La Disciple du Sage

Chapitre 11


Traduction: Magycio


Situé au cinquième étage du palais, le bureau du roi avait le privilège de surplomber le lac de la ville. Et c’était dans cet endroit spécial que Salomon et Mira se tenait complètement seul. Attendant des ordres supplémentaires, les loyaux serviteurs du roi, Reynard, le Chevalier, et Joachim, l’Expert, étaient restés dans le corridor devant le bureau.

Les murs du bureau du roi disparaissaient sous les étagères, chacune croulant sous des livres à propos de techniques et l’histoire de lieux situés au quatre coins du monde. Juste sous lesdits étagères, le roi était assis sur un fauteuil de cuir, son dos pressé contre le dossier. De l’autre côté, Mira observait avec désinvolture la pièce en s’asseyant sur le bord d’un canapé, toute sa surface disparaissant presque sous les piles de documents officiels.

« Bon, cette endroit est un véritable souk, tu sais ? »

« Arrête, je suis tellement enseveli par la paperasse que je ne peux pas trouver un moment pour ranger la salle. »

Alors qu’il s’adressait à une jeune fille, le ton de Salomon était très décontracté, ce qui était impensable venant de quelqu’un étant le roi du pays. Ceci, cependant, n’était pas un problème puisque Mira avait déjà oublié leurs positions respectives qu’ils tenaient dans le royaume.

« Humm, en effet. »

Après cette réponse, ils se redressèrent et échangèrent un regard.

« Avant tout, je peux en venir directement au sujet et te demander quelque chose ? »

Salomon se regardait intensément sur Mira en dressant l’index.

« Très bien, quelle est la question? »

Afin de se mettre plus à l’aise, la jeune fille avait pris plusieurs des documents sur le canapé, et les avait placés indifféremment à ses pieds. Pendant ce temps, elle avait juste donné une réponse affirmative au roi, sans vraiment lui porter attention.

« Es-tu… Dunbalf ? »

Ces mots furent suffisants pour la ramener à elle, et Mira se retourna, surprise, vers Salomon, tous les papiers qu’elle tenait un moment plus tôt éparpillé sur le plancher. La raison pour laquelle la jeune fille était à ce point interloquée était simplement car elle était alors perdue au milieu de ses pensées, essayant de trouver une façon plus ou moins inoffensive, si possible, pour expliquer sa situation. Elle voulait garder un minimum d’honneur, ou pour être plus précis, en le fait qu’on la considérerait toujours comme un être humain.

Néanmoins, même dans ses rêves les plus fous, Mira n’aurait jamais imaginé que ce serait le roi lui-même qui commencerait la discussion par ce sujet ô combien délicat. En outre, sa question n’était pas quelque chose ayant pour but de collecter des informations de bases sur elle, mais bien une question pour confirmer ses soupçons; le sourire qu’arborait Salomon montrait déjà à quel point il était sûr de ce fait et il n’y avait aucune trace de son humour tordu, lui faisant jouer des tours aux autres, dans son expression. Finalement, après avoir considéré les sentiments qu’il affichait, Mira pouvait confirmer que, sans l’ombre d’un doute possible, le garçon en face d’elle n’était personne d’autre que son ami Salomon, la personne avec qui elle avait travailler si dur pendant la période du jeu.

Au moins, tant bien que mal, les choses seraient plus rapides et elle n’aurait pas besoin d’inventer plus de mensonges. En mettant de côté sa fierté pour le moment, la fille décida que la première qu’elle devait obtenir était une bonne compréhension de la situation actuelle. Sans s’inquiéter donc des liasses de documents qu’elle avait lâché, Mira s’assit une fois de plus lourdement dans le canapé .

« En effet, bravo. »

Devant la réponse courte et affirmative de Mira, Salomon sourit de toutes ses dents.

« Eh ben mon vieux, tu parles d’un changement ! »

La main plaqué sur la bouche et riant comme un fou, le roi jetait sans arrêt des coups d’œil à Mira; à chaque fois qu’il entrevoyait son visage, il perdait complétement de son sérieux et explosait de rire.

« Ouais ouais c’est bon, un tas de trucs s’est passé à cause de ça, tu sais ? »

La fille regarda Salomon qui était en larmes, une lueur acerbe et mécontente dans le regard.

« Mais ce genre de changement… c’est comme le jour et la nuit. Bon, d’une certaine manière, c’est tout à fait à toi. Ce corps de loli, je veux dire. »

« Oh, lâche moi. »

Il retint son hilarité en déshabillant entièrement Mira du regard et donna son approbation en levant le pouce. Néanmoins, cela ne fit que la faire détourner la tête et faire la moue, de toute évidence fâchée. Cette scène entière était si ridicule que, au premier regard, personne n’aurait pu imaginer que les acteurs n’étaient autre l’Expert le plus gradé du royaume et ni plus ni moins que la monarque de ce même pays.

« Quand même, je peux te demander quelque chose aussi ? C’est quoi ce monde à la fin ? »

Mira commença par la question la plus simple et la plus directe qu’elle avait.

Salomon s’arrêta rapidement de rire et, tout en se redressant dans son fauteuil, organisa les informations qu’il avait en tête pour finir par sortir une réponse qui tenait en quatre mots.

« Je ne sais pas. »

« Comment est-ce possible ? Même après trente ans, tu ne sais rien du tout ? »

Elle avait légèrement écarquillé les yeux quand elle avait entendu les mots du roi.

« Oh si, c’est vrai. À proprement parler, nous ne sommes pas dans un jeu. Le monde où nous sommes est réel, mais… cette planète est-elle quelque part dans le même univers que notre Terre, l’endroit où nous sommes nées ? Ou est-ce que nous vivons maintenant dans un monde d’un autre genre d’univers qui suit des lois complétement différentes ? Est-ce que si ce n’était aucun de ces deux cas et que nous sommes actuellement dans une dimension composée de principes qui sont au-delà de notre compréhension ? Je ne peux toujours pas répondre à ces questions, donc tout ce que je peux dire pour l’instant c’est “je ne sais pas“. »

« Je comprends maintenant… mais quand même, nous sommes vraiment dans un vrai monde, hein ? »

« C’est le plus probable. Quel genre de foutu rêve serait capable de faire sentir à quelqu’un le passage de trente années ? »

Salomon haussa les épaules en contemplant une partie des étagères, remplis de données sur les événements s’étant passés durant les trois décennies depuis que le jeu était devenu réalité; “J’ai vraiment fait de mon mieux“ s’auto-congratula-t-il après avoir regardé le pur amas d’informations entreposé là.

« Eh bien, dans mon cas, ça serait toujours suffisant pour moi d’y penser comme un rêve…»

« D’accord, c’est bien parce que tu est là depuis seulement un jour, mais, dommage ! C’est bel et bien réel. »

Être là depuis un jour. En un sens, ces mots rappelèrent à Mira une question cruciale qui la taraudait.

« Par ailleurs, Salomon. Comment as-tu su que j’étais Dunbalf ? »

Elle ne se rappelait pas d’avoir donné des indices qui auraient pu révéler son identité. À la limite, la Maître-Clé aurait pu mener à cette conclusion mais l’excuse qu’elle avait inventer, que son maître lui avait donné cet objet, n’était pas quelque chose qui pouvait être écarté facilement. En fait, Litalia et Marianna avaient été convaincus après avoir vu cette clé. Toutefois, qui aurait pu imaginer qu’une personne portée disparue pendant trente ans se tiendrait soudainement là ? Ce garçon, néanmoins, avait donné la bonne réponse en juste un instant. Il devait y avoir une raison pour ça et Mira voulait l’entendre.

« Hmmm, ouais. Ça prendrait trop de temps de rentrer dans les détails donc je vais être bref. J’ai reçu un rapport de mes Chevaliers Magiques annonçant qu’ils avaient rencontré une jeune fille prénommée Mira. Il était aussi décrit que cette-dite fille était une Experte en Invocation qui contrôlait un incroyablement puissant Chevalier Noir. Et juste après ce rapport, j’ai entendu dire qu’une certaine fille, aussi nommé Mira, était apparue dans une des Tours Unies Argentées et proclamait être la disciple de Dunbalf. »

« Et donc, c’est seulement avec ça que tu en es arrivé à cette supposition ? »

« Oh non, j’ai reçu le rapport la nuit dernière immédiatement après avoir vérifié la Liste d’Amis. Depuis trente ans, ton statut était déconnecté mais, dès ce jour, il changea en connecté. »

« Attends, tu as bien dit “la Liste d’Amis“ ? »

Bien sûr, ce n’était pas quelque chose d’étranger à Mira; tout simplement, cela permettait d’enregistrer des personnes comme amis et de vérifier s’ils étaient connectés ou non. Ce qu’elle voulait vraiment savoir, c’était comment Salomon avait trouvé cette chose dans le menu. Si il y avait un bouton pour ouvrir la liste, elle l’aurait peut-être utilisé, mais c’était exactement pourquoi Mira ne l’avait envisagé. Quand la jeune fille était toujours dans un jeu, la Liste d’Amis était accessible à travers un bouton dans le menu, mais cette option avait maintenant disparu de l’écran. Mais alors, comment son ami avait-il fait pour vérifier sur cette Liste d’Amis qu’elle était connectée ?

« L’option dans le Menu est partie, donc comment est-ce même possible que tu puisses ouvrir la liste ? »

« Ah mec, c’est vrai. J’oubliais que tu débarques dans ce monde, donc tu ne dois encore que connaître les méthodes du jeu pour faire ce truc, hein ? »

Quant il finit de parler, Salomon mit ses doigts dans la position habituelle pour ouvrir le Menu, sur le bracelet à son bras gauche, et les garda dessus. Après un court moment, un écran que seul le garçon pouvait voir fut projeté devant lui, son apparence différait de celle du Menu normal.

« Maintenant, essayes d’imiter ce que je viens de faire. »

Mira fit exactement ce qu’elle l’avait vu faire et appuya en continu sur le Menu. Une seconde plus tard, un écran complétement nouveau apparu et, dessus, elle put voir les options dans la liste.

« Ohoho… regarde ça… »

De haut en bas, les sujets listés dans le menu étaient : 『Liste d’Amis』, 『Carte』 et 『Protection Divine』.

« Il y a une option que je n’avais jamais vu avant… »

Murmura la fille, surprise, et essaya de sélectionner l’option “Carte“ qui flottait en l’air. Bien que l’écran entier s’effaça, il n’y avait pas d’autres changements.

« Hé, Salomon. Qu’est-ce qui se passe avec cette “Carte“ dans le menu ? Je ne me souviens pas que ça existait avant… »

Comme elle n’avait pas elle-même compris même après avoir testé, elle questionna rapidement son ami. Alors, en fermant son terminal, Salomon regarda la jeune fille.

« C’est une nouvelle option qui a été ajoutée. Si tu laisses une carte dans la partie des objets spéciaux dans ton Inventaire, tu pourras y accéder facilement à l’aide de l’option “Carte“. Plutôt pratique, non ? »

« Ohh, donc c’est à ça que ça sert. Ouais, c’est pratique, en effet. »

Une fois que Mira eut entendu l’explication du roi, elle comprit instantanément à quel point cette option était utile. De base, la fonction “Carte“ était essentielle pour un jeu qui se vantait de son monde très étendu; cependant, Ark Earth Online ne disposait pas d’un tel trait. À la place, c’étaient des schémas grossiers vendus aux Trois Royaumes du Début, mais même les prix de vente étaient à un niveau où les débutants, ceux qui avaient le plus besoin de carte, ne pouvaient se l’offrir.

Bien que plus tard, les joueurs créèrent des versions plus détaillées de ce type d’objet, ils avaient toujours besoin de sortir et de dérouler une carte différente pour chaque région s’ils voulaient s’assurer d’une certaine localisation. Bien sûr, ces cartes n’avaient pas de marques sur elles, et encore un point qui montrait la position actuelle du joueur.

« Pas vrai ? Si tu as une carte sur toi, pourquoi ne pas la mettre dans la partie des objets spéciaux maintenant ? »

Sur cette suggestion de Salomon, Mira ouvrit immédiatement son Inventaire mais elle n’y trouva aucune carte.

« Ahh, maintenant je me souviens. J’ai laissé toutes mes cartes sur l’île volant. »

« Oh là là. Maintenant, c’est un vrai désastre que tu as là. »

L’île volante qu’elle avait mentionnée était l’objet à 2000¥ du la Boutique, le Continent Flottant. Quand son Inventaire était devenu incroyablement encombré, elle avait fini par entreposer toutes ses cartes dans une maison en bois sur sa masse portative de terrain. Dans la plupart des cas, quand Mira voulait aller quelque part (un donjon, labyrinthe ou un terrain par exemple), elle utilisait le Continent Flottant et vérifiait sur la carte correspondante pour aller à l’endroit approprié. Mais à cet instant, cette manière commode de voyager se retourner contre elle.

Alors, à cet instant, elle se souvint de quelque chose.

« Maintenant que j’y pense, je ne trouve pas le menu de Gestion de la Boutique… »

Alors que le jeune fille exprimait son inquiétude, bien que le visage de Salomon était barré d’un sourire entendu, sa voix se para d’un ton bien différent et sérieux quant il continua pour répondre.

« Apparemment, cette option a simplement disparu, avec la “Messagerie“ et l’“Arrêt“ pour se déconnecter. »

La Gestion de la Boutique était, comme son nom l’indiquait, un menu qui s’occuper de tous les objets de la Boutique; évidemment, c’était là qu’on pouvait sélectionner et utiliser le Continent Flottant. Puisque l’option avait disparu, cela voulait dire que l’accès à l’île volante était aussi parti.

« C’est… pas vrai… »

« Ouais, au début, j’étais vraiment bouleversé. Toutes les épées saintes que j’avais laissées sur mon île volante… ahh, même encore à présent, je n’ai qu’à fermer les yeux pour les voir, clairs comme le jour… »

Après cela, sous l’agréable lumière générée par la lampe dans le bureau, les deux personnes passèrent quelques instants le regard perdu dans le vague, se rappelant des nombreux objets qu’ils avaient perdus. À l’intérieur de la pièce, les ombres projetées sur les murs se balançaient sans espoir de fuite, comme un reflet de l’état d’esprit où étaient plongés les deux amis.

♦ ♦ ♦

« Quoi qu’il en soit, après avoir entendu parlé de moi, tu t’es déplacé et tu m’as envoyé une missive urgente pour une audience, c’est ça ? »

Malgré le fait que la plaie que le choc venait de lui infligé était encore béante, Mira se força à reprendre contenance.

« Exactement. Le timing était trop parfait, tu vois ? Et même si ton apparence avait changé, je pouvais supposé que c’était à cause de la Trousse de Toilette. Quelque chose comme ça n’était impossible. »

À l’instar de Mira, Salomon avait aussi, une fois de plus, refermé les cicatrices de son passé et regardé vers l’avenir.

« Si j’avais su que ça arriverait, je ne l’aurais jamais fait en premier lieu… »

« Tu étais si obsédée par ton apparence au point que tu avais crée une collection hallucinante de captures d’écran avec ton avatar prenant des poses cools. C’est pourquoi je pensais que tu aimais absolument cette image de vieillard… mais pourquoi finir par la changer ? »

« Hmm, bien… c’est une longue histoire… »

Elle continua ensuite et parla de comment elle avait reçu un message l’informant que sa solde monétaire du jeu allait expirer bientôt, ce qui résultat de son achat du seul objet à 500¥ présent dans la boutique. Ensuite, tout en omettant le fait qu’elle avait passé une nuit blanche après avoir décidé de créer son idéal féminin, Mira expliqua qu’elle avait juste voulu vérifier, par curiosité, les parties qui pouvaient être sélectionnés avec la Trousse de Toilette.

« Et ensuite tu es devenue comme ça, hein. »

Salomon compatit un peu avec la jeune fille, c’était, en effet, une sacrée malchance qui était tombée sur elle.

« Yep. Je ne me souviens même pas d’avoir appuyer sur le bouton “confirmer“, seulement que je me suis endormie en regardant l’écran. »

« Vraiment… ? C’est assez étrange pour quelqu’un comme toi de piquer un somme comme ça. Tu étais probablement immergée dans la création du personnage. »

« Quand je l’ai remarqué, j’avais déjà passé toute la nuit dessus. »

C’était trop tard, mais Mira réalisa que sa langue l’avait trahi de manière éclatante. De plus, cet ami de longue date avait déjà commencé à soupçonner que quelque chose manquait dans son histoire. Pour prouver son hypothèse, Salomon lança négligemment.

« Tu t’es vraiment surpassée pour cette “Mira chérie“… »

« … C’est ma plus grande réussite… »

« Ouaip, ouaip ! Dis-le encore ! Ce corps de loli te va vraiment ! »

Le roi ressemblait à un enfant qui avait la preuve qu’il avait raison, mais cette apparence était facilement contredite par sa bouche tordue en un sourire malveillant. Par le passé, ils avaient tout deux l’habitude de parler toute la nuit des personnages et idoles qu’ils aimaient; il en a résulté qu’ils comprenaient facilement les préférences de l’autre. À cause de ça, Salomon pouvait percer à jour l’excessive honnêteté de la figure de Mira.

Toutefois, différemment des exemples qu’elle avait donnés avant, qui révélés des indices sur ses préférences, le corps actuel de la fille était, de la tête aux pieds, un aveu flagrant de ses vrais goûts.

Alors, ayant remarqué qu’elle était maintenant l’incarnation vivante de ses penchants, Mira se laissa tombé dans le canapé, vidée.

« Salomon… tu as une Trousse de Toilette ? »

Sonnant presque comme une excuse, elle posa cette question à son ami.

« Oui, j’en ai un. Là, regarde. »

Devançant les attentes de son amie, Salomon sortit de son Inventaire une boite noire de style japonaise. Indubitablement, c’était une 『Trousse de Toilette』, sa surface laquée brillante aisément reconnaissable de loin.

Pendant un instant, Mira fixa cette boite, complétement abasourdie. Mais soudainement, elle se leva d’un bond et sauta sur le roi.

« DONNE MOI ÇA !! »

« W-Whouaaa ! »

Quand Salomon fut atteint par le projectile qu’était devenu le corps de la jeune fille, la fauteuil tomba en arrière… avec eux dedans. En plus, certains objets sur le bureau furent agrippés par les rubans des vêtements de Mira et tombèrent par terre avec fracas.

« Sire Salomon ! Que-ce passe-t-il ?! »

Réagissant sur le champ à cette énorme vacarme, la porte s’ouvrit à la volée devant Reynard et celui-ci resta sans voix devant le spectacle devant ses yeux; c’était une scène qui surpassait aisément tout ce qu’il avait imaginé.

Il y avait deux personnes étreintes ensemble. Mira était tombée sur Salomon et le chevaucher maintenant, Salomon levait une main tenant la Trousse de Toilette pour tenir l’objet hors de portée des deux mains tendues de la jeune fille. Au premier coup d’œil, on aurait dit qu’elle avait attaqué le garçon, mais le plus gros problème était la position actuelle de Salomon. La main qu’il utilisait pour repousser Mira pressait de manière magnifique un petit monticule doux sur sa poitrine. Et si ça ne suffisait pas, sa jambe s’était retrouvée dans une position qui la faisait relever l’ourlet de la jupette de la jeune fille, dévoilant le bas de son corps.

« Oh, pas d’inquiétudes. Il n’y aucuns problèmes. »

Salomon feignit la sérénité en voyant le chevalier, mais qu’importe la façon dont on regarder, il y avait effectivement un problème, et un énorme qui plus est.

« Je vois clair maintenant, impudente ! Tu as finalement montré ta vraie nature ! »

Comme d’habitude, Reynard réagit à chaud. Arrivant un peu plus tard, mais avec la tâche importante de canaliser la colère du chevalier, Joachim passa la tête par la porte pour jeter un coup d’œil à l’intérieur du bureau.

« Bon sang, Reynard… Calme-toi et observe. Regarde, ça ne va pas ? à première vue, il semblerait que mademoiselle Mira ait fait tomber Sa Majesté, mais je te demanderais de bien vouloir prêter attention à la position de la main de sire Salomon. Peux-tu voir avec quelle force notre roi le compresse ? »

Suivant a suggestion de Joachim, Reynard le confirma de ses propres yeux et ses sourcils se soulevèrent d’angoisse.

« Hmm, en effet… mais même ainsi… ngh ! »

D’une main, l’Expert arrêta son compagnon qui allait objecter quelque chose, et présenta son raisonnement.

« En bref, voici ce qui est arrivé : alors qu’ils passaient un agréable moment dans le fauteuil pour faire plus ample connaissance, ils perdirent soudainement l’équilibre et finirent dans cette position. Et… oh oui, c’est vrai ! Je croyais simplement que sire Salomon n’était pas intéressé par les femmes, mais s’était en entendant de trouver quelqu’un qui dispose des charmes auquel les goûts de Sa Majesté le prédisposent. J’ai finalement compris ! Le futur du Royaume d’Arkite est maintenant assuré ! »

Apparemment appréciant le spectacle, comme le démontrait son sourire, Joachim se fit blâmer par Reynard.

« Il y a un problème, cependant. Les autres aimeront-ils cette fille ? »

« Elle est la disciple de messire Dunbalf. Ce n’est pas le plus grand titre que quelqu’un pourrait avoir ? »

Leur situation étant arbitrairement décidé par les autres, Mira et Salomon réalisèrent enfin la situation dans laquelle ils étaient empêtrés. La jeune fille chevauchait le garçon avec leurs visages proche l’un de l’autre; en même temps, le garçon sentait une douce et extrêmement agréable sensation dans sa main. Et, mélangé avec le comportement de Joachim et de Reynard, ils déduisirent la conclusion qu’on pouvait faire de la scène. Finalement, au même moment, les deux amis se regardèrent dans les yeux et, comme s’ils s’étaient un coup de pied réciproque, s’éloignèrent d’un coup, creusant une distance considérable entre leurs deux corps.

« Hé, attendez un seconde ! Vous faites une grosse erreur !! »

« Oui, elle a raison. Quand Mira est tombée, j’ai été emporté dans sa chute, il n’y a rien d’autre derrière ça. »

Très vite, ils tentèrent une explication en corrigeant ce que Joachim avait dit. Cependant, face au spectacle dont avaient été témoins les assistants du roi, les mots ne valaient rien.

« Ah, sire Salomon. Juste au cas où, je vais laisser Sa Majesté décider de comment se conduire lorsque nous partirons. »

« Pour l’avenir du Royaume… pour un héritier… »

Tandis que Joachim digressait et que Reynard rêvait au futur, ils quittèrent calmement le bureau et fermèrent doucement la porte.

« Je vais tenir une réunion d’urgence plus tard… »

« Je me sens vraiment mal pour toi. »

« Ne va pas penser que ça ne te concerne pas. »

« Si je redeviens comme avant avec la Trousse de Toilette, ça serait mieux, non ? »

Au lieu de perdre du temps à chercher à résoudre ce malentendu, il serait plus rapide de juste faire revenir Dunbalf. C’était ce que suggérée Mira en pointant du doigt l’objet dans la main de Salomon.

« Ahh, c’est impossible. As-tu oublié que c’était un objet de la boutique ? »

« Bien sûr que non. Je suis consciente que puisque nous n’avons plus accès à la boutique désormais, cette objet est vraiment inestimable. Si tu me laisses l’utiliser, je te promets de travailler de toutes mes forces pour te rembourser ma dette. Donc donne-le moi. »

Exactement comme un chaton bondissant sur sa proie, la jeune fille atteignit la main du roi.

« Je parles des règles de ce genre d’objet. Tu ne peux pas le donner ou le vendre aux autres. »

Alors qu’il rappelait à Mira cette règle, Salomon lui tendit la Trousse de Toilette.

« Oh allez, regarde. Je peux juste le prendre comme… attends un peu, ça veut dire quoi ça ?! »

Quand Mira, dont les doigts étaient la seule partie de ses mains non-couverte par ses manches, essaya de prendre l’objet des mains du garçon, quelque chose d’inattendu arriva. Comme pour se moquer de ses efforts, le bout de ses doigts traversait désespérément la Trousse de Toilette comme un simple hologramme, intangible.

 

<Précédent< >Suivant>

Publicités

2 réflexions sur “La Disciple du Sage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s