La Disciple du Sage

Chapitre 17


Traduction: Magycio


 

Il était tôt et, à l’intérieur de la chambre du palais d’Arkite, Mira faisait de beaux rêves. Cependant, on frappa soudainement et fortement à la porte, la tirant de son sommeil.

« Hrmm… »

En regardant autour d’elle, la jeune fille vit qu’elle était dans une somptueuse et peu familière pièce. Néanmoins, ce sentiment d’étrangeté ne dura pas longtemps dès Mira se rappela sa situation. Comme les sons provenant de la porte continuaient, elle se leva du lit et ouvrit, se demandant ce qui allait se passer.

« Ah… bonjour, mademoiselle Mira. »

Pendant un moment, le garde du palais à l’extérieur de la pièce fut stupéfié par l’apparence de Mira, dont les vêtements étaient usés et desserrés ; toutefois, il se reprit immédiatement.

« Sire Salomon m’a ordonné de vous emmener, mademoiselle Mira, au bureau de Sa Majesté dans les plus brefs délais. C’est urgent, » débita le garde, la respiration lourde. En outre, il n’était pas seul dans le couloir. Celui-ci était fortement encombré par de nombreuses personnes courant sans même faire attention aux autres.

« Bien, j’arrive tout de suite. »

En pensant aux circonstances — envoyé une personne la chercher, notamment —, la jeune fille réalisa que s’était une situation d’urgence.

« Euh… ne devriez-vous pas arranger vos vêtements d’abord, mademoiselle…? » dit timidement le garde alors qu’elle essayait de sortir de la chambre après avoir acquiescé. La robe une-pièce qu’elle portait s’était relâchée durant son sommeil, exposant toute la zone entre ses clavicules et ses épaules.

« Oh, vous avez raison. »

Après s’être regardée et avoir vu que l’homme avait effectivement raison, Mira réarrangea rapidement sa tenue et se dirigea ensuite vers le bureau du roi où Salomon l’attendait.

♦ ♦ ♦

« Envoyez la seconde et troisième escouades des chevaliers magiques au sud-ouest. Scindez en deux groupes les experts-sorciers et envoyez-les au sud-est. Je vous laisse décider de leur composition. »

Tout le palais était en effervescence. De la porte déjà ouvert du bureau sortait la voix de Salomon suivit d’une vigoureuse réponse. Ses ordres reçus, l’officier se retira immédiatement de la pièce. Tout en regardant cette personne disparaître dans les couloirs, Mira entra dans la pièce où était son ami. Là, elle trouva un Salmon mort de fatigue, le visage et les bras pressé contre le bureau.

« C’est plutôt bruyant par ici. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

En entendant cette voix, le roi recouvra d’un coup son énergie et releva la tête.

« B’jour… aussi, nous avons un gros problème ! » dit le garçon en faisant signe à Mira d’approcher en frappant la carte qui était étendu sur son bureau.

« Je peux deviner en quelque sorte de quoi tu parles. Donc, quelle est la taille du problème que nous avons-là ? »

Salomon, qui ne semblait d’habitude jamais être agité, semblait être en proie à une terrible panique. En voyant ce spectacle atypique, Mira était plus inquiète de l’attitude de son ami que de la raison de son agitation.

« J’ai reçu un rapport disant que, plus tôt ce matin, un groupe de près de 300 monstres est apparu, » répondit-il en pointant une zone à l’est de Lac Lunatique. Bien que la localisation n’était pas vraiment loin, ce n’était au point que ça soit une menace capable de mettre sens dessus dessous le palais.

« Bon, que ça arrive trois jours après le dernier est plutôt déconcertant mais je ne pense pas que ça soit quelque chose dont—— »

Indifférent à ce que son amie allait dire, le garçon bougea son doigt sur la carte et l’arrêta sur un autre point.

« 15 minutes plus tard, un autre groupe de 300 monstres est apparu juste là. »

« Qu’est-ce que tu dis…? »

Mira n’avait jamais entendu parler de groupes de monstres apparaissant simultanément. Cette situation était aussi totalement nouvelle pour Salomon, qui avait pourtant passé trente ans de sa vie dans ce nouveau monde ; néanmoins, le décor n’était pas encore complet. La main du garçon bougea une fois encore et indiqua deux endroits de plus.

« Il y à peu près 30 minutes, deux groupes sont entrés sur notre territoire respectivement dans ces deux lieux. Le premier est composé de 200 monstres tandis que le second est un groupe de 800 monstres. »

Après ces révélations, le roi, avec un soupir, rebougea son doigt sur la carte.

« Et enfin, il y a peu, à peu près 300 monstres furent repérés dans ces deux endroits. »

Tout en suivant les doigts de Salomon des yeux, la jeune fille ressentie de l’anxiété et fronça les sourcils devant cette anomalie.

« De plus, le rapport dit que dans chaque groupe, un seul individu est différent des autres. D’après ses caractéristiques, nous faisons très probablement face à des démons inférieurs. »

« Humm… en d’autres mots, tous les groupes de monstres sont menés par un démon inférieur, c’est ça ? »

« Je crois que c’est sans doute ça, » acquiesça le roi en retirant sa main de la carte et en en se renfonçant dans son fauteuil, complétement vidé de son énergie.

« D’autres parts, dans la direction où se dirigent ces six groupes de monstres, il y a ce jardin floral. Il y doit y avoir quelque chose d’y cacher, » dit Salomon, les yeux clos, ce qui fit se rappeler à la jeune fille la scène de la veille, son regard maintenant fixé sur l’endroit de la carte où était le jardin.

« Je me demande si ils vont une fois de plus s’entretuer. »

« Eh bien, voilà… »

Utilisant cette phrase comme introduction, le garçon indiqua l’endroit où un groupe de monstres était apparu, dans la partie sud du royaume d’Arkite, et continua.

« J’ai envoyé Luminaria se charger des 800 monstres qui sont entrés dans le pays ici. Maintenant, j’aimerai te confier les 200 monstres du nord. »

La partie nord du royaume. La localisation de l’apparition des monstres indiquée par Salomon était la plus proche de l’endroit au Mira avait été envoyée juste un jour plus tôt : le jardin de fleurs.

« Deux-cents, hein ? Humm, je ne pense pas qu’il y aura de problème mais… ne devrais-je pas aller à l’endroit le plus préoccupant ? » demanda-t-elle en plaisantant au garçon.

Parmi les groupes qui étaient apparus, celui du nord comportait le moins de monstres et Mira sentait que cela serait relativement amusant de s’en charger. En réponse à sa question, les coins de la bouche de Salomon se relevèrent pour former un sourire téméraire en répondant—

« Naturellement, ne t’ai-je pas donner le plus inquiétant ? »

—maintenant de nouveau ragaillardi. Instantanément, l’armure de calme autour de la jeune fille se lézarda et son expression changea du tout au tout.

« Bien que ce soit celui avec le moins de monstres, ce sont eux qui sont la plus proche de leur destination probable, le parterre de fleurs. Donc tu dois atteindre cet endroit rapidement ou je crois que ne pourrons pas le faire à temps. Bon, le problème de vitesse est réglé, non ? Tu dois te souvenir que nous avons un véhicule très rapide. »

Un véhicule rapide qui pourrait l’amener rapidement au groupe de monstres. En entendant ces mots et en ce rappelant le seul véhicule possible dans ce contexte, le visage de Mira se fit amère.

« Oh, une autre chose. Le rapport dit que le démon inférieur de ce groupe tient un cristal noir. »

« Un cristal noir… ? Ce pourrait-il que ça soit un cristal démoniaque ? »

Un démon inférieur tenant un cristal noir. Elle connaissait l’exacte signification de ceci.

« Je crois bien. C’est pourquoi je veux que tu y ailles. »

« Je vois. On dirait que les choses ne vont pas être si faciles, hein. »

Maintenant d’accord avec le fait qu’elle aurait préféré se charger du plus gros groupe, la jeune fille accepta la requête, quoique avec un sourire en coin.

♦ ♦ ♦

Après avoir quitté Salomon, qui avait essayé de l’encourager en disant que, au moins, tous les préparatifs pour son voyage étaient terminés, Mira arriva au garage. Et comme elle l’avait prévu, l’imposante forme de la jeep blindée était là, attendant sa prochaine mission.

« Mademoiselle Mira, j’ai hâte de travailler avec vous encore aujourd’hui. »

« Oui… pareil, encore une fois. »

Exactement comme la veille, Garrett se tenait à côté du véhicule. Avec un sourire plein de gaieté, il s’inclina devant la fille devant lui.

« Maintenant que tous le monde est, nous partons immédiatement, » conclut l’homme en ouvrant la porte du siège arrière.

« Oh, vous venez avec moi ? »

Au moment où Mira monta à bord de la jeep, elle remarqua qu’il y avait déjà deux personnes attendant à l’intérieur.

« Donc l’atout dont a parlé Sire Salomon est mademoiselle Mira ? C’est assez rassurant, » dit avec un sourire chaleureux le loyal serviteur de Salomon, l’expert Joachim. Quant à l’autre passager, qui restait silencieux et évitait de la regarder tout en affichant clairement son mécontentement, c’était aussi quelqu’un qui Mira connaissait, le chevalier Reynard.

(Même réaction, comme d’habitude…)

Pourquoi ces deux-là l’accompagnaient-elle ? En essayant de deviner les intentions de son ami, Mira s’assit près de Joachim.

« Bien, nous partooonns ! »

L’atmosphère légèrement lourde qui avait commencé à se former à l’intérieur du véhicule fut dispersée par la voix chargée de bonne humeur de Garrett combiné avec le départ abrupt de la jeep blindée.

« Il devrait définitivement aller à une école de conduite… »

« J’avais entendu dire que l‘accélération serait incroyable, mais à ce point ? »

« Pouah… C’était quoi ça ? Bon sang ! »

Tous ensemble, les trois personnes à l’arrière se plaignirent après avoir été écrasé contre la banquette.

♦ ♦ ♦

Durant le trajet pour intercepter le groupe de monstres, Mira et les autres discutèrent de comment s’en occuper.

« Je me chargerai de la première ligne. Joachim, comme d’habitude, les prendra en tenaille de derrière. Et ensuite—— »

Le chevalier, qui prévoyait d’utiliser la plus sûre et la familière des tactiques qu’il connaissait, regarda l’élément douteux qu’il devait ajouter à sa stratégie cette fois-ci : Mira.

« Dame Mira va… vaincre le démon inférieur conformément aux ordres de Sire Salomon… mais honnêtement, comme je ne sais pas de quoi vous êtes capable, je suis encore un petit peu dubitatif. Pouvons-nous vraiment compter sur vous pour cette tâche ? »

Le visage de Reynard était l’exemple parfait du sérieux pendant qu’il concevait sa stratégie et, cette fois, il ne montrait aucun signe d’animosité envers la jeune fille.

« En effet, même si nous tombons dans le pire des cas, il n’y aura pas de problème. »

« Le pire des cas ? Que voulez-vous dire ? Nan, oubliez. De toute façon, faites juste en sorte de tuer le démon. »

À la réponse de Mira, le chevalier lui avait lancé un regard noir et rappelait à la fille son travail.

« Bien sûre, la même chose vaut pour vous, tâchez de ne commettre aucune erreur. »

Le rabaissant, elle lui retourna son regard noir et sourit.

« Allons, vous deux, je suis sûr qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Même sans l’avoir vu, le fait est que Sire Salomon a reconnu la vraie force de mademoiselle Mira. Et, mademoiselle, s’il vous plait, ayez aussi foi en nous. En effet, Reynard a un côté méticuleux en ce qui concerne l’étiquette — ou plutôt, il est très insistant sur ce point — mais c’est simplement car il est un chevalier dans l’âme. Soyez assuré qu’il est le genre d’homme à tenir ses engagements quand il décide de protéger quelqu’un. Quant à moi, je ne peux pas dire que ma force est du même niveau que celles des Sages remplaçants mais je suis assez confiant en mes capacités, donc je ne serai pas à la traine. »

Voyant comment Mira et Reynard se regardaient et qu’ils allaient commencé une violente dispute, la personne qui était juste entre eux, Joachim, ne pouvait pas le supporter et les força donc à le remarquer. Apparemment, le chevalier avait voulu dire quelque chose à Mira mais fini par arriver à un accord, « Naturellement », et fixa ensuite le pare-brise. En ce qui concernait la fille, elle n’avait aucun doute sur la force d’une personne que Salomon avait choisi comme assistant de confiance ; bien au contraire, Mira portait un grand respect à la loyauté de cette personne, quelqu’un qui se consacrait pleinement à son meilleur ami. Bien sûr, elle n’avait nullement l’intention de le dire.

« En aucun cas nous ne devrions nous soucier à ce sujet, » dit-elle avant de faire face, elle aussi, au pare-brise du véhicule.

Là, un paysage familier se déroula devant elle. C’était le même paysage qu’elle avait vu l’autre jour, quelques instants avant qu’ils aient passé de la route pavée aux prairies. Dès qu’elle le réalisa, presque par réflexe, la jeune fille se baissa, le visage vers la banquette.

Juste après, la jeep blindé fit un splendide plongeon vers le sol herbeux. Bien que le blindage du véhicule fit de violents et inquiétants bruits, comme prévu du summum de l’ingénierie occulte, le jeep ne fut pas endommagée et continua sa route, imperturbable, sans aucune trace d’impact. Cependant, comme d’habitude, il ne pouvait en être dit de même pour ceux à l’arrière.

« Guuhh… encore ? » grogna en fronçant des sourcils Reynard tout en se redressant. À côté de lui, le visage toujours contre la banquette, Joachim donna son analyse de la situation.

« Il est rapide mais en même temps, ce véhicule a vraiment besoin d’amortisseurs et de quelque chose contre les chocs à l’intérieur. »

« Je pense qu’il y a un problème avec le chauffeur aussi… » dit Mira en élevant la voix afin de couvrir les cahots du véhicule. Averti par son précédent dans le véhicule, elle s’était préparée avant le choc. Elle regarda ensuite l’arrière du crâne de Garrett, résignée.

♦ ♦ ♦

Grâce au système de communication dont été équipé la jeep blindée, ils recevaient des rapports détaillés — de chacun des avant-postes — sur les mouvements du groupe de monstres. D’après les informations reçues, ils pouvaient déduire que les monstres allaient, en effet, à la même localisation que hier, le jardin floral.

Ignorant ce qui se passait à l’intérieur, la jeep avançait dans d’excellentes conditions vers leur destination. Devant eux, on pouvait apercevoir légèrement la colonne claire, donc les trois passagers continuèrent de discuter de leur stratégie tout en, de temps en temps, étant renversé sur la banquette.

« D’accord… alors, nous ne devons pas les tuer à l’intérieur du jardin, hein ? »

« Exactement. Dès qu’ils sont arrivés, ils ont commencé à s’entretuer. En d’autres mots, leur but et de le faire sur le parterre de fleurs. Même le démon inférieur, qui a mené ces monstres, a rit au bord de la mort. C’est juste une supposition, mais j’ai l’impression que leur but était de mourir ici, » conjectura Mira en se rappelant des événements de l’autre jour, en particulier des derniers instants du démon inférieur où il a sourit. Toutefois, elle n’arrivait toujours pas à saisir la signification du besoin de ces monstres à mourir dans cet endroit en particulier.

« Ils veulent mourir à l’intérieur du jardin de fleurs ? Une dernière volonté plutôt romantiques pour des monstres, je dois dire… » murmura Joachim , les yeux clos, l’air pensif. Dans le même temps, Reynard grogna, y réfléchissant apparemment aussi, mais on pouvait voir sur son visage le nombre de questions qu’il se posait.

« C’est vrai… peut-être essayent-ils de créer un marais de Pure Non-Mort, » supposa l’expert en ouvrant lentement les yeux.

« Un marais de Pure Non-Mort ? Est-ce même possible de créer ce genre de chose ? »

La voix de la jeune était pleine de surprise après qu’elle ait entendu Joachim. Ce titre était quelque chose qu’elle connaissait déjà. En fait, elle avait des connaissances très pointues sur le sujet. Souvent trouvé dans des lieux liés à la mort — tel des champs de batailles, des sites d’exécutions, des cimetières et autre — c’était des endroits où apparaissaient fréquemment des monstres de type mort-vivant. Durant l’époque où elle était Dunbalf, afin d’efficacement y chasser des monstres, elle devait parfois être l’affût comme ces endroits étaient souvent utilisé par les autres joueurs.

« Oh non, je ne veux pas dire par là que nous avons la preuve qu’on peut en créer un. C’est juste que j’aie lu un essai à propos de ça. Et toutes les conditions qui y étaient décrites sont présentes ici. »

Ensuite, il énuméra les conditions pour la création d’un marais de Pure Non-Mort.

Premièrement, un territoire qui détenait une sorte de pouvoir caché.

Deuxièmement, une quantité massive de cadavres sur ce lieu.

Troisièmement, un grand nombre de vies y étant été perdues.

À l’instant où il atteint ce point, Joachim sembla encore capable de penser à encore plus de conditions mais comme ils n’avaient pas de description, il acheva son explication.

« D’après cette thèse, il y a plusieurs problèmes pour l’endroit, et le principal est la transformation nourrit par le phénomène de mort. Par exemple, supposons qu’il n’y a pas de marais de Pure Non-Mort. Si le démon inférieur essaye de cause certains genres de changements en apportant la « mort » au jardin de fleurs, alors… »

L’expert regarda alors droit devant lui, observant le pilier blanc qui grossissait en même temps qu’ils en approchaient.

« Humm, c’est un sujet vraiment très intéressant. Même si je ne peux pas imaginer comment ce lieu sera affecter, vu qu’un démon inférieur est impliqué, ça ne sera pas quelque chose de bon. »

Des effets apportés par la mort. Les mots dis par Joachim firent réfléchir la jeune fille et trouvèrent un écho avec des termes pseudo-occultes, tel que des endroits hantés et des maladies spirituelles. Dans un monde où les démons, esprits et autres créatures similaires existaient, des termes surnaturels comme ceux-là pouvait facilement être accepté par quelqu’un, aussi étrange pouvaient-ils être.

Imaginant un champs de fleurs plein de feux-follets flottant autour, Mira fixa sans le voir le pilier blanc.

(Je me demande si un incendie ou autre chose va commencer avec toutes ces âmes…)

Alors qu’elle pensait à cette blague évidente, aperçu une petite colline. La veille, c’était exactement là qu’ils avaient magnifiquement plané dans les airs. Et la jeep blindée accélérait triomphalement vers cette colline très exactement. Voyant que Garrett était au mieux de sa forme, Mira jaugea rapidement la situation et se tassa dans un coin de la banquette, se cramponnant. Quand Joachim, qui était assis à côté d’elle, remarqua les mouvements de la jeune fille, il se prépara aussi en pesant de tout son poids sur la banquette.

Comme le paysage vu de la fenêtre latérale défilait rapidement, les seules choses visibles à l’instant étaient la forêt et la chaîne de montagnes au loin, avec les nuages flottant dans le ciel ; n’ayant aucun intérêt pour eux, la seule préoccupation de Reynard était l’imposant pilier devant.

Soudain, une sensation inattendue d’apesanteur assaillit le chevalier. En même temps, le paysage qu’il voyait avant — une colonne blanche avec les cieux pour arrière-plan — fut complétement remplacé par le vers de la végétation.

« Ughaaaah ! Pas… encore !! »

Avec ce splendide atterrissage, le son de l’impact au moment où la jeep toucha le sol fut si fort qu’il n’aurait pas été surprenant de penser qu’ils avaient eu un accident. Ensuite, au milieu des rebonds continus fait par le véhicule, Reynard cria lorsque son corps fit un saut périlleux. Jetant un regard de côté à ce qui lui arrivé, Mira se cramponna avec ses bras et ses jambes. L’expert, qui avait aussi réussi à s’agripper à temps, se sentit soulagé d’avoir échappé au destin de s’afficher d’une manière aussi disgracieuse.

« On dirait que nous sommes arrivés avant les monstres, » dit la jeune fille en observant les abords du jardin en face d’eux quand les cahotements de la jeep eurent diminués assez. En effet, dans toute la partie visible du parterre de fleurs, elle ne voyait aucun monstre du groupe.

« D’après les rapports, si le groupe continua à aller tout droit, ils devraient sortir de la forêt à notre droite, » indiqua Joachim, s’abimant les yeux sur une carte, comparant leur position actuelle avec la dernière position connue du groupe de monstres.

« Saviez-vous déjà que les choses se passeraient comme ça ? Pourquoi… pourquoi ne m’avez-vous pas prévenu ? »

Une voix dénué de vie et pleine de ressentiment retentit derrière eux. Quand ils se retournèrent tout deux vers sa source, ils se retrouvèrent en face de Reynard, coincé contre le dossier de la banquette et presque aussi défait que de la lessive qui aurait été emporté par le vent.

« Ahh, c’est vrai. Désolée. Je l’ai simplement remarqué juste avant que ça arrive, donc tout ce que je pouvais faire était de me cramponner moi-même. »

« J’ai eu le même problème. Au moment où j’ai vu ce mademoiselle Mira faisait, je me suis rapidement préparé et immédiatement après… tu sais ce qui s’est passé. »

Bien qu’ils disent ça, sans un once de culpabilité, le léger sourire de Mira et Joachim fit froncé les sourcils d’énervement au chevalier. Cependant, à l’instant suivant, les roues de la jeep roulèrent sur quelque chose, faisant bondir le véhicule en l’air. N’ayant aucun chance de pouvoir faire face à cet impact imprévu, Mira et Joachim roulèrent sur la banquette.

« Ce maudit Garrett… » murmura Mira en se rasseyant avec soin, dirigeant sa colère vers le conducteur.

« En effet, c’est un problème, » se plaignit aussi Joachim et, après avoir vu l’expression innocente de Garrett pendant qu’il conduisait, il sourit amèrement. D’un autre côté, voyant que les deux autres passagers avaient subi la même chose que lui, Reynard sourit, lui, de satisfaction.

 

<Précédent< >Suivant>

Publicités

6 réflexions sur “La Disciple du Sage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s