La Disciple du Sage

Chapitre 1


Traduction: Magycio

Édition : Roderick


Ahh, c’est vrai, j’ai fini par m’endormir avant de me déconnecter.

Après avoir clarifié la situation dans sa tête, Kagami se souvint qu’il était tombé d’épuisement après une nuit blanche, juste quand il avait été appelé pour le petit déjeuner. Enfin réveillé, il leva les yeux vers le ciel tout en se pinçant le front.

Il ne pouvait pas dire combien de temps il avait dormi. Cependant, à en juger par le fait qu’il n’avait pas été réveillé par sa petite sœur, cela signifiait probablement que son sommeil n’avait pas duré trop longtemps.

Après avoir pincé ses paupières fermées pour dissiper les restes de somnolence qui affectait son esprit, lorsque Kagami rouvrit ses yeux, il se trouva en plein milieu d’une plaine herbeuse entourée d’une forêt. Ici et là, l’endroit était parsemé de fleurs inconnues, et au loin, furtivement à travers la cime des arbres se balançant, il pouvait voir une magnifique chaîne de montagnes. Puis, entre les montagnes là-bas, il repérait un certain nombre de tours, leur éclat argenté atteignant faiblement ses yeux.

Devant une tel paysage familier du jeu, Kagami resta immobile et, afin de faire le tri parmi les questions étant apparus dans sa tête, il mit la main sur son menton, réfléchissant nonchalamment à sa situation actuelle.

Premièrement, “dormir debout en jeu“ était un célèbre terme parmi les joueurs en ligne. Ça se référait à s’endormir pendant le jeu et avoir son avatar toujours debout, ne réagissant à rien. Cependant, le système VR était conçu de telle sorte qu’il s’éteignait automatiquement lorsque la personne s’endormait. Non seulement ça, mais il coupait même l’équipement de sa source d’alimentation, de sorte qu’il était fondamentalement impossible de se réveiller à l’intérieur du jeu.

Et pourtant, peu importe comment on les regardait, les tours se tenant parmi les montagnes étaient les 『Tours Unies Argentées』. Depuis que chacune d’entre elles étaient utilisées comme base par un membre respectif des Neuf Sages, il n’y avait aucun moyen que Kagami confonde ces tours avec quelque chose d’autre.

La première chose qu’il suspecta était un bug dans le jeu. Sur le coup, cependant, son cheminement de pensée fut arrêté net quand il atteignit le point “Eh bien, même les choses rares se produisent parfois“. Pourquoi ? Car il y avait un fait encore plus déconcertant, après tout. Si il comparait ces deux points, le second était beaucoup plus important.

C’était qu’il pouvait sentir les choses. Chaque fois que le vent soufflait, un parfum d’herbes chatouillait son nez et il avait un étrange sentiment de malaise.

La technologie VR développée pouvait reproduire, dans le limite de ses propres capacités, le sens du toucher, mais les sens du goût et de l’odorat n’étaient pas encore développé sur le plan pratique. En dépit de ça, quand Kagami inhalait par son nez, son cerveau lui disait clairement qu’il y avait une odeur. Cette situation était vraiment incompréhensible.

Donc, dans une tentative de vérifier ce mystère, il arracha une touffe d’herbe qui était près de son pied et, quand il commença à la mâcher, un goût amer et âpre se répandit dans toute sa bouche. N’y tenant plus, il recracha l’herbe avec une grande quantité de salive, essuyant sa bouche avec le dos de sa main dans le processus. Le goût restait horriblement intense, et même sa propre salive était méticuleusement reproduite.

Incapable de comprendre comment les herbivores pouvaient manger ce genre de “nourriture“, son regard descendit vers un bosquet de buissons remarquant que ces plantes semblaient plus proche de ses yeux qu’elles ne devraient normalement l’être. Mais ce fut alors que quelque chose arriva. Subitement, de l’intérieur de la forêt, jaillit un cri de guerre accompagné d’une secousse. Immédiatement, les sons aigus du métal heurtant le métal résonnèrent dans l’air comme des ondes de chocs.

C’était des sons très familiers pour lui.

“Ah, je me souviens maintenant, “ pensa Kagami. Il venait juste de se rappeler qu’il était sorti pour exterminer le groupe de monstres qui était dans le voisinage des frontières de la nation. Est-ce que quelqu’un a été assez malchanceux pour tomber sur eux ? Ou peut-être que quelqu’un d’autre était allé vaincre les monstres à sa place…

En pensant que la seconde option était peu probable, il se mit à courir, un sourire amer sur son visage. Quand il traversa finalement la forêt, il se retrouva dans une autre prairie. Là, un chevalier qui arborait fièrement un emblème national très familier tranchait quelques petites créatures; similaire à des enfants en taille, ces créatures avait la peau bleu et leur nez et oreilles étaient pointus. Cependant, à l’instant suivant, deux — ou plutôt trois des petites créatures bleues se rassemblèrent, chacun avec un couteau brillant sourdement dans une main, et attaquèrent le chevalier. En ce moment, cet endroit était, sans l’ombre d’un doute, un champ de bataille.

Gris argenté et bleu couvraient complètement les plaines. Revêtu d’une armure qui brillait presque comme un miroir, les chevaliers qui clamaient un cri de guerre en chargeant contre leurs ennemis étaient connus comme les Chevaliers Magiques, des membres d’élite d’une certaine nation — la même à laquelle les Neuf Sages étaient affiliés: le Royaume d’Arkite. Maintenant, contre quel ennemi se battaient-ils ? Un type de monstre très commun: le gobelin.

En trouvant une telle scène en face de lui, Kagami réalisa qu’il avait dormi pendant très longtemps, parce qu’il avait beaucoup trop tardé à faire son travail les chevaliers du royaume avaient été dépêchés.

【Invocation: Chevalier Noir】

Après avoir activé sa capacité, un gouffre d’un sombre luisant s’ouvrit sur le sol, couvrant les quelques buissons qui étaient là. Une seconde plus tard, un gigantesque chevalier en jaillit graduellement: entièrement couvert d’une armure d’un noir de jais qui pouvait facilement donner des frissons dans le dos à quelqu’un, de l’ensemble du corps de l’être jaillissaient ce qui semblaient être des flammes noirâtres, leurs formes tordues ondulant sinistrement. Au lieu d’un visage, c’était juste deux lumières d’un rouge étincelant à la place des yeux, tout les deux flottants dans une espace d’une obscurité absolue.

Dégageant une présence clairement différente de celle de tous ceux présent dans la plaine, le chevalier noir était soudainement apparu au milieu du champ de bataille entre les chevaliers et les gobelins. Après s’être arrêté dans leur lancée à cause de l’apparition de cet être inconnu, comme s’ils essayaient de le menacer, un glapissement aigu fut libéré par les bouches des gobelins. Et ce fut alors que le sentiment de malaise de Kagami revint.

Les gobelins ne devaient pas avoir été programmé pour faire quelque chose comme ça.

Les gobelins, couramment tués, avaient été conçus pour toujours agir comme des monstres courageux et audacieux; ou, pour dire la vérité, ils étaient censés être des monstres qui ne connaissaient pas leur place et qui, au bout du compte, allaient gracieusement vers leur propre mort. Néanmoins, ce que Kagami avait sous les yeux était, peu importe comment on le regardait, des gobelins semblant éprouver ce qui ressemblait à de la “peur“.

Et pourtant, concluant que ça serait inutile, même si il les contemplait en ce moment, il ordonna à son Chevalier Noir de faire le ménage.

En un instant, l’endroit se transforma en un massacre cauchemardesque. L’épée longue noire coupait à travers l’air, créant une bourrasque. À chaque fois que sa lame était balancée vers le bas, cinq ou six gobelins tombaient avec un cri d’agonie et avaient leurs corps dispersés dans le décor, réduits à de simples morceaux de viande.

Progressivement, les cris de menace des gobelins se changèrent en des hurlements remplis de désespoir et ils commencèrent à courir pour s’échapper de cet enfer; un effort désespéré, puisque le Chevalier Noir, qui avait reçu l’ordre de les exterminer ne montrait pas une seule once de pitié.

Sans même avoir le temps de crier sur la masse noire qui avalait rapidement la distance entre eux, de nombreux gobelins malchanceux étaient envoyé voler à travers les airs, en lambeaux.

Les gobelins alentours voyaient ce qui se passait avant même qu’ils puissent essayer de prendre des mesures pour se défendre et, d’un seul coup d’épée, tombaient sur le sol, les yeux vide de toute étincelle de vie, pendant que leurs fluides corporels et entrailles étaient éparpillés un peu partout.

Ayant éradiqué les monstres dans la zone autour de lui, le Chevalier Noir visa un groupe qui comprenait un gobelin portant une armure, d’une taille plus grande que les autres.

Tout en criant des ordres avec de l’impatience dans la voix, ce gobelin lourdement cuirassé émettait des sons métalliques mats quand il bougeait; malgré sa lenteur à cause du poids de l’armure, il était possible de voir que ce gobelin avait pas mal d’endurance. Quelques gobelins qui étaient particulièrement intelligent — pour des gobelins — avaient fait usage de la totalité de leur cerveau pour se rend compte qu’être autour de celui en armure augmentait leur taux de survie, et s’était rassemblé autour de lui.

Cependant face au Chevalier Noir qui exhalait une soif de sang à leur encontre, ce n’était rien hormis un acte stupide. Si ils avaient voulu survivre, ils n’avaient pas d’autres choix que de courir dans la direction opposé à celle de ceux qui étaient en face du chevalier.

Malgré cela, le Chevalier Noir ne leur permettrait même pas d’atteindre ce côté où ils seraient en sûreté. La lame du tueur noir les pourchassait sans pitié, faisant face à cette vision de la mort absolue, la horde de monstres sombra dans la terreur, oubliant tout ce qui concernait le travail de groupe. Après avoir atteint ce point, les gobelins n’étaient devenu rien de plus qu’isolés, des proies impuissantes face à leur adversaire.

Tout venait de se passer juste en un instant. Incapable de comprendre ce qui s’était passé, les gobelins teintèrent la terre de leur sang rouge foncé.

Tout comme il lui avait été ordonné, le Chevalier Noir avait exterminé tous les gobelins et les transformant en coquilles vides silencieuses, remplissant le contrat auquel il était lié. Le massacre n’avait pris pas plus de deux ou trois minutes, mais les plaines étaient maintenant intensément teintées de sang des monstres. Comme une douce brise caressait le lieu, le paysage pouvait facilement évoqué, dans l’esprit d’une personne, l’image d’un féroce carnage qui venait de touche à sa fin. Des deux couleurs qui divisaient les prairies, le bleu était répandu sur le sol obscurci, tandis que l’argent était regroupé en une formation, vigilant vis-à-vis du Chevalier Noir.

Il y avait peut-être une centaine de cadavres de gobelins par terre. Après avoir jeté un coup d’œil désinvolte à ses corps pour confirmer que son travail était fait, Dunbalf révoqua son chevalier.

Et ensuite, son esprit était une fois de plus troublé par toutes les choses dont il avait été témoin jusqu’à présent. Il y avait l’odorat et le goût, ainsi que les gobelins qui avaient agi d’une manière qu’il n’avait jamais vu avant. Il arriva à une seule conclusion:

C’était la troisième mise à jour.

Il semblait exagéré de soudainement penser que l’odorat et le goût, qui étaient encore l’objet de recherche dans le monde entier, pouvaient être reproduit à une telle mesure, mais ce qui se passait en ce moment était que ses cinq sens étaient transmis à son corps entier. Bien qu’il était étrange qu’une telle technologie de point soit utilisée pour la première fois dans un jeu, il n’y avait pas d’autre moyen d’expliquer de manière appropriée sa situation actuelle.

Digne de l’équipe de Ark Earth Online. Dunbalf conclut que la raison pour laquelle sa machine ne s’était pas éteinte — malgré qu’il se soit endormi en ligne — était plus probablement à cause de la mise à jour de la version.

Quand il se dit ceci, Dunbalf remarqua qu’un son de frottement de métal approché.

Sa source n’était autre que le groupe de chevaliers. Sur leurs boucliers était armorié l’emblème du 『Royaume d’Arkite』, des armoiries représentant un immense arbre et une lune.

Ils étaient les Chevaliers Magiques d’Arkite et pouvaient être aisément reconnu grâce à leur armure et bouclier caractéristique. L’armure spéculaire réfléchissait la lumière et s’adaptait elle-même à son environnement, tandis que le bouclier était réputé pour sa résistance contre les capacités ou les souffles portés par les monstres.

L’homme qui paraissait être le chef de ces chevaliers d’élites arrêta ses hommes d’un signe de la main, puis fit un pas en avant. Ses cheveux plaqués en arrière étaient gris argenté avec quelques stries blanches ici et là, et son visage finement ciselé était traversé par une cicatrice oblique, preuve de son long servie dans l’armée. Derrière son armure flottait ce qui était probablement le symbole du commandant, une cape rouge. Même s’il n’était du même niveau que Dunbalf, il avait néanmoins l’air d’un bel homme très raffiné. Et pourtant, Dunbalf lui-même n’avait aucuns souvenirs de ce visage; quelque chose d’étrange, considérant que, comme l’un des meilleurs membres de ce pays, il connaissait le visage de tout le monde qui servait comme commandant des unités d’élites du royaume.

« À propos de ce chevalier en armure noire de tantôt… je suppose que c’était une technique appartenant aux arts de la classe contrôleur. Était-ce votre fait, jeune demoiselle ? Devrais-je vous considérer comme nos renforts ? »

L’homme qu’il croyait être le commandant commença à parler. Cependant, Dunbalf n’avait pas réalisé qu’il s’adressait à lui. Après tout, il y avait quelque chose d’évidemment faux dans les paroles du commandant.

“Alors, à qui est-ce qu’il s’adresse ?“ se demanda Dunbalf, tandis qu’il tournait la tête pour vérifier ses côtés. Et quand il le fit, il vit un des corps de gobelin tremblait violemment — immédiatement, quelque chose sauta de dessous et s’échappa vers la forêt.

« Humpf, donc il y avait… un… survivant…? »

Au moment exact où ces mots sortirent de sa bouche, il estima que deux choses allaient extrêmement mal. La première était que les attributs du survivant étaient clairement différents de ceux d’un gobelin.

« Qu’est-ce… que c’est ? »

Quant à la seconde, c’était le son de cette charmante et sensuelle voix.

Jetant un regard à son propre visage qui était reflété dans l’armure spéculaire du commandant, Dunbalf se trouva dans un état second face à ce qu’il avait devant les yeux.

Armure du Clair Miroir. C’était le nom donné à l’équipement officiel de l’Ordre des Chevaliers Magiques du Royaume d’Arkite. Sa surface, qui réfléchissait la lumière comme tout autre miroir, pouvait même être utilisé comme la chose elle-même. Maintenant, en voyant sa propre silhouette réfléchit-là, Dunbalf agita d’abord la main droite, puis la gauche.

Quand il le fit, sans une irrégularité, la jeune fille réfléchit dans l’armure du chevalier copia son mouvement. Ou plutôt, c’était déjà au-delà du domaine de la simple copie; Dunbalf et la fille était une seule et même personne.

En outre, cette fille ne lui était pas inconnue.

Des cheveux argentés qui atteignaient les hanches,  des yeux déterminée d’un bleu azur qui était incliné vers le haut, des joues légèrement rougies et un petit nez; tous s’accordant parfaitement ensemble sur un visage angélique. Les vêtements ou équipements de Dunbalf étaient toujours les mêmes, par contre. Seul l’intérieur — ou en l’occurrence, la personne qui les portait — avait clairement changé.

En effet, ce qui se cachait à l’intérieur de ces vêtements était l’image même de sa fille idéale; la même fille qu’il avait crée avec la 『Trousse de Toilette』.

 

<Précédent< >Suivant>

Publicités

2 réflexions sur “La Disciple du Sage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s