La Disciple du Sage

Chapitre 14


Traduction: Magycio


« Bon alors, reprenons où nous nous étions arrêtés. La plus grande différence entre nous, les ex-joueurs, et les ex-PNJs est l’état de notre corps. Comme tu peux le voir, il semble que nous ne vieillissons pas d’un iota. »

En même temps, il écarta les bras comme pour prouver qu’il n’avait pas du tout changé.

« Et c’est pourquoi, même après avoir vécu ici trente ans, tu es resté le même ? »

« Oui. Pour être honnête, il y encore beaucoup d’inconnus, donc je ne peux assurer que ça continuera. Ne vieillirons-nous vraiment jamais ? Et si c’était notre apparence extérieure qui ne changeait pas et que nous vieillissons normalement ? Avons une sorte d’espérance de vie spécifique ? Eh bien, voilà le genre de doutes que nous avons encore. Peut-être qu’après trois ou quatre décennies nous y verrons plus clair, je suppose. »

Si ils ne vieillissaient pas, cela voudrait dire que leur corps ne se détériorait jamais. La même chose s’appliquerait à leur peau, ne se ridant pas avec sous le passage des années. C’était principalement pour ceci que Luminaria avait dit que c’était le meilleur des mondes; si une personne était belle, elle le serait pour l’éternité.

Grâce aux explications de son ami, Mira compris pourquoi leurs visages étaient resté les mêmes. Egalement, c’était quelque chose d’exclusif aux ex-joueurs. Ce qui retint son attention, toutefois, était la manière dont Salomon avait parlé d’“espérance de vie“. Evidement, personne ne mourrait après seulement trente ans, mais s’ils mourraient pour d’autres raisons ?

 Quand c’était un jeu, chaque fois qu’un joueur était tué, par un monstre par exemple, il ressuscitait à sa base ou bien au pays auquel il été affilié, tout en recevant un malus. Le point principal est que cela arrivait quand c’était un jeu. Maintenant que le jeu était devenu réel, la même règle s’appliquerait-elle s’ils mourraient ? C’était ce qui préoccupé Mira.

« D’ailleurs, qu’est-ce qui se passe si nous mourrons ici ? Reviendrons-nous toujours à la vie avec un malus ? »

« Si nous mourrons, hein… »

En entendant la question de Mira, le garçon eut l’air pensif et croisa les bras. Ayant pris un instant pour mettre de l’ordre dans ses idées, Salomon leva la tête et commença une réponse, statuant en quelques mots que la question était “toujours en suspens“.

« Pour te dire la vérité, nous n’avons pas encore entendu parlé d’un joueur mort dans ce monde. Mais mon avis personnel sur la question est que, peut-être… nous mourrons vraiment. »

Direct comme il l’était, le roi avait répondu sérieusement. En considérant que le jeu était devenu réalité, une telle occurrence n’était pas du tout impossible. Même si elle souhaitait que ce ne soit pas le cas, Mira croyait aussi qu’une telle chose pouvait bien être vraie.

« Il y a d’autres raisons qu’y te font croire que mourrions ? »

« C’est grâce à la Liste d’Amis. Je la regardais chaque nuit. Et maintenant, tout comme vous, il semble que d’autres soient soudainement arrivés dans ce monde. Mais l’opposé est aussi arrivé. J’ai un ami dont le statut est passé en connecté, mais je ne savais toujours pas où il se trouvait. »

À ce moment, Salomon fit une pause pour s’humecter les lèvres. Pendant ce court moment de silence, la seule chose pouvant être entendu était Luminaria empilant les documents. Visiblement, elle rangeait encore la pièce.

« Une nuit, alors que je vérifiais la Liste d’Amis comme je le faisais d’habitude, le nom de cette personne était passé en déconnecté. Après cela, son statut n’est jamais repassé en connecté. »

« Je vois… »

Dans ce monde, être connecté sur Liste d’Amis signifiait que la personne existait en ce lieu. À partir de ça, ils pouvaient penser à deux réponses possibles pour expliquer ce qui était arrivé à cette personne.

La première était qu’il avait trouvé, d’une façon ou d’une autre, un moyen de se déconnecter. L’autre était que, pour une quelconque raison, il avait disparu de ce monde; en d’autres termes, qu’il était mort.

Croyant en ces deux possibilités, Mira décida de vivre encore plus précautionneusement dans cette nouvelle réalité.

« Même si nous nous demandons si nous allons mourir ou non, la cause de décès la plus répandue dans ce monde est liée aux combats. Mais je doute que nous mourrions à cause de ça. Vu à quel point nous sommes forts, et même si nous tombons sur quelque chose que nous ne pouvons pas battre, qu’il s’agisse d’une Bête Démoniaque Royal, d’un Roi Démon ou un Dragon Divin, nous pouvons simplement utilisé toute notre puissance pour nous échapper, non ? »

Dit Luminaria en organisant le reste des papiers et en s’asseyant de manière langoureuse sur la table. En effet, si c’était les trois personnes présentes dans la pièce, ça ne serait pas un sérieux problème; durant les autres années après la lancement officiel du jeu, ils étaient arrivés au pinacle des joueurs les plus forts du monde. À tel point que rien ne pouvait les battre.

« C’est tout à fait comme tu as dit. »

« Oui. Et au final, c’est juste mon hypothèse. Laissons la question de côté pour l’instant, il n’y a pas encore vraiment besoin d’y trouver une réponse et même si nous avions besoin de trouver une, il n’y aucun moyen humainement possible de la vérifier. Au plus, nous devons juste faire attention à ne pas mourir. »

Se remettant à sourire, Salomon ouvrit le menu de son bracelet et regarda l’heure.

« Bien, puisque c’est une occasion spéciale, je vais faire arrêter mon travail pour aujourd’hui, donc allons dîner ensemble. Exactement comme avant. »

Proposa le roi et il se leva de son fauteuil pour quitter la pièce et faire part de ses volontés à ses sujets à l’extérieur. Après un petit moment, une fois les préparations pour le repas achevées, une domestique vint les chercher : les trois amis quittèrent le bureau du roi pour une immense salle de banquet. Y étant les seuls, ils pouvaient manger et parler comme ils le voulaient.

« Digne d’un roi. Quel dîner inoubliable tu nous offres ! »

À l’intérieur de la salle, c’était comme s’ils étaient à une fête avec buffet, des tables croulant sous de la nourriture alignées devant eux. Tenant une assiette dans ses mains, Mira décida d’essayer tout ce qu’il y avait dans les plats et commença à les faire à tour de rôle, les goûtant un par un.

« Bien sûr ! Ces plats ont été préparés par le gratin des cuisiniers avec les meilleurs ingrédients possibles. Tout y est d’une saveur incomparable ! »

Se vanta Salomon en tenant lui aussi une assiette et marchant vers Mira pour, au final, se positionner à sa gauche.

« Il y a même du poulet frit. Super ! Du poulet frit de premier choix ! »

Sans perde un instant à enfourner la nourriture frite dans sa bouche, Luminaria loua ce plat doré, parfaitement cuit, et en plaça une partie dans l’assiette de la petite fille. Pour les deux amis de Mira, il était déjà naturel d’avoir des plats de ce niveau pour les repas, mais l’excitation de celle-ci était contagieuse et leur rappeler leur propre excitation des premiers jours. Alors, avec ces yeux étincelants à la vue de ce banquet, Mira servit d’inspiration à Salomon et Luminaria, faisant de ce diner dans le château d’Arkite une véritable fête du début à la fin.

♦ ♦ ♦

Après le repas, les trois amis s’assirent sur un bord de la scène dressé au milieu de la salle de banquet et discutèrent simplement du passé.

« Ça ne me rajeunit pas. Encore maintenant, je me souviens parfaitement des lignes de son blindage. »

Le garçon fermait les yeux et se rappelait l’événement hors ligne auquel il était allé 30 ans plus tôt, organisait annuellement par les JSDF[1]. C’était une exposition où les gens pouvaient voir des objets liés à l’armée, allant d’équipements à de vraies armes. Bien que l’événement avait pour but premier de recruter de nouvelles personnes pour les Forces d’autodéfense, c’était devenu un carton auprès les aficionados de l’armée; en tant qu’un de ces amateurs, Salomon y avait également assisté, ajustant son emploi du temps à chaque fois qu’il était nécessaire.

« Ce que j’ai envie de voir à nouveau le magnifique design du Type 10[2]. »

« Ça aurait été possible si tu ne te baladais pas un peu partout. Je peux honnêtement dire que c’est le jour où j’ai le plus marché de toute ma vie. »

« J’avais complétement abandonné à ce moment-là. Tu nous avais dit que tu t’occuperais de toutes les dépenses, donc nous t’avons accompagné mais au bout du compte, c’était juste un foutu festival pour les geeks de l’armée. »

Contrairement à Salomon, dont l’expression n’exprimait que béatitude en s’immergeant dans ses souvenirs, Mira souriait amèrement tandis que Luminaria affichait une expression revêche en se souvenant toutes les deux de ce qu’elles avaient expérimenté ce jour-là; Pourtant, elles aspiraient encore à ces moments passés.

« Ne soyez pas si rabat-joie ! Vous ne vous êtes pas amusées là-bas, vous aussi? »

Répliqua boudeusement le garçon en commençant à agiter les jambes dans le vide. Pour Mira, ça ne faisait que depuis deux semaines que les évènements de ce festival s’étaient achevés. Ayant été dit que tous ses frais serait couvert et que ce serait comme un voyage, il s’était avéré que sa destination était une grande salle où était aligné plusieurs d’avions de chasse, de bombardiers et autres armes militaires. En se souvenant de l’aspect général de cet endroit, encore frais dans les souvenirs de la jeune fille, l’image de la jeep blindée lui vint tout de suite à l’esprit.

« Au fait, c’est quoi ce véhicule blindée que tu m’as fait prendre aujourd’hui ? À la place d’essence, il utilise des gemmes de scellements et est même équipé d’un canon incendiaire. Je me souviens que Garrett avait parlé d’Ingénierie Occulte ou quelque chose du genre. »

Quand Salomon entendit la question de Mira, un nouveau sourire éclaira son visage. Ensuite, ayant gagné le centre de la scène, il prit une pose intimidante.

« J’attendais que tu me poses cette question. Pour être honnête, la jeep blindée est le premier pas vers mon rêve ! »

D’un ton allègre, Salomon parla de ses rêves. À la fin, il annonça que, en tant que roi, il s’engageait à achever la construction d’un T10. Essayant de partager l’enthousiasme de Salomon, les deux autres applaudirent sporadiquement.

« Merci pour de votre attention. Oh ! C’est juste parfait, c’est presque l’heure de notre rendez-vous. »

Alors qu’il se tenait là, posant avec les bras écartés, le roi jeta un œil sur l’horloge murale près de l’entrée de la salle; une fois l’heure vérifiée, il sauta de la scène.

« Oh, c’est vrai. Ce n’était pas la raison pour laquelle j’étais venue à la base. »

Dit Luminaria en suivant Salomon, se souvenant de la raison originelle de sa présence.

« Quoi ? Quelle heure est-il ? »

C’était presque comme s’ils avaient décidé d’arrêter de se remémorer le passé pour à la place parler du présent; Ce qui fit que le jeune la fille posa cette question, hébétée, en étant tirée de ses pensées. Tournant la tête pour regarder leur amie, ils lui sourirent avec confiance.

« Attends et tu verras. »

« Je vais te montrer à qu’elle point ce monde a progressé. »

Dit espièglement Salomon, un instant que la femme fatale marcha vers Mira et, comme si c’était complétement naturel, lui prit la main et la tira avec elle.

 

♦ ♦ ♦

Traversant le couloir, le trio descendit un nombre incalculable de marches. À chaque nouvel étage passé, le silence s’épaississait de plus en plus, l’écho de leurs pas résonnant contre les murs glacials de pierres et leur revenant aux oreilles.

Ils avaient déjà dépassé dix étages. Presqu’au même moment que Mira s’en fit la réflexion, elle vit finalement une grande porte de fer et, à côté, la silhouette d’une sentinelle la gardant. Dès que le garde reconnu Salomon et Luminaria, il fit le salut militaire traditionnel du royaume et les informant que rien ne sortant de l’ordinaire n’était arrivé.

« Merci pour ton travail. »

Devant les autres maintenant, Salomon retourna dire quelques mots, tel qu’il seyait à un roi, au garde. Luminaria fit de même.

« Tout le monde est déjà rassemblé à l’intérieur. »

« Je vois. »

« Ils ont commençaient les opérations depuis peu mais… Sire Salomon, qui est cette personne ? »

Le garde regardait Mira.

« Elle s’appelle Mira, la disciple de Dunbalf. Ses compétences seront très utiles pour les expériences à venir donc je l’amène avec moi. »

« Oh, cette dame ? Pardonnez mon impolitesse. »

Après s’être excusé, le garde sortit un pass et le tenu près de la porte. Lentement, la lourde porte de fer s’ouvrit, uniquement pour révéler un couloir blanc qui continuait derrière elle. La jeune fille suivit alors ses amis et, alors qu’elle le traversait, elle vit quelque chose d’incroyable. Le décor était différent en tout point avec le style médiéval qu’elle était habituée à voir; on aurait dit qu’elle venait juste de rentrer dans un complexe de pointe.

Alors qu’elle contemplait tout ce qui l’entourait, la jeune fille, estomaquée, se rappela quelque chose qu’elle avait vu par le passé, quand elle avait vu à la télévision un programme présentant l’agence d’un certain pays : “National Aeronautics and Space Administration“.

(Tiens tiens, on dirait que ça va être intéressant.)

Un sous-sol profondément enfoui, une porte massive et une expérience. C’était tout simplement évident qu’il y avait à l’intérieur un laboratoire secret.

♦ ♦ ♦

« Bien, nous sommes arrivés. »

En disant cela, Salomon s’arrêta en face d’une grande porte qui, après quelques secondes, commença à s’ouvrir d’elle-même, bien que très lentement.

« Maintenant regarde l’intérieur, c’est incroyable. »

Derrière cette porte, il y avait une vaste salle blanche. La taille de cette salle, sa longueur et sa largeur étaient très étendues, au point qu’on ne pouvait voir ses limites que de très très loin. A l’intérieur étaient alignées ce qui ressemblait à des machines mais ce qui retint instantanément l’attention de Mira fut l’énorme appareil qui était en face d’elle, au milieu de la salle. C’était un objet cylindrique placé horizontalement et entouré d’instruments de mesure et de jauges. En face de ces instruments ce tenait quelqu’un vêtu d’une robe blanche; ensuite, près de l’immense appareil, il y avait le silhouette d’une personne portant un tablier et une tenue de pilote très voyante — encore tâché d’huile — discutant avec son collègue en robe.

Observant la scène de loin, près de la porte par laquelle Mira et les autres étaient entrés, se tenait un groupe de personnes. Il était composé de huit Expert en robe et de cinq nobles, ces derniers portant des vêtements somptueux qui détonnaient vraiment dans ce lieu.

« Nous vous attendions, Sire Salomon. »

Dit l’assistant du roi, Suleiman, qui était à côté de la porte. Il s’inclina légérement devant les trois amis et se tint près de Salomon, en attente de nouveaux ordres.

« Je vous remercie pour vos efforts continus. »

Au moment où il parla, tous arrêtèrent ce qu’ils étaient en train de faire et, sans exception, se retournèrent pour faire une profonde révérence vers leur roi. Ensuite, quand ils relevèrent la tête, tous les regards se focalisèrent sur la fille inconnue. N’étant toujours pas habituée à être l’objet d’une telle curiosité, Mira fit quelques pas de côté dans une tentative de se soustraire à leur regard; cependant, quand elle essaya de se cacher derrière Luminaria, la femme prit Mira par les épaules et, de toute sa force, la poussa en avant, à la vue de tous.

« Cette jeune fille est la disciple de Dunbalf, la petite Mira. Elle a hérité de toutes ses techniques de raffinage, de sorte que je suis sûr et certain qu’elle sera d’une grande aide dans les expériences d’aujourd’hui »

Plusieurs voix éclatèrent, chacune pleine de toute sorte d’émotion, et un des nobles fit un pas en avant.

« Donc, elle est la disciple de… puis-je lui présenter mes hommages ? »

« Accordé. »

Ayant reçu la permission de Salomon, le noble marcha vers Mira et s’agenouilla. Âgé dans les soixante ou soixante-dix ans, ayant des cheveux argentés et de nombreuse rides sur le visage, le noble leva les yeux et sourit avec douceur à la fille. En regardant cette incarnation de la sagesse, le titre de “roi“ lui parut bien plus convenir à cet homme qu’à son ami. Même ses splendides habits ne croulaient pas sous un excessif nombre d’ornements et formaient un élégant ensemble.

« Heureux de vous rencontrer. Mon nom est Edward Corse Steiner. C’est le plus grand de tous les honneurs pour moi que de rencontrer la disciple de notre héros, messire Dunbalf. »

Après avoir salué Mira, Edward lui fit avec beaucoup de douceur le baisemain. Bien que Mira ait instantanément essayer de retirer sa main, elle admira la façon d’agir en parfait gentleman de cet homme. Ou il serait plus juste de dire qu’elle en était charmée. Evidemment, c’était car Edward ressemblait à l’image qu’elle se faisait de l’homme idéal.

« Hmm, je suis Mira. »

Le noble se releva alors, s’inclina et retourna à sa place initiale. En observant Edward se retirant, Mira renouvela ses vœux de fidélité à ces idéaux masculins. Curieusement, personne ne pu comprendre pourquoi Luminaria, qui se trouvait derrière le fille, retenait un petit rire.

(… Minute… Edward… je l’ai rencontré avant ?)

En cogitant sur le comportement de gentleman du noble, Mira sentit qu’elle avait entendu le nom d’“Edward“ avant. Néanmoins, comme un reflet à la surface de l’eau troublait par des ondulations, même en cherchant au plus profond de ses souvenirs, la fille ne pouvait trouver clairement le visage de celui qu’elle cherchait.

« Bien, tout est prêt ? Commençons la première phase. »

Tirer de ses pensées par la voix de Salomon, Mira suivit des yeux les chercheurs et ingénieurs se déplacer vite, n’oubliant pas de regarder aussi ceux qu’il y avait au milieu d’eux, la gigantesque appareil.

« Cette chose… elle ressemble à celle sur le toit du véhicule… la jeep blindée, si je me souviens bien. »

« Celle que tu as vu était juste un petit prototype. Ça, c’est le vrai enjeu. »

Certains chercheurs présents, après avoir vu le sourire plein de gentillesse de Luminaria adressé à la fille plus jeune, furent frappés par le comportement de sœur de la femme, ce qui fit battre plus rapidement leur cœur. D’un autre côté, en sachant qui était derrière cette expression affable, Mira montrait une émotion inconnue sur son visage de manière subtile tout en s’éloignant. Alors, à cet instant, du coin de l’œil, la fille remarqua une sorte d’installation installé très loin dans la direction exacte vers laquelle était pointé le bouche du canon.

(C’est quoi ça…?)

Quand Mira se pencha légèrement pour mieux voir l’objet de sa curiosité, ses cheveux argentés luisants retombèrent gracieusement sur ses épaules et les nombreux rubans de sa robe se balancèrent doucement.

« Hé, quelqu’un nous regarde. »

« Hmm, quoi ? Tu sais qu’il n’y aucun problème à faire ça. On vérifie juste que c’est bien installé. »

« Non, ben… euh, je veux dire, c’est… »

« Qu’est-ce que tu marmonne, bordel ? »

Dans la direction où elle regardait, il y avait un chercheur et un ingénieur effectuant les derniers ajustements sur l’installation; Quand ils jetèrent un œil à cette mignonne jeune fille qui les observait avec grand intérêt, les travailleurs se mirent à discuter.

« Si ma mémoire est exacte, elle est la disciple de messire Dunbalf, euh… »

« Ahh, ouais ! C’est la petite Mira ! »

« Hep hep, arrête. N’ajoute pas “petite“ à son nom. Tu es impoli, tu sais ? »

« Mais si tu la regardes, elle bien “la petite Mira“. Qu’est-ce que je pourrais utiliser d’autre avec son nom ? »

« … Que dis-tu de “mademoiselle Mira“ ? »

« Mademoiselle Mira… ouais, ça me va. »

Dit le chercheur avec un large sourire. L’ingénieur, qui avait eu exactement la même pensée, opina du chef. Alors, bien qu’ils discutaient de quelque chose de complétement trivial, ils commencèrent vraiment à travailler plus vite — être observer par Mira était suffisant pour les motiver.

« Les préparatifs sont terminés ! Nous sommes prêt à commencer l’expérience à tout moment. »

Annonça un des ingénieurs, le seul portant un casque rouge. Il était celui en charge de cet endroit mais aussi la personne qui avait conçu la principale partie du canon qui était testé aujourd’hui.

Jetant une fois plus un coup d’œil à l’énorme appareil ; Mira supposa qu’ils allaient commencer un test de tir. Cependant, à en juger par son apparence, ça ne semblait pas être un canon ordinaire. Ce genre de canon, capable de détruire tous les boucliers normaux, existait déjà quand c’était encore un jeu; c’était des armes communément utilisées par tous les pays, ces canons pouvaient être produits par les joueurs qui avait le compétence de forgeron. Mais ceux d’avant n’était pas aussi gros et n’avait pas besoin de ce nombre d’appareils de mesure et de jauges connectés à eux comme le canon dans ce laboratoire.

(Voyons, l’autre était petit mais avait beaucoup de puissance. Je ne peux même pas imaginer celle de cette grande version.)

Mira se prit le menton dans la main, attendant avec impatience l’issue de l’expérience. Devant les nombreux appareils reliés à l’arme, les chercheurs étaient à l’écoute. Pendant ce temps, les nobles étaient alignés près du mur, regardant attentivement le résultat de ce test.

« Commencez le test ! »

« Commencez l’expérience, maintenant ! »

En écho au bruyant signal de Salomon, l’ingénieur en chef répéta l’ordre à ses subordonnés qui activèrent aussitôt le moteur principal du canon. À l’intérieur de la pièce, le moteur commença à émettre un son aigu et, dans le même temps, les aiguilles des cadrans des appareils commencèrent à trembler. Pendant que les nobles retenaient leur souffle, Reynard et Joachim firent bouclier de leur corps devant Mira et ses amis, observant le canon avec attention au cas où quelque chose déraperait.

« Début de la première phase dans 5… 4… 3… »

Alors que le compte à rebours continuait, le rugissement du moteur devint de plus en plus fort, mélangé avec le son de décharge électrique de temps en temps.

« 2… 1… Point critique atteint ! »

« Feu ! »

Sur l’ordre du roi, l’ingénieur responsable poussa un levier. Immédiatement, dans un grondement de tonnerre, un éclair de lumière sortit du canon avec de grands arcs électrique encerclant tout le faisceau lumineux. Devant l’installation solitaire, préalablement préparée comme cible, un rideau de lumière se déploya mais quand le rayon destructeur l’atteint, la puissante vibration de l’impact fit trembler toute la salle; avec un peu de retard, le bruit d’une gigantesque explosion asourdi les oreilles de tous ceux présents.

Pendant un instant, quand tout le monde dans le laboratoire fut témoin de ce pouvoir destructeur, suffisant pour emporter la barrière de lumière et son générateur, ils furent sidérés, fasciné par la puissance de l’arme. Sa puissance était à un tout autre niveau de celle des canons du passé, la jeune fille ne pouvait rien faire d’autre que de regarder, les yeux écarquillés, ce nouveau modèle.

« Wouah, c’est vraiment d’un tout autre niveau. »

Luminaria posa alors ses mains sur les épaules de Mira et se pencha, si près de la fille abasourdie que leurs visages pouvaient presque se toucher.

« Durant les trente ans où tu es partie, nous avons développer toute une nouvelle gamme de technique d’artisanat. Ensuite, en utilisant l’ingénierie occulte, nous avons crée cette arme de pointe, le Canon à Résonnance. »

Dit la femme en montrant du bras le “Canon à Résonnance“ qui avait démontré sa puissance de feu plus que suffisante. Luminaria leva alors les yeux vers le canon avec satisfaction.

 

[1] Japanese Self-Defense Forces (JSDF) : Forces japonaises d’autodéfense (FJA), le Japon ne pouvant pas disposer d’une armée offensive depuis la 2nde Guerre Mondiale.

[2] Type 10 : Char d’assaut japonais fabriqué par Mitsubishi Heavy Industries pour les JSDF depuis 2010 et en service depuis janvier 2012.

<Précédent< >Suivant>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s