce qui vint après fit courir un frisson dans le dos des observateurs. La Bête Noire s’était planté sur ses quatre pattes, la bouche grande ouverte.

« Ce pouvoir magique…! Elle prévoit de la faire encore ?! » demanda l’air paniqué Joachim en revoyant le terrible spectacle de la précédente attaque du monstre, ce à quoi Mira hésita à répondre. Elle l’avait essayait plusieurs fois déjà, mais comme elle s’y attendait, la Bête Noire ne suivait aucun de ses ordres. En clair, l’invocation de la fille agissait actuellement uniquement par instinct.

« Hé… ça pourrait être pire encore que celui d’avant, » dit Reynard en dirigeant son regard une fois de plus vers le monstre.

Puisqu’il avait apparemment suffisamment de temps cette fois, l’énergie magique rassemblée pour le rayon de lumière excédait déjà la quantité utilisé pour le précédent ; en outre, avec chaque seconde qui passait, le pouvoir accumulé devenait de plus en plus fort. En proportion de cette montée en puissance, la lumière dardant de la gueule de la Bête Noire brillait de plus en plus puissamment, sa forme ressemblant à celle d’une lame aiguisée. C’était comme si le soleil lui-même était retenu en otage profondément à l’intérieur de la gorge de la bête, donnant la dangereuse impression qu’elle pourrait exploser à tout moment.

Le premier rayon de lumière avait été lancé quand le monstre, après avoir pris la même posture que maintenant, avait chargé son attaque pendant deux ou trois secondes. Mais maintenant, il accumulait du pouvoir depuis déjà dix secondes. Avec cette quantité de pouvoir magique, on pouvait seulement se demander à quel point l’attaque serait puissant. Instantanément, l’image de tout ce qui était dans son champ de vision étant rasé, brûlé, passa à travers l’esprit de la fille. Cette pensée n’était pas une exagération, car même Joachim avait une vision similaire en observant la grande quantité d’énergie magique étant accumulée.

Immédiatement, un énorme pentagramme apparut aux pieds de la Bête Noire. Il brillait du même éclat malfaisant que le précédent pentagramme utilisé pour invoquer la bête, mais à la place d’invoquer, il commença à avaler le monstre. Dès que Mira avait annulé son invocation, le processus de révocation avait commencé. Presque l’attirant derrière les portes de l’enfer, le pentagramme pulsant avalait la Bête Noire, une scène qui coupait le souffle aux trois observateurs.

Toujours en face de la Coquatrix même en étant révoquer, les yeux du monstre montrait qu’il voulait encore se battre. Quand la dernière chose restante à disparaître dans le cercle fut sa tête, la luminosité venant de la gueule de la Bête Noire augmenta en un instant.

« Mademoiselle ! »

« M’en occupe ! »

Une fraction de seconde plus tard, Mira donna un ordre à son Chevalier Noir en attente. Ensuite, rapide comme le vent, le chevalier suivit les ordres de son invocateur et frappa la Bête Noire à la mâchoire. Simultanément, un flash d’une lumière aveuglante surgit vers les cieux. Au fur et à mesure que l’énergie magique condensée perçait à travers le ciel et au delà, elle finit par se disperser, devenant une pluie de minuscules particules de lumière. Maintenant, la Bête Noire — le principal coupable de tout cela — n’était nulle part, sa révocation s’étant terminée.

Malgré le soulagement qu’ils ressentaient, le trio vit un autre problème. Avec sa blessure à la patte refermée, la Coquatrix poussa un grognement et se força à se relever. Ensuite, bien qu’avec une patte et une aile manquante, la bête démoniaque poussa un rugissement empli de folie.

« Elle est peut-être blessée, mais ne pensez même pas à la sous-estimer. »

« Je le sais. »

Devant le spectacle devant eux, Reynard et Joachim se préparèrent, près à faire face à l’ennemi.

« Reculez. C’est ma responsabilité. »

Arrêtant les autres d’une main, Mira fi face à la Coquatrix. Quelques secondes plus tard, tout d’un coup, près d’une vingtaine de Chevaliers Noirs apparurent et encerclèrent la bête en un clin d’œil.

« Hngh… ! »

« Maintenant, c’est quelque chose… »

Voyant l’inattendue apparition du groupe de chevaliers, le chevalier et l’expert furent surpris, ce qui se lisait sur leurs visages. Ni les experts-invocateurs de l’armée, ni même Cleos, le remplaçant du Sage, ne pouvait quelque chose comme invoqué en même temps et en un instant ce nombre de Chevaliers Noirs. Quel type de signification pouvait bien avoir le titre de disciple du Sage ? Tandis que ces deux-là en perdaient leurs mots pour décrire ce qu’ils voyaient, le combat avait été réglé.

Même avec le corps couvert de blessures, la Coquatrix avait toujours l’avantage de la force physique. Par contre, ce n’était pas suffisant pour résister au nombre d’ennemis et à leurs coups violents ; en conséquence, son genou le trahit et, pour la deuxième fois, la bête démoniaque se retrouva au sol. Alors, il n’y eut aucun moyen pour la Coquatrix de résister, de sorte qu’elle prenait toutes les attaques de l’essaim de chevaliers sans se défendre, à une rythme que son pouvait de régénération ne pouvait suivre. Le sang jaillit de plusieurs endroits du corps du démon, colorant la terre d’un rouge foncé.

Au premier regard, cela ressemblait à une petite colline de noir grouillant, mais avec une inspection plus approfondie de la scène, cela ressemblait plus à une séance de lynchage. Autour d’eux, le cadeau d’adieu de la Bête Noire continuait de tomber sous la forme d’une pluie de lumière, faisant se demander combien de magie avait été rassemblé pour l’attaque.

Si les observateurs se retournaient, ils verraient des particules de lumière voltigeant parmi les fleurs du champ richement coloré, le doux ajout du vent à la scène évoquait le sourire d’un ange, ses chuchotements étincelants dansant dans l’air. Debout dans un endroit qu’on pourrait dire quelque part entre le Paradis et l’Enfer, Reynard et Joachim se tournèrent tranquillement vers le côté “Paradis“.

 

<Précédent< >Suivant>

Publicités

4 réflexions sur “La Disciple du Sage

  1. Magycio

    Euh, y en a pas vraiment en faite ^^’
    Je sors les chapitres quand c’est prêt, parfois plusieurs d’un même novel à la suite.
    Mon meilleur rythme, c’est tout les samedis (ou WE) mais là, la trad est assez laborieuse sur certain novel (vu que je suis seul) et mon emploi du temps est assez serré. donc bon, voilà quoi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s