La Disciple du Sage

Chapitre 13

Traduction: Magycio


Une horde de monstres était apparu à l’intérieur du royaume. Ayant accompli sa mission de supprimer cette horde, Mira était retournée au château d’Arkite et avait rapidement rapporté ce qu’elle avait vu; après cela, la jeune fille s’était confortablement installé dans le canapé, à l’intérieur du bureau du roi.

« Hmm, j’aurai pu me relaxer tout autant dans la jeep si il n’y avait pas eu tous ces cahots. »

Encore une fois, durant son retour au château, elle avait été bringballée à l’intérieur de la jeep blindée, c’était donc avec soulagement qu’elle était là, sirotant avec dignité sa Pomme au Lait.

« Qui aurait cru qu’un Démon Inférieur aurait été impliqué dans cette affaire… donc, la horde entière a été tuée, mais il a tout de même accompli son but, c’est ça ? »

« Oui, pas de doute là-dessus. Il a rit de cette façon particulièrement ennuyeuse. »

En se souvenant du sourire effrayant qui avait barré le visage du démon dans ses derniers instants, Mira posa la bouteille qu’elle buvait sur le bureau, ne l’ayant pourtant seulement vidé qu’à moitié.

Le rire du Démon Inférieur. C’était quelque chose de bien connu parmi les joueurs de Ark Earth Online; c’était un son qui signalait que leur ennemi avait accompli sa mission. En d’autres mots, cela signifiait qu’il avait déjà achevé son objectif, quelque soit sa nature, avant d’être tué par le Chevalier Noir.

« Ça m’inquiète. Je suis habituellement occupé par tout un tas de choses et maintenant il y a un autre problème dont je dois m’occuper. »

Quand ils étaient encore dans un jeu, les évènements qui impliquaient un Démon Inférieur étaient toujours difficiles à faire, et la plupart laissaient un arrière goût désagréable même lorsque on les achevait à temps. Evidemment, Salomon avait aussi participé à ces évènements, c’était donc avec une expression pleine de dégoût qu’il finit le rapport.

« Donc, suis-je aussi un de tes problèmes ? »

Vu qu’elle était arrivée à Lac Lunatique non en tant que Dunblaf mais en tant que son “disciple“, Mira avait réagi au fait que son ami avait dit avoir plus de problèmes à sa charge.

« Oh non, bien sûr que non. Je t’en chargerai… ah, ce n’était il y a peu, mais tu te souviens de quand j’ai dit que nous ne pouvions pas annoncer tout de suite ta nomination au rang de Sage ? »

« Hmm, oui, quelque chose du genre. »

« Alors j’ai un plan. »

Après avoir mis le rapport achevé sur un coin du bureau, le roi avait croisé les mains à la manière du commandant d’un certain endroit[1] et s’était penché en avant pour prononcer ces mots.

« Ohoo… et c’est quoi ? »

En réaction, Mira jeta un regard acéré à Salomon et se redressa sur le canapé, mettant un doigt sur son menton en même temps. Dans le jeu, c’était une pose que les amis prenaient souvent quand ils allaient discuter sérieusement.

« Après que tu es achevée des exploits semblant plus que suffisants aux yeux de tous, je crois que te déclarer, toi, la disciple de Dunbalf, comme le successeur de son titre de “Sage“ irait parfaitement. »

Ce que le garçon voulait dire, c’était que la position de la jeune fille, en tant que la disciple de Dunbalf, donnait du prestige à son nom. En réalité, seulement une poignée de personnes croirait vraiment une petite fille qui apparaitrait soudainement et déclarerait être Dunbalf. Et même si tout le monde l’acceptait comme la vérité, ce changement drastique d’apparence détruirait inévitablement l’image majestueuse que le Sage avait, de sorte que le roi n’avait aucune idée des retombées négatives que ce problème pouvait avoir.

Par ailleurs, si Salomon donnait immédiatement le titre de “Sage“ à la disciple de Dunbalf, un autre problème surgirait. Cette position, le plus haut rang qu’un Expert pouvait atteindre, détenait suffisamment de pouvoir pour influencer directement la destinée du royaume; par conséquent, qu’importe le prestige que donnait le fait d’être le disciple du héros, promouvoir une jeune fille n’ayant accompli aucun exploit au rang de “Sage“ amènerait probablement l’opposition inutile des Experts qui œuvraient durement.

Cependant, qu’arriverait-il si Mira venait avec une liste de grandes contributions qu’elle avait faite au pays ?

« Ça marchera à coup sûr… c’est ce que je ne peux pas dire, mais je pense que ça mérite un essai. Ou plus précisément, je veux le faire. »

Bien qu’il y ait aussi l’option de laisser simplement Mira montrer ses vrais pouvoirs aux gens, Salomon l’avait rejeté. Les détails étaient majoritairement inconnus à la jeune fille mais la succession de Dunbalf était quelque chose qui tenait bien plus d’importance à Arkite qu’elle ne le croyait. Le roi croyait que, pour convaincre les pays voisins de la puissance de Mira, celle-ci avait besoin de preuves prouvant qu’elle était digne du titre de “Sage“.

« Bon, j’ai compris l’essentiel de la situation. Donc, qu’est-ce que tu veux me faire faire ? »

Quand Mira posa sa question, Salomon prit une profonde inspiration et croisa les bras. Ensuite, tout en ayant l’air mortellement sérieux, une expression quelque peu troublée apparut sur son visage.

« Dunbalf… non, dès maintenant, je vais t’appeler “Mira“. Je ne veux pas courir le risque que ta vraie identité fuite. »

« Très bien, vas-y. »

« Alors Mira, ce que je veux que tu fasses, c’est chercher les autres. »

« Les autres ? »

La jeune fille répéta les derniers mots de son ami tout en tenant son menton dans sa main. Elle n’avait aucune idée de qui ou quoi Salomon parlait; ou plutôt, elle ne compris pas ce qu’il disait pendant un moment mais après considéré leur conversation jusqu’à présent, Mira commença à penser à quelque chose. Après cette réalisation soudaine, elle fronça les sourcils et dévisagea Salomon avec une expression de pure colère.

« Est-ce que tu veux dire que, hormis Luminaria et moi, il y a d’autres membres originaux des Neuf Sage dans ce monde ? »

« Ouaip. Et je peux même dire que tu es la dernière à apparaître. »

« Qu’est-ce que… »

« Tu te souviens quand j’ai parlé de la Liste d’Amis quand tu es venue pour la première fois ici ? Refais un essai et vérifie. »

Exactement comme il lui avait appris, Mira fit fonctionner son bracelet. Après avoir activé le menu secret, elle ouvrit la Liste d’Amis et observa les noms qui y été alignés, chacun correspondant à un ami qu’elle avait eu dans le jeu. Bien entendu, le nom de Solomon et Luminaria était en lettres blanches. Ensuite, en parcourant le liste, la jeune fille trouva finalement les noms qu’elle cherchait, et c’est dans un état quasi-léthargique qu’elle les vit tous en lettres blanches.

« Hmmm… tout le monde est connecté. »

Mira avait vérifié le nom des sept personnes. En bref, ils étaient ceux qui, avec Dunbalf et Luminaria, formés les Neuf Sages.

« Exactement. »

« Donc, pourquoi ne sont-ils pas là ? »

Parce qu’il avait vérifié que le statut de Dunbalf était passé de déconnecté à connecté, Salomon avait pu réaliser que la jeune fille, qui s’appelait elle-même Mira“, était en réalité son bon vieux camarade. On pouvait supposer que si le statut d’une personne était connecté, cette personne était présente dans ce — maintenant réel — jeu. Néanmoins, dans le Royaume d’Arkite, patrie des Neuf Sages, Luminaria était la seule présente.

« Pas la moindre idée. C’est pour ça que je veux que tu les cherches et que tu enquêtes. »

« C’est plutôt mal parti. Où commencerais-je d’abord à les chercher au juste ? À part les tours, ils font partis du genre de personnes qui ne reste jamais au même endroit. »

« Eh bien, pour être franc, je crois que ça prendra un moment. Mais si possible, j’aimerai que tu trouves au moins la moitié d’entre eux avant la fin de l’année. »

Trouver la moitié avant la fin de l’année. Quel pourrait être le but de Salomon pour donner une telle limite de temps à cette tâche ? Sans le plus petite idée des raisons de son ami, Mira exprima ses inquiétudes.

« Tu veux que je fasse ça en à peine un an… c’est carrément travailler dans l’urgence que tu me demandes. Nous n’avons absolument aucune idée de leur localisation de sorte que les trouver est une tâche qu’une seule personne ne serait pas capable d’accomplir un — ou même en deux ans, tu ne crois pas ? »

Puisque leur relation était très vieille, Mira comprenait très bien ses camarades. Et précisément grâce à ça, elle savait qu’elle ne pourrait trouver aucun d’entre eux.

« Oui, je sais ça. Mais ça serait vraiment mauvais si nous ne trouvions au moins ces Sages d’ici là. Même ton arrivée ici, dans ce monde, tombait juste à temps. Je ne peux m’empêcher de penser que c’est un signe. »

Evidemment, le roi savait à quel point cette mission était difficile à accomplir. C’est pourquoi il voulait la confier à la personne la plus à même de la mener à terme.

Le visage du garçon, ayant l’air complétement exténué alors qu’il fronçait les sourcils, montrait qu’en lui quelque chose c’était éteint; à partir de l’expression et du ton de la voix de Salomon, Mira pouvait sentir que leur situation était désespérée.

« Donc ? Pourquoi devons-nous nous dépêcher à ce point ? Tu peux me dire la raison ? »

Quand elle posa la question à son ami, le roi récupéra sur une étagère un classeur rempli de documents et l’ouvrit sur le bureau juste en face du canapé. À l’intérieur de ce classeur, il y avait le rapport écrit d’une bataille vieille de dix ans. Mira se rappela alors, une réminiscence venant du fond de son esprit, de la conversation qu’elle avait eu avec Graia. Après une bataille précise, le nombre d’apparition de monstres avait augmenté.

« La Guerre Défensive des Trois Royaumes Divins… hein ? »

La fille jeta un regard sur les documents et, après avoir vu la couverture du classeur, la lu dans un murmure audible.

« Tu la connais ? »

« Oui. Je pense que c’était il y a une décennie. Graia a dit que, après cela, le taux des attaques des monstres avait augmenté drastiquement. »

Tout en regardant le classeur, elle se remémora l’histoire racontée par le chevalier.

« Tout à fait. Sans toi et les autres Sages, j’ai fini par devoir déployer un ordre de chevaliers pour s’occuper du problème; ça arrive si souvent que maintenant, le budget militaire crève le plafond. »

Alors qu’il expliquait la situation, Salomon s’assit à côté et prit la bouteille à demi vide de Pomme au Lait posé sur le bureau puis le porta à ses lèvres.

« Ce stupide goût sucré… Merde, ça ravigote vraiment. »

« Hmpf, le boire sans même me le demander… Je suis sûre que toi, en tant que roi, tu as un tas de trucs de premier rang à ta disposition. »

« Je suis pas un vrai roi, tu sais. Je n’ai jamais oublié ma passion pour la malbouffe. »

Avec cette réplique, le garçon tendit ses deux bras vers Mira, l’un rendant la bouteille vide et l’autre exigeant une seconde.

« Bon sang… donc la raison pour laquelle tu es si hâtif est dans ce sujet, c’est ça ? Après tout, c’est quelque chose qui s’est passé il y a longtemps. Ou est-ce que tu essayes de dire que tu veux juste alléger tes dépenses militaires et avoir les Sages — moi incluse — de retour pour t’aider une fois de plus avec la suppression des monstres ? »

Se débarrassant de la bouteille vide, elle sortit une autre Pomme au Lait et la tendis à Salomon.

« Ahh, c’est vrai… ça serait vraiment bienvenu que vous autres faites ça, mais il y a plus pressant. »

Après avoir répondu, le garçon prit une gorgée de sa boisson tout en tournant les pages du classeur, s’arrêtant à un certain endroit. 『Traité Pacifiste Restrictif』 était le terme pas lequel cette page était titrée.

« Hmmm, et c’est…? »

Mira lu le titre rapidement, détournant les yeux des petites lettres se déroulant dessous et, immédiatement, demanda une explication.

« Puisque tu n’étais pas là, bien sûr que tu ne le sais pas. La Guerre Défensive des Trois Royaumes Divins était quelque chose d’une toute autre envergure que n’importe quelle autre guerre où nous avons combattu. Peut-être que ce serait plus facile pour toi à comprendre si je te dis que les dirigeants des Trois Royaumes du Début, les rois Divins eux-mêmes, y ont pris part. »

« Qu’est-ce que tu… ces Rois Immuables ont agis ? »

Ce n’était pas si incroyable que Mira soit surprise. Les Trois Royaumes du Début étaient un groupe de nations auxquelles les joueurs avaient appartenus au moins une fois, à leur arrivée dans le jeu. Avant que les nouveaux pays commencent à être fondés, ces trois royaumes étaient déjà dans le jeu, servant de zone sûre pour les joueurs novices.

Quand le continent fit face à la frénésie d’apparition de pays, aucune de ces nations ne déclara la guerre à ce groupe de royaumes. Et si par miracle ils essayaient de le faire, aucun n’aurait la moindre chance contre les puissants PNJs qui y vivaient, des personnages si forts que même le top des joueurs pouvait facilement être anéanti par eux. Donc, si les trois rois de ces pays avaient pris part à la guerre, cela pouvait facilement faire comprendre l’envergure que cette guerre avait prise; Par ailleurs, les “Rois Immuables“ dont Mira avait parlé était un surnom qui leur avait été donné car ils ne bougeaient jamais.

« On l’appelle la “Guerre Défensive des Trois Royaumes Divins“ mais puisque les Trois Royaumes du Début luttaient en première ligne, c’était une guerre qui englobait le continent entier. Elle commença avec une nuée de démons qui vinrent du ciel. Bien que les attaques étaient centrées au début sur les Trois Royaumes, lorsque les renforts arrivèrent, les démons se dispersèrent à d’autres endroits. Ces démons fondirent ensuite sur les nations voisines, causant de grands dommages et résultant même de la destruction complète de plusieurs des plus petits pays. Ce bazar fut vraiment dur. »

Avec son visage déformé par la douleur alors qu’il parlait de ce désastre, Salomon montra qu’il était un roi qui avait le bien-être de son peuple à cœur. Dès qu’elle vit ce visage, la jeune fille ne put que répondre “C’est donc qu’il s’est passé…“ et même si elle ne pouvait pas comprendre complétement ce que ressentait son ami, en tant que sa proche amie, elle était inquiète pour Salomon.

« Eh bien, cette grande guerre est arrivée il y a 10 ans maintenant. Mais tu peux aisément imaginer qu’elle était la situation après-guerre, pas vrai ? »

« Tout le continent était occupé par la reconstruction. »

« Correct. C’est pourquoi, pour calmer le jeu et empêcher les nations d’en attaquer d’autres, nous avons ratifié le Traité Pacifiste Restrictif. Pour faire simple, ce traité déclare que, pour une période de dix ans, tout ce qui est lié à la guerre est interdit entre les pays. »

En d’autres termes, parce que les pays n’étaient pas en état de faire la guerre, pour un moment, ils s’étaient concentrés sur leur restructuration; par conséquent, personne ne pouvait prendre avantage de la situation en partant en guerre contre les nations affaiblies.

« Donc en gros, tu me dis que la période couverte par le traité est presque terminée ? »

À partir de ce qu’elle avait entendu jusqu’à maintenant, Mira supposait que la raison de la hâte de son ami était l’échéance. Après la fin prévue du traité, son efficacité serait caduque et, par conséquent, l’interdit sur les guerres serait levé. Donc, en prenant compte que la force militaire principale du Royaume d’Arkite, les Neuf Sages, avait été réduite à seulement une personne, les autres nations pourraient prendre avantage d’un telle brèche dans les défenses du royaume et attaquer. Avec ses terres fertiles et son avance inégalée dans le champ des compétences, si quiconque prenait possession d’Arkite et de son savoir, ceci apporterait surement de grands résultats au parti victorieux.

« Honnêtement, je n’exagère pas en disant que nous sommes protégés par le traité. De toute façon, nous n’avons aucun potentiel offensif qui ferait craindre aux autres nations de nous attaquer, mais au moins quelque chose qui pourrait nous protêger efficacement. C’est pourquoi je te le demande encore une fois. Mira, peux-tu trouver les autres pour moi ? »

Après avoir fermé le classeur, Mira marqua un arrêt pendant un moment et rendit son regard sincère à Salomon. Au fond d’elle-même, elle connaissait déjà sa réponse.

« Bien sûr, pourquoi pas ? J’accepte le job. »

Cette réponse, le roi la reçut avec un large sourire.

♦ ♦ ♦

« Bon alors, maintenant que nous avons fini de négocier, il reste la question de savoir où et comment tu vas les chercher mais… »

Ayant fini sa Pomme au Lait, Salomon garda la bouteille vide en main tout en poursuivant leur discussion avec un soupir. Le fait était que chaque membre des Neuf Sages était un vrai excentrique, chacun avec ses propres particularités.

« Ouais, en effet. Ces types ne sont pas du genre a être facilement trouvé. »

« Exactement. Notre problème, c’est les mauvaises habitudes que vous avez tous et elles sont juste trop fortes. »

Quand le roi affirma ceci, il bougea la main qui tenait la bouteille vide et fixa Mira à travers le verre, souriant amèrement en disant, “regarde ce qui est arrivé à l’un d’entre eux.“ Ses yeux, cependant, brillait c’une lueur joyeuse car, après trente ans, il pouvait de nouveau discuter avec son/sa meilleur/e ami/e.

Tout d’un coup, il y eut un grand bruit à l’extérieur du bureau. Immédiatement après, ignorant Reynard qui lui demandait de s’arrêter, une femme ouvrit la de la pièce avec une telle violence qu’on aurait pu croire qu’elle voulait la briser.

Cette personne, qui attirée à elle seule les regards de Mira et de Salomon, était vêtue d’une robe bleue et blanche, qui ne laissait rien ignoré de sa silhouette extrêmement séduisante; de plus, ne perdant en rien face à ce corps sculpturale, son visage était aussi magnifique avec ses traits délicats. En effet, cette femme était si belle qu’elle pouvait facilement capturer le cœur de quiconque poserait les yeux sur elle.

Prenant un instant pour réarranger sa longue chevelure d’un écarlate flamboyant avec une main, la belle lança un regard à Salomon de ses yeux à iris de feu, ignorant complétement le fait que ses mouvements faisaient rebondir sa généreuse poitrine. Finalement, le regard de la femme se porta sur l’autre personne présente dans le bureau, une jeune fille.

« Qu’est-ce qui te prend de faire soudain irruption ici ? Je pensais que votre rendez-vous était prévu pour plus tard. »

Sans la moindre trace de son comportement décontracté qu’il avait eu plutôt, Salomon parla d’une voix grave, son regard intense dirigé vers la belle femme qui venait juste d’arriver. Quand elle entendit ces mots, la femme referma d’un coup sec la porte; malheureusement pour Reynard, sa tête fut frappée, ce qui, vu son visage, lui causa une grande douleur alors qu’il titubait, des larmes poignant sous ses yeux. Tout en posant une main amicale sur l’épaule de son compagnon, Joachim essaya de le réconforter par ces paroles, “Peu importe ce que tu diras à cette femme, ce sera inutile, donc s’il te plait, ne fais pas attention à elle.“

« Quand j’ai ouïe dire qu’une fille se disant le disciple de Dunbalf, était ici, au château, je suis venu pour la voir. Mais hélas, je n’ai trouvé personne dans la salle d’apparat. Alors, j’ai alpagué une garde et il m’a dit que, je cite, “Tout le monde est allé dans le bureau“. Donc me voici. »

La belle se mit face à Salomon et s’expliqua, son visage était maintenant   illuminé par un grand sourire.

« Je vois… et bien peu importe. Après ça, j’avais prévu que tu l’as rencontre de toute manière. »

Après avoir répondu, le roi s’approcha de Mira.

« La fille qui est là est la soi-disant disciple de Dunbalf. Son nom est Mira. »

Après avoir été présenté, la petite fille ne fit même pas mine de se lever du canapé ni même d’accueillir la nouvelle venue. Elle regarda simplement la femme se tenant devant la porte et, ayant vu que la belle faisait de même, se redressa sur le canapé avec un sourire ironique.

« Ah, c’est donc elle. Par ailleurs, sire Salomon, est-ce suffisant d’utiliser ce genre de ton ? »

Ce que la femme voulait dire il était que la manière de parler de Salomon utilisé actuellement était celle quel est qu’il utilisait seulement quand il parlait avec des amis; il y avait plus une seule trace du ton précédent, celui qui convenait à un roi. C’était quelque chose qu’ils avaient convenu au préalable : lorsqu’ils n’étaient pas seules, Salomon et la femme étaient supposés avoir des manières appropriées.

« Oui, il n’y a pas de problèmes. Puisque elle est Dunbalf en personne, tu vois ? Donc tu peux parler normalement. Même après ces nombreuses années, je ne suis toujours pas habitué à ta nouvelle façon de parler. »

En disant ça, la garçon sourit.

« Qu… q-q-qu… »

« Oh, salut Luminaria, ça a fait un bail. Ou c’est que tu dois ressentir je suppose. Dans mon cas, ça fait à peine un jour. »

Se détendant de nouveau sur le canapé, Mira leva simplement une main pour saluer la femme.

Luminaria. C’était le nom d’une des Neuf Sages et aussi la seule dont la localisation était connue.

« Pigé. Dunbalf, hein ? Donc tu es enfin arrivée aussi… »

La femme observa ensuite Mira des pieds à la tête. Cette mignonne, adorable fillette en face d’elle était suffisante pour faire se souvenir clairement à Luminaria d’une vieille conversation qu’elle avait eue avec Dunbalf, à propos de leur préférence en matière de femme. Et Mira entrait parfaitement dans les caractéristiques que Dunbalf lui avait dites ce jour-là. Finalement, heureuse de revoir son amie depuis longtemps — mais aussi de se trouver devant une situation hilarante — Luminaria explosa de rire.

Traversant la porte et atteignant l’extérieur, les faibles éclats de rire firent que Reynard se couvrit les oreilles des mains tandis que lui et Joachim hochaient la tête de concert. À l’intérieur du château, il y avait des rumeurs qui disaient que, quelques fois, Luminaria pouvait agir comme une personne complètement différente. Et dans un sens, elles avaient complètement raison.

Quand le femme finit enfin ses convulsions de rire, elle jeta un autre regard sur Mira et, comme si elle essayait d’insinuer quelque chose, fit un large sourire.

« Donc tu as aussi enfin réalisé à quel point c’était incroyable. Avoir un corps de femme est génial, pas vrai ? As-tu déjà joué avec de tout ton soûl ? »

Les premiers mots qui étaient sortis de la bouche de Luminaria étaient des paroles graveleuses. Toutefois, même ceci ne changeait pas le fait que ses lèvres pulpeuses, formant maintenant un sourire après avoir formulé ces mots, étaient aussi une partie de son charme plein de sensualité.

« Ne me compare pas à toi. C’était quasiment un accident, je n’avais aucune intention que ceci m’arrive. »

« Bordel, c’est de l’excellent travail pour un accident, tu penses pas ? Je trouve ça un peu difficile à avaler… »

Après avoir ébouriffé les cheveux argentés de Mira un moment, la femme avait mis ses doigts dans le col de la robe de son amie et tiré dessus, jetant un œil à la poitrine de la jeune fille; même sous les vêtements, tout était parfait, ce qui avait fait que Luminaria avait exprimé ses doutes.

« …Uughh. Ça prendrait un moment si je devais de l’expliquer mais… »

Irritée, Mira écarta la main de la belle et expliqua rapidement les évènements qui l’avaient amené à cet état, en commençant par le message qui l’avait averti que sa solde virtuelle allait expirer bientôt.

♦ ♦ ♦

« Eh bien, j’ai acheté ma Trousse de Toilette à cause de ça aussi. Mais dans mon cas, je ne l’ai pas utilisé. »

Quand Salomon eut fini d’écouter l’histoire de son amie, il mentionna qu’il avait reçu le même message et, après avoir pensé que ce serait du gâchis de laisser son argent disparaître, il avait acheté la Trousse de Toilette.

« Pareil, mec. »

Afin de prouver ses dires, Luminaria ouvrit son Inventaire et en sortit le même objet, le tenant dans la paume de sa main. Alors, en regardant la boîte avec une expression amère, ce fut une Mira complètement boudeuse qui se jeta sur le canapé.

« Pourquoi suis-je la seule à ne pas l’avoiiiirrr ? »

« Car tu l’as utilisé, évidemment. »

Le cœur transpercé par les mots sans détour de Salomon, Mira ne put que grogner de désespoir et, en ressemblant à une enfant faisant une crise, s’affaler le visage dans le canapé.

She_Professed_Herself_the-007

« Mais hé, ça a bien fini, non ? Au moins, tu n’as pas essayé de copier un personnage nul de chez nous. Si je me souviens bien, tu as dit que ça, c’était ton idéal féminin, non ? ben, même si ce n’est pas ton idéal ou si tu n’avais aucun attachement à cette apparence du tout, ton état actuelle est en lui-même quelque chose à célébrer. Pour moi, c’est comme si j’avais touché le jackpot quand ce monde est devenu réel, cet endroit est juste le meilleur truc qui m’est arrivé. J’ai passé la totalité de ma première journée ici à jouer à donf avec mon corps. »

Un sourire vraiment rafraîchissant s’épanouit sur le magnifique visage de Luminaria. Assurément, la plupart des hommes, mais uniquement s’ils ne connaissaient pas la personne réelle derrière cette expression charmeuse. Et malheureusement, les deux autres présents connaissaient bien sa vraie identité.

Tout en jetant un regard glacial à son amie, son comportement et son apparence étaient restés inchangé même après tout ce temps passé, une question particulière vint à l’esprit de la jeune fille.

« D’ailleurs, J’y ai pensé d’un coup, mais… Salomon a passé trente ans ici et Luminaria vingt, c’est ça ? C’est beaucoup de temps, donc pourquoi vous ne semblez pas avoir vieilli d’une seule année ? »

Puisque Mira avait à peine passé un jour dans ce monde, elle ne pouvait pas sentir que quelque chose clochait ici; ce qui était déconcertant, néanmoins, c’était que ses amis n’avaient pas pris une seule ride après avoir passé une quantité de temps considérable dans cette nouvelle réalité. Même si elle ignorait le cas de Luminaria, il était impossible de faire de même pour Salomon. Il n’était pas possible pour un humain dans la trentaine d’avoir toujours les traits d’un jeune garçon.

« Oh, c’est vrai, c’est devenu tellement naturel pour nous que nous avons oublié d’en parler. »

« Oui, c’est la raison pour laquelle j’ai dit que ce monde est le meilleur truc ayant jamais existé. »

Afin de s’installer et de se concentrer sur la discussion, Salomon essaya de trouver le fauteuil à roulettes de son bureau et de le rapprocher du canapé, mais apparemment, Luminaria pensait “premier arrivé, premier servis“ et s’était assise rapidement sur ce fauteuil. La femme croisa alors ses jambes fascinament longues et élancées, avec l’intention très claire de frimer avec.

« Pour faire court, il semble que nous, les ex-joueurs, sommes un peu différents des personnes ordinaires, ou les ex-PNJs. »

le garçon continua la conversation tout en ayant donné un petit coup du doigt sur la tête de son amie pour son audace d’avoir pris son siège.

« Différent des gens ordinaires, tu dis…? »

« Oui. Déjà, je parle de la compétence “Examiner“. As-tu déjà essayé de m’examiner, moi et Luminaria ? »

Quand le roi lui demanda ça, Mira se souvint que durant son audience avec lui, elle avait essayé d’examiner le garçon, mais aucunes informations ne s’étaient affichées. Donc cette fois, la fille tenta d’examiner Luminaria, qui se tortillait d’une manière vraiment désagréable à regarder. Cependant, aucune donnée n’apparut dans son champ de vision.

« Rien n’apparaît, pour tout les deux. Et pourtant, ça marchait pour Suleiman et Graia… »

Après avoir entendu la réponse de Mira, Salomon partit d’un rire jovial et s’assit près du pied de la fille vautrée dans le canapé.

« D’une certaine manière, on dirait que nous ne pouvons pas examiner les ex-joueurs. C’est la première différence. Oh, au fait, quand je t’ai vu pour la première fois, j’ai essayé la fonction “examiner“, mais puisque elle n’a rien montré, je pouvais déduire que tu étais une ex-joueuse. Ensuite, il y a aussi le fait que le nom de Dunbalf ait changé en “connecté“ et, dans le même temps, une certaine personne se proclamant son disciple apparut — ou une loli dont l’apparence seyait parfaitement à ses goûts. C’était une preuve suffisante pour, non seulement moi, mais aussi pour n’importe qui. »

« En d’autres termes, ça peut-être utilisé comme matière pour les prises de décision. »

Conclut Mira avec un sourire amère.

« En effet. Nous ne pouvons pas être complètement sûr que les personnes que tu vas chercher n’auront pas changé d’apparence, pas vrai ? Au moins, avec ça, tu seras capable de savoir si quelqu’un est un ex-joueur ou non. »

Dit le garçon en ajustant l’ourlet en bas de la robe de son amie, recouvrant sa jambe avec; cette partie de la pseudo-jupe de ses vêtements était dans une position dangereuse, au point que même sa culotte longue aurait été exposée.

« De toute façon, vu ce que ces gars sont, nous devons être capable de les identifier sans même nous baser sur leurs apparences. »

« Tu as raison. Par exemple, si Luminaria s’était changée en quelqu’un d’autre, je suis presque sûre que je l’aurais quand même reconnu. »

« Exactement. Il n’y pas beaucoup de perverses comme elle. »

Ils regardèrent Luminaria, qui était en extase devant ses propres jambes, et tentèrent de résister à une envie irrépressible de rire. Bien que la femme leur ait lancé un rapide coup d’œil en s’entendant traiter de perverse, elle changea complétement d’expression tout d’un coup, comme si elle était sous le coup d’une illumination.

« Hé, en d’autres mots… si nous en sommes déjà au point où nous pouvons nous reconnaître sans regarder à quoi l’autre ressemble, alors nous sommes vraiment de bons potes ! »

Luminaria, qui avait donné une réponse étonnamment positive, se leva d’un bond et, presque comme une catcheuse professionnelle, plongea vers le canapé. Avec des mouvements vifs, Salomon réussit à s’échapper à temps, mais Mira ne fut pas si chanceuse; la jeune fille était vautrée sur la canapé, se sentant complètement vidée, de sorte qu’elle ne put rien faire face à l’attaque soudaine de son amie. Un instant plus tard, assistée par la gravité, la femme étreignait sans merci Mira.

« Ohh, mon amie~ ! »

« Hé ! Lâches ça, Crétinaria[1] ! …Où est-ce que tu crois me toucher, bon sang ?! »

Changeant de cible, les mains de Luminaria palpèrent le corps entier de Mira, comme si elles cherchaient les moindres coins et recoins.

« C’est agréable, n’est-ce pas ? C’est booon… OOF ! »

Tout en faisant une scène digne d’un drama[2] cliché, Luminaria, agissant comme un gouverneur maléfique, posa ses mains sur la jeune fille, tentant de la violer. Cependant, ce fut rapidement interrompu par un bruit sourd d’explosion, suivi immédiatement par le grognement de la femme comme si l’air était expulsé de force de ses poumons; Luminaria flotta dans les airs un instant puis, après être rentrée en collision avec le plafond, s’écrasa sur le sol.

Toujours couchée sur le canapé avec le visage levé, Mira avait la main droite tendue vers le plafond. À bout portant, elle avait lancé une compétence de sa seconde classe, l’Expert Xian, contre l’agresseuse.

« Le harcèlement sexuel est plutôt risqué, hein. »

Complètement indifférent à ce qui s’était passé, Salomon critiqua Luminaria. La femme se remit alors lentement sur ses pieds et leva fièrement son pouce, répondant “Mais je peux prendre ce risque.“ Quant à la fille, elle se leva du canapé en tapotant sa robe froissée et, complètement réveillée maintenant, regarda son amie perverse en disant, “La prochaine fois que tu fais ça, je l’utiliserai avec mes Yeux Mystiques,“ comme un ultimatum.

Avec la claire intention de continuer le combat, les mains de Luminaria étaient déjà prêtes à peloter plus en profondeur le corps de Mira, mais quand elle entendit l’avertissement de la fille, la femme s’arrêta dans sa course, les deux mains errant après avoir perdu leur but. Ensuite, Elle commença à ramasser les papiers qui étaient éparpillés sur le sol.

« Maintenant, c’est quelque chose digne de louange. »

« Nan, arrêtes, j’aime juste que les choses soient bien rangées. »

« Oh, vraiment ? Alors, pendant que tu y es, occupes-toi de ceux-là aussi. »

Profitant de la situation, Salomon montra un bureau croulant sous encore plus de papiers. Silencieusement, Luminaria acquiesça.

 

[1] バカナ ア — “Bakanaria“, une fusion de Luminaria avec “Baka“ (idiot(e)/crétin(e))

[2] “Yoi de wa nai ka~ Yoi de wa nai ka” (lit : “n’est-ce pas bon n’est-ce pas bon~“) : des phrases habituellement utilisé dans les œuvres japonaises par les “politiciens maléfiques de la période Edo“ quand ils posent les mains sur une jeune fille sans défense et essayent de la violer.

<Précédent< >Suivant>

Publicités